Recettes : des bols de graines qui donnent du punch

Les bon bols de graines © Getty Images/iStockphoto
Fanny Bouvry

Ce récipient arrondi fait fureur chez tous les adeptes de cuisine saine. Garni de graines, c’est carrément un allié bien-être. Un beau livre aux éditions Phaidon souffle le plein d’idées pour se lancer. Idéal pour un lunch !

Voilà déjà des années que ce petit contenant aux rondeurs charmantes fait courir la planète food… Chez nous, c’est le chef étoilé Sang-Hoon Degeimbre qui a mis le projecteur sur la tendance, dès 2015, en lançant San, un établissement dans le centre-ville bruxellois où ses mets raffinés sont disposés dans des bols. Ce qui l’intéresse : le fait que dans ce pot, tous les aliments se mélangent et qu’en une cuillerée on parvienne à prendre conscience du patchwork des saveurs… et ce, pas forcément à la faveur d’une de ces soupes ramen aux parfums asiatiques, qui font fureur elles aussi. Mais le cuisinier de L’Air du Temps est loin d’être le seul à avoir vu là un nouvel allié gastro.

Plus largement, et à une échelle moins haut de gamme, cette façon d’aménager les repas, pointée par le bureau de consultance new-yorkais Baum + Whiteman comme l’un des musts de cette année 2017, séduit les foodies, et davantage encore ceux qui prônent une nourriture saine ou végétarienne. Ainsi se succèdent sur la scène gourmande – et sur le fil Instagram des passionnés, car le bol est photogénique, voilà un autre de ses atouts -, nombre de déclinaisons du phénomène. Du  » bowl cake « , concocté en quelques minutes au micro-ondes, au très spirituel  » Bouddha bowl « , inspiré du régime bouddhiste et contenant un mix équilibré entre légumes, féculents, oléagineux, etc. Sans oublier l' » açaï bowl « , sorte de smoothie se dévorant à la cuillère, et le  » poke bowl « , venu de Hawaii et composé traditionnellement de thon cru, avocat, mangue, noix de cajou et d’autres jolis ingrédients aux couleurs chatoyantes.

Nourrir le corps et l’esprit

Ce qui plaît, outre la beauté du dressage ? Très certainement une manière de revenir à l’essentiel, la forme demi-sphérique de l’ustensile permettant de se recentrer sur ce que l’on mange, ce qui est en adéquation avec les théories actuelles sur la pleine conscience et l’éveil des sens. Un je-ne-sais-quoi de régressif aussi, nous ramenant à nos premières panades, à la tasse de chocolat fumante de notre enfance… L’objet inviterait par ailleurs au voyage, avec sa connotation orientale, et nous transporterait en des temps ancestraux, bols de riz, de soupe ou de thé ayant marqué les festins de nos aïeux, d’ici ou d’ailleurs.

Flocons de seigle et d’orge au poivron, à la roquette et au piment

Recettes : des bols de graines qui donnent du punch
© Andy Sewell
Préparation :

5 min

Cuisson :

12 à 13 min

Pour 2 personnes :

Ingrédients:

4 c à s d’huile d’olive,

1 c à c d’origan séché,

1 petit piment rouge coupé en petits dés,

1/2 oignon finement haché,

1 gousse d’ail finement hachée,

150 g d’un mélange de flocons de seigle et d’orge,

60 cl de bouillon de légumes,

1 c à c de zeste de citron finement râpé,

2 poivrons en conserve coupés en longues lanières,

1 petite poignée de roquette,

2 quartiers de citron, sel et poivre noir.

Préparation:

• Dans une casserole, chauffer 1 c à s d’huile d’olive, puis y faire revenir l’origan, le piment, l’oignon et l’ail à feu moyen 2 à 3 minutes.

• Ajouter les flocons de céréales et cuire le tout 3 à 4 minutes, en remuant sans cesse pour éviter qu’ils ne brûlent.

• Verser le bouillon, ajouter le zeste de citron et saler au goût.

• Baisser à feu doux et laisser mijoter 7 à 8 minutes ou jusqu’à ce que la totalité du liquide soit absorbée et que les céréales soient tendres.

• Répartir la préparation dans 2 bols. Garnir de lanières de poivron et de roquette. Décorer de quartiers de citron et servir.

Sarrasin au bacon croustillant, à l’avocat et aux tomates rôties

Recettes : des bols de graines qui donnent du punch
© Andy Sewell
Préparation :

10 min

Cuisson :

1 h 15

Pour 2 personnes :

Ingrédients :

4 tranches de pancetta ou de bacon maigre,

450 g de tomates cerise,

4 c à s d’huile d’olive vierge extra,

2 c à c d’origan séché,

2 c à s d’huile d’olive,

1 oignon finement haché,

2 gousses d’ail finement hachées,

175 g de sarrasin,

60 ml de vin rouge,

2 c à c de parmesan râpé,

1/2 avocat émincé,

sel et poivre noir.

Préparation :

• Dans une poêle chauffée à feu moyen, déposer les tranches de pancetta ou de bacon. Quand elles sont croustillantes d’un côté, les retourner sur l’autre face.

• Retirer du feu, les déposer sur une assiette recouverte de papier absorbant, puis les couper en petits morceaux.

• Préchauffer le four à 180 °C (th. 6).

• Mettre les tomates dans un plat à four. Les arroser d’huile d’olive vierge extra et les retourner pour qu’elles soient bien enrobées.

• Parsemer d’origan, saler et poivrer. Enfourner pour 45 minutes ou jusqu’à ce que les bords noircissent.

• Sortir le plat du four. Réserver quelques tomates pour le décor, puis réduire les autres en purée dans un mixeur.

• Dans une casserole moyenne, chauffer 1 c à s d’huile d’olive et y faire revenir l’oignon et l’ail à feu moyen 2 à 3 minutes ou jusqu’à ce qu’ils deviennent translucides.

• Ajouter le sarrasin, puis le vin rouge. Laisser le sarrasin absorber le vin, puis ajouter la purée de tomates. Cuire le tout 20 minutes ou le temps que la quasi-totalité de la purée ait été absorbée par les céréales. Retirer du feu.

• Incorporer le parmesan et répartir la préparation sur 2 assiettes. Garnir de tranches d’avocat, de pancetta ou de bacon et décorer des tomates réservées. Saler et poivrer légèrement, puis servir.

Les éditions Phaidon ont compilé en un bouquin 90 recettes saines, sucrées et salées, toutes servies dans une de ces pseudo-assiettes. Et comme une tendance en appelle une autre, ces préparations ont un point commun, celui de mettre en musique des graines en tout genre – quinoa, seigle, orge, sarrasin… -, stars des menus légers. L’ensemble étant signé par un maître, le chef Nik Williamson, fondateur à Londres du Porridge Café. Les bons bols de graines, par Nik Williamson, Phaidon, 192 pages.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content