Son utilisation ne date pas de la dernière pluie et pourtant, le rétinol caracole toujours en tête des ingrédients cosmétiques les plus recherchés sur Google. Cet actif de synthèse, dérivé de la vitamine A, reste imbattable dans la lutte contre les signes de l'âge. A son palmarès, on pointera son effet stimulant sur la production de collagène et sur l'éclat de la peau mais aussi sa faculté à estomper les rides et les taches pigmentaires. "Son efficacité au niveau cellulaire est largement démontrée par de nombreuses études indépendantes et ce, même lorsqu'il est utilisé à de très faibles concentrations", pointe Paula Begoun, fondatrice de la marque Paula's Choice et fervente défenseure de cette molécule... à laquelle elle est pourtant elle-même allergique. Malheureusement très irritant, le rétinol peut provoquer rougeurs, boutons, sécheresse et desquamations. Au point d'entraîner chez huit utilisateurs sur dix l'abandon du traitement avant même d'en avoir vu le moindre bénéfice (*).
...

Son utilisation ne date pas de la dernière pluie et pourtant, le rétinol caracole toujours en tête des ingrédients cosmétiques les plus recherchés sur Google. Cet actif de synthèse, dérivé de la vitamine A, reste imbattable dans la lutte contre les signes de l'âge. A son palmarès, on pointera son effet stimulant sur la production de collagène et sur l'éclat de la peau mais aussi sa faculté à estomper les rides et les taches pigmentaires. "Son efficacité au niveau cellulaire est largement démontrée par de nombreuses études indépendantes et ce, même lorsqu'il est utilisé à de très faibles concentrations", pointe Paula Begoun, fondatrice de la marque Paula's Choice et fervente défenseure de cette molécule... à laquelle elle est pourtant elle-même allergique. Malheureusement très irritant, le rétinol peut provoquer rougeurs, boutons, sécheresse et desquamations. Au point d'entraîner chez huit utilisateurs sur dix l'abandon du traitement avant même d'en avoir vu le moindre bénéfice (*). Même s'il n'a jamais totalement quitté le catalogue de marques de cosméceutiques comme SkinCeuticals ou Celestetic et des leaders du soin dermatologique tels que La Roche-Posay, le rétinol opère aujourd'hui un retour en force, grâce notamment à l'arrivée de pure players comme Typology, The Ordinary ou Drunk Elephant. Essentiellement présents en ligne, ces acteurs mettent en avant, sur leur packaging comme dans leur communication, des ingrédients historiques de la cosmétique qui n'ont plus rien à prouver, séduisant ainsi des utilisateurs avides de résultats et de plus en plus soucieux de ce qui se trouve dans leurs produits de beauté. "L'industrie cosmétique est encore trop souvent gouvernée par le besoin de nouveauté, analyse Bernard Van Acker, fondateur de Celestetic. Le rétinol a pu souffrir d'une impression de déjà-vu. Or, si l'efficacité est démontrée, pourquoi faudrait-il s'en passer?"Autre élément non négligeable qui justifie un regain d'intérêt pour ces molécules établies, le prix, souvent inférieur à celui d'actifs tout juste sortis des labos, qui permet aux nouveaux venus de contrôler au mieux leurs marges. "Au fil du temps, les formulateurs ont également appris à juguler le pouvoir irritant du rétinol en l'entourant d'actifs anti-inflammtoires comme le niacinamide ou d'autres formes de vitamines B3", plaide Bernard Van Acker. "Il est aussi possible de réguler la manière dont il va se libérer et se diffuser sur la peau sans lui faire perdre pour autant en efficacité", appuie Hina Choudhary, en charge de la communication scientifique chez SkinCeuticals. Si les soins à base de rétinol sont globalement mieux tolérés, la demande toujours croissante en cosmétiques d'origine naturelle pousse aussi les marques à s'intéresser de près à des alternatives végétales réputées plus douces pour la peau. Issu du babchi, une plante indienne utilisée en ayurvéda, le bakuchiol est aujourd'hui la plus populaire, même auprès de professionnels dont la naturalité n'est pas le fer de lance. Il se retrouve notamment chez Avène dans la gamme anti-âge destinée au peaux matures, mais aussi chez Lierac ou chez ISDIN, où il est présenté comme le substitut parfait. Un argument que réfute Paula Begoun, qui vient pourtant d'en faire l'ingrédient star de son dernier sérum... d'ailleurs à une concentration de 0,3% de rétinol. "Ensemble, ces deux ingrédients dopent mutuellement leur efficacité, assure-t-elle. Ils ont certaines propriétés similaires mais leurs mécanismes d'action sur la peau ne sont pas comparables." Chez Caudalie, la fondatrice Mathilde Thomas, toujours en quête de solutions les plus efficaces et les plus naturelles possibles, a fait le pari de miser sur un trio d'actifs végétaux pour booster la production de collagène. "Avec l'Harvard Medical School, nous avons déposé un brevet unique sur la combinaison du resvératrol de vigne, l'ingrédient star de notre gamme Lift, et de l'acide hyaluronique naturel, associé à un booster de collagène végan issu d'écorce d'acajou, détaille-t-elle. A la concentration comprise dans notre sérum, ce cocktail est deux fois plus efficace que le rétinol." Même démarche chez L'Occitane où un nouvel extrait d'immortelle de Corse, fleur emblématique de la marque, se présente comme une alternative au rétinol synthétique en promettant d'agir aussi bien que lui sur la densité et les volumes de la peau. Quant à l'huile d'églantier (aussi connue sous le nom d'huile de rose musquée) plébiscitée notamment dans les produits de la papesse de la cosmétique green Tata Harper et chez Pai, elle contient bel et bien des formes dérivées de la vitamine A. Son action antioxydante et régénérante est réelle mais en rien équivalente à celle du rétinol. A moins d'y être sensible ou de vouloir à tout prix privilégier les ingrédients d'origine naturelle, le rétinol reste l'actif offrant le spectre de résultats le plus large. "Il est préférable de l'intégrer dans sa routine progressivement en commençant par une concentration faible, conseille Hina Choudhary. Il vaut mieux éviter de l'associer à d'autres exfoliants et le faire suivre d'une simple crème hydratante." L'usage d'une protection solaire en journée est également cruciale et ce, même si l'on fait le choix de l'appliquer le soir, ce que conseillent de nombreuses marques qui l'ajoutent dans un soin de nuit. L'usage sous forme de cure est aussi une option... sachant qu'il faut parfois compter plusieurs semaines pour voir les premiers résultats. En ce sens, les alternatives végétales sont aussi d'intéressants substituts à utiliser en été ou pour laisser souffler sa peau. Elles conviendront également davantage aux peaux noires ou foncées qui, lorsqu'elles s'enflamment, peuvent souffrir d'hyperpigmentation. (*) Elle, 17 juillet 2020.