Les vins du Jura, une région qui monte

© GETTY IMAGES
Bruno Vanspauwen Journaliste

Notre expert ès flacons décortique les tendances et noie les idées reçues. Cette semaine, il nous emmène vers les sommets… du Jura.

Une région qui monte

Les passionnés savent déjà que cette région moins connue représente une alternative sensiblement plus démocratique à la célèbre Bourgogne, puisqu’on y cultive aussi les classiques chardonnay (pour les vins blancs) et pinot noir (pour les rouges). Depuis leur fief situé à 80 km plus à l’ouest, les viticulteurs bourguignons ont longtemps regardé de haut leur petit voisin. Mais, faute de trouver des terres disponibles dans leur région, ils sont aujourd’hui nombreux à y acquérir des vignobles. Autant dire que les prix sont en train de partir en flèche, et qu’il vaut mieux ne pas trop attendre pour se constituer des stocks. Notons que le Jura possède également ses cépages locaux, qui livrent des vins de caractère au profil gustatif bien particulier: le trousseau et le poulsard pour les rouges, le savagnin pour les blancs.

Question d’oxydation

La production de vins oxydatifs est une tradition enracinée dans le Jura. Alors qu’elle est normalement considérée comme un défaut, quand elle est voulue et maîtrisée, elle devient une forme d’art. La technique? On laisse les liquides mûrir sous voile – soit une fine couche de levures qui se développe dans les fûts de chêne au contact de l’air en l’absence d’ouillage (maintien du niveau maximal des fûts). Sous l’effet de cette maturation, utilisée exclusivement pour les blancs, le fruité cède sa place à des saveurs plus sèches évoquant la noix. Soyons clairs: le résultat ne fait pas l’unanimité, raison pour laquelle les Jurassiens produisent aussi des vins « ordinaires » (ce qui est parfois spécifié sur la bouteille par la mention « ouillé »).

Allez les jaunes

Certains vins à base de savagnin passent plus de six ans sous leur voile de levures et sont alors appelés « vins jaunes ». Concentrés et puissants, ce n’est qu’après de longues années en bouteille qu’ils acquièrent douceur et rondeur, mais aussi une grande complexité. Ce produit absolument unique est l’un des plus grands vins de garde au monde. Vous ne trouverez pas meilleurs flacons pour accompagner les fromages à pâte dure et en particulier le comté… originaire du Jura.

Goûtés et approuvés

Berthet-Bondet, Château Chalon/Côtes du Jura.

Un domaine réputé pour ses excellents vins jaunes, qui produit des flacons rouges et blancs tout aussi bons avec les cinq principaux cépages jurassiens.

Berthet-Bondet, Château Chalon/Côtes du Jura.
Berthet-Bondet, Château Chalon/Côtes du Jura.© Alexandre Bibaut

Marie-Pierre Chevassu-Fassenet, Côtes du Jura.

Un splendide blanc à base de savagnin, où le caractère de ce cépage local s’exprime dans un mélange aromatique passionnant aux notes de miel et d’agrumes.

Marie-Pierre Chevassu-Fassenet, Côtes du Jura
Marie-Pierre Chevassu-Fassenet, Côtes du Jura© Alexandre Bibaut

Domaine Pignier, Côtes du Jura.

L’un des meilleurs domaines du Jura, qui travaille en biodynamie et propose une vaste gamme de vins blancs, rouges, jaunes, doux et mousseux.

Domaine Pignier, Côtes du Jura.
Domaine Pignier, Côtes du Jura.© Alexandre Bibaut

Bénédicte & Stéphane Tissot, Arbois.

Les vins et mousseux biodynamiques de ce couple se monnaient à prix d’or mais comptent parmi les meilleurs du Jura. Carafage recommandé avant dégustation.

Bénédicte & Stéphane Tissot,
Bénédicte & Stéphane Tissot,© Alexandre Bibaut

Partner Content