1. Le smoky dégradé

Chez Chanel comme chez Givenchy, on assiste cette saison au retour en force de l'oeil charbonneux. Pour Dior, le Belge Peter Philips en propose une version maîtrisée qui laisse une zone plus claire au centre de la paupière mobile "pour mieux ouvrir le regard tout en créant un dégradé très pictural sans le côté parfois un peu trop maquillé d'un smoky appuyé". Le secret? Cerner l'oeil entier d'un fin trait sombre que l'on ne souligne avec un fard plus sombre que sur les coins internes et externes des yeux. ...

Chez Chanel comme chez Givenchy, on assiste cette saison au retour en force de l'oeil charbonneux. Pour Dior, le Belge Peter Philips en propose une version maîtrisée qui laisse une zone plus claire au centre de la paupière mobile "pour mieux ouvrir le regard tout en créant un dégradé très pictural sans le côté parfois un peu trop maquillé d'un smoky appuyé". Le secret? Cerner l'oeil entier d'un fin trait sombre que l'on ne souligne avec un fard plus sombre que sur les coins internes et externes des yeux. A estomper ensuite en dessinant deux quartiers de lune. Chez Prada, Pat McGrath ne s'est rien refusé en appliquant - parfois même au-dessus d'un aplat lavande débordant jusqu'au sommet des sourcils - de l'or sur une paupière et de l'argent sur l'autre, confirmant ainsi l'avènement des fards métallisés cet automne. Ça brillera même jusqu'en bordure des lèvres soulignées d'un trait doré ou argenté, parfois aussi grâce à des accessoires bijoux comme ces perles posées aux bords des cils chez Courrèges ou ces étoiles voulues par Isamaya Ffrench chez Burberry, sorte de "mouches intergalactiques" dessinant une constellation imaginaire sur un visage au glow respendissant. La bouche reprend de la vigueur, chez Salvatore Ferragamo et Vivienne Westwood, le rouge est même surligné d'un filet d'argent et d'or. Chez Dries Van Noten, Inge Grognard opte pour des tons brique ou rose saumon. Le tout recouvert de gloss, celui que l'on n'attendait plus signant ainsi son indéniable retour. La make-up artist belge n'hésite pas à flouter le contour des lèvres "un peu comme lorsque l'on a été embrassée toute la nuit et que le rouge à lèvres a un peu filé". Un petit accident de parcours assumé que l'on pourrait aussi attribuer au frottement du masque qui, hélas, ne disparaîtra sans doute pas encore de nos vies cette saison. La bouche reprend de la vigueur, chez Salvatore Ferragamo et Vivienne Westwood, le rouge est même surligné d'un filet d'argent et d'or. Chez Dries Van Noten, Inge Grognard opte pour des tons brique ou rose saumon. Le tout recouvert de gloss, celui que l'on n'attendait plus signant ainsi son indéniable retour. La make-up artist belge n'hésite pas à flouter le contour des lèvres "un peu comme lorsque l'on a été embrassée toute la nuit et que le rouge à lèvres a un peu filé". Un petit accident de parcours assumé que l'on pourrait aussi attribuer au frottement du masque qui, hélas, ne disparaîtra sans doute pas encore de nos vies cette saison.