L'accord signé avec la Commission fédérale du Commerce (FTC), la principale autorité américaine de la concurrence, permet au groupe d'éviter des poursuites pour publicité mensongère. La FTC reprochait au groupe de promouvoir ses gammes pour la peau 'Lancôme Génifique' et 'L'Oréal Paris Youth Code', en mettant en avant des prétendues propriétés antivieillissement scientifiquement prouvées. Les publicités du numéro un mondial des cosmétiques affirmaient que la stimulation des gènes de ses clients déclenchée par ses produits garantissait "une peau visiblement plus jeune en juste sept jours".

"Ce serait bien si les cosmétiques pouvaient modifier nos gènes et nous faire remonter le temps. Mais L'Oréal n'a pu étayer ce qu'il affirmait", a relevé Jessica Rich, une des responsables de la FTC. La Commission fédérale du Commerce relève dans son texte que la gamme 'Génifique' peut être vendue jusqu'à 132 dollars le flacon. La gamme 'Youth Code' est pour sa part commercialisée autour de 25 dollars le flacon.

L'accord signé avec la Commission fédérale du Commerce (FTC), la principale autorité américaine de la concurrence, permet au groupe d'éviter des poursuites pour publicité mensongère. La FTC reprochait au groupe de promouvoir ses gammes pour la peau 'Lancôme Génifique' et 'L'Oréal Paris Youth Code', en mettant en avant des prétendues propriétés antivieillissement scientifiquement prouvées. Les publicités du numéro un mondial des cosmétiques affirmaient que la stimulation des gènes de ses clients déclenchée par ses produits garantissait "une peau visiblement plus jeune en juste sept jours". "Ce serait bien si les cosmétiques pouvaient modifier nos gènes et nous faire remonter le temps. Mais L'Oréal n'a pu étayer ce qu'il affirmait", a relevé Jessica Rich, une des responsables de la FTC. La Commission fédérale du Commerce relève dans son texte que la gamme 'Génifique' peut être vendue jusqu'à 132 dollars le flacon. La gamme 'Youth Code' est pour sa part commercialisée autour de 25 dollars le flacon.