Les chiffres parlent d'eux-mêmes: 4 Belges sur 10 souffraient déjà d'insomnie avant la crise sanitaire. Et aujourd'hui, il va falloir très vite recalculer tout cela, car il y a de fortes chances pour que la situation n'ait pas évolué dans le bon sens. En raison ? Un trouble que certains experts appellent la "coronasomnie" et qui est provoqué par le stress lié à l'incertitude ambiante.

Notre conseil se résume en deux mots : calmez-vous

Si vous nous avez bien écouté depuis le début du mois de février, vous le savez déjà : quand la tête est assaillie d'informations négatives, c'est tout le corps qui se met sur la défensive et subit les conséquences de ces tensions permanentes. A ce moment-là, les moutons deviennent si nombreux qu'il est très difficile de les compter...

Notre conseil se résume en deux mots : calmez-vous. Et quitte à vous relaxer, demandez-vous ce qui provoque ces réveils réguliers au beau milieu de la nuit, alors que vous étiez confortablement installé(e) sur la plage d'une île paradisiaque, un cocktail (sans alcool) à la main et une douce musique exotique en fond sonore.

Si vous ne trouvez pas tout de suite la réponse, pas de panique : on vous donne quelques pistes. Peut-être mangez-vous trop ou trop gras ? Peut-être ne prenez-vous pas le temps de vous détendre correctement ? Peut-être éteignez-vous votre télé un cran trop tard ? Dès lors, peut-être que vous pourriez avoir recours à des tisanes, des huiles essentielles ou des petits exercices que l'on vous détaille dans la vidéo ci-dessous. Et puis, bien sûr, on ne le dira jamais assez : pour avoir un bon sommeil, on commence par... fermer les yeux. Qu'est-ce qu'on dit ?

Bons songes !

N.B.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: 4 Belges sur 10 souffraient déjà d'insomnie avant la crise sanitaire. Et aujourd'hui, il va falloir très vite recalculer tout cela, car il y a de fortes chances pour que la situation n'ait pas évolué dans le bon sens. En raison ? Un trouble que certains experts appellent la "coronasomnie" et qui est provoqué par le stress lié à l'incertitude ambiante. Si vous nous avez bien écouté depuis le début du mois de février, vous le savez déjà : quand la tête est assaillie d'informations négatives, c'est tout le corps qui se met sur la défensive et subit les conséquences de ces tensions permanentes. A ce moment-là, les moutons deviennent si nombreux qu'il est très difficile de les compter...Notre conseil se résume en deux mots : calmez-vous. Et quitte à vous relaxer, demandez-vous ce qui provoque ces réveils réguliers au beau milieu de la nuit, alors que vous étiez confortablement installé(e) sur la plage d'une île paradisiaque, un cocktail (sans alcool) à la main et une douce musique exotique en fond sonore. Si vous ne trouvez pas tout de suite la réponse, pas de panique : on vous donne quelques pistes. Peut-être mangez-vous trop ou trop gras ? Peut-être ne prenez-vous pas le temps de vous détendre correctement ? Peut-être éteignez-vous votre télé un cran trop tard ? Dès lors, peut-être que vous pourriez avoir recours à des tisanes, des huiles essentielles ou des petits exercices que l'on vous détaille dans la vidéo ci-dessous. Et puis, bien sûr, on ne le dira jamais assez : pour avoir un bon sommeil, on commence par... fermer les yeux. Qu'est-ce qu'on dit ?Bons songes !N.B.