Les parfums à la figue ont une signature olfactive reconnaissable entre toutes. Que l'on ait ou non passé son enfance dans le Sud, ils convoquent des souvenirs régressifs qui procurent le même plaisir qu'un gâteau tout juste sorti du four. Rares sont ceux ou celles - en dé...

Les parfums à la figue ont une signature olfactive reconnaissable entre toutes. Que l'on ait ou non passé son enfance dans le Sud, ils convoquent des souvenirs régressifs qui procurent le même plaisir qu'un gâteau tout juste sorti du four. Rares sont ceux ou celles - en dépit de son côté gourmand, cet ingrédient est l'une des stars de la parfumerie non genrée - qui ne les apprécient pas et pourtant, ils n'existent pas depuis bien longtemps. Comme c'est le cas pour de nombreux fruits, l'odeur de la figue, impossible à extraire par distillation, est une pure reconstitution de parfumeur. C'est Olivia Giacobetti qui la popularise, chez L'Artisan Parfumeur en 1994, avec Premier Figuier, le bien nommé. En 2003, Jean-Claude Ellena fait son entrée chez Hermès avec Un Jardin en Méditerranée, où la figue se facette de bergamote et de fleur d'oranger. Depuis, les lancements fruités se multiplient et ne sont plus limités à la parfumerie de niche, comme le démontrent les éditions Fleur de Figuier et Feuille de Figuier chez Roger & Gallet. On la retrouve même dans l'eau de parfum pour homme K de Dolce & Gabbana ou dans Omizu for Him d'Annayake, la marque de beauté d'inspiration japonaise. Avec Fig & Lotus Flower, Jo Malone a signé l'un des cartons indiscutables du confinement. Preuve incontestable du pouvoir réconfortant de ce fruit charnu aux accents lactés.