Selon une étude clinique lancée par Womaniser, une marque de vibromasseur, la masturbation aiderait à lutter contre les douleurs menstruelles. Lors de ses règles, mais aussi sur le long terme.

L'étude a suivi 486 personnes sur une période de six mois. Lors du premier mois, elles ont dû indiquer leur niveau de douleurs menstruelles. Ensuite, durant trois mois, elles ont dû remplacer leurs méthodes habituelles de contrôle de la douleur par la masturbation. Le cinquième mois, elles ont pu revenir à leur méthode habituelle. L'enquête se concluant au sixième mois par un questionnaire global.

Chaque mois durant l'étude, les participants ont enregistré l'intensité et la fréquence de leurs douleurs sur une échelle standardisée de 10 points. Et, toujours selon les résultats de l'étude, les deux paramètres ont sensiblement diminué au cours de la phase de test. Ce qui voudrait dire que la masturbation aurait un effet bénéfique sur la douleur, mais aussi sa durée.

Womanizer
© Womanizer

Selo Alexandra Hubin, Docteur en Psychologie et Sexologue, cela s'expliquerait par le fait que "pendant cette période, l'utérus se contracte de manière spasmodique pour expulser la muqueuse qui s'est formée en vue d'une éventuelle grossesse, ce qui provoque des douleurs. Les contractions de l'utérus sont également contrôlées par la prostaglandine. Cette hormone est un messager de la douleur et provoque également l'inflammation de l'utérus. Plus le taux de prostaglandines est élevé dans le corps, plus les douleurs menstruelles peuvent être intenses."

La masturbation plus efficace que les anti-douleurs ?

Si la plupart des participantes de l'enquête ( 90%) recommandaient la masturbation pour soulager leurs douleurs menstruelles et que 85% d'entre elle souhaitaient continuer à utiliser la masturbation contre leurs douleurs, l'étude est moins tranchée sur le fait que celle-ci soit plus efficace que les autres remèdes. En effet, 43 % ont choisi les médicaments et 42 % la masturbation. Pour les 15 % restants, les réponses les plus courantes ont été un mélange des deux (masturbation et médicaments), la chaleur (utilisation d'une bouillotte par exemple), le CBD (en huile), le sommeil et l'exercice.

L'étude a aussi démontré que le fait de se masturber régulièrement avait un impact sur le long terme puisque la fréquence et la violence des douleurs liées aux règles diminuaient chaque mois. Ce qui tendrait à prouver que l'effet de la masturbation augmente avec la pratique. Le seul bémol, serait que, quand on est vraiment perclue de douleur, on soit pas vraiment d'humeur à se masturber.

La masturbation, c'est bon pour tout

An orgasm a day keeps the doctor away, disait Mae West. Un peu exagéré tout de même, bien que la masturbation ait de nombreux effets bénéfiques. Elle réduirait donc les douleurs durant les règles, mais aussi le mal de tête. Cela permet aussi de se détendre, de trouver plus facilement le sommeil ou encore de mettre de bonne humeur. Cela permettrait aussi de se débarrasser d'un hoquet tenace.

x, iStockphoto
x © iStockphoto

Pas uniquement quand on est célibataire

"Découvrir son corps par la masturbation est une bonne chose, mais ce serait restrictif de ne le voir que comme une préparation pour mieux s'entendre avec son partenaire sexuel. "La masturbation est peut-être aussi une manière de s'aimer soi-même" dit le sexologue Mels van Driel. "Bien sûr, c'est formidable de pouvoir partager une sexualité épanouie avec un partenaire, mais il est plus probable de trouver en vous-même votre meilleur coup."

Nous tenons pour acquis que les hommes se masturbent, mais pour les femmes c'est encore un peu un tabou. Les membres d'un couple ne savent souvent d'ailleurs pas l'un de l'autre s'ils se masturbent. Pourtant une étude montre que celle-ci n'a aucune influence sur la fréquence des rapports. Aujourd'hui, heureusement, les choses changent. Notre vision de la sexualité féminine n'est plus la même et nous acceptons enfin que les femmes aiment, mais oui, aussi se masturber. Cette libération est en partie due à l'avancée de ce qu'on appelle le "sexual empowerment" et qu'on peut traduire en français pas autonomisation sexuelle des femmes. Elles s'accaparent de leur sexualité et la contrôle. En découle un sentiment de liberté et surtout une sexualité en accord avec ce qu'elles sont, que ce soit seule ou accompagnée.

Une récente enquête menée par Womanizer auprès de 6 000 personnes dans 12 pays montre également que le fossé masturbatoire existe bel et bien puisqu'il est de 68 %. En moyenne, dans le monde, les hommes se masturbent 154 fois par an, tandis que les femmes le font 49 fois. Le fait que les hommes se masturbent plus souvent est souvent justifié par des arguments dépassés, stéréotypés ou prétendument biologiques. En effet La différence de libido chez l'homme et la femme est beaucoup plus faible que ce que la plupart des gens pensent. En moyenne, les hommes évaluent leur libido à 6,5 et les femmes à 5,4 sur 10.

De toute façon, qu'on soit en couple ou célibataire, ce qu'il faut retenir de la masturbation c'est qu'il n'y a pas de mal à s'amuser et découvrir de nouveaux chemins vers le plaisir. C'est bien d'être à l'aise avec son corps. C'est même une des choses les plus gentilles que l'on peut faire pour soi-même.

., Getty Images
. © Getty Images

Le vibromasseur, ce rival

Beaucoup de sex-toys aident les femmes à atteindre l'orgasme. Et comme l'écart entre les hommes et les femmes en matière d'orgasme est encore important, ce n'est pas un luxe. Pourtant, un jouet sexuel peut parfois éveillé de jalousie chez le conjoint. Un sentiment qui n'a pourtant pas lieu d'être puisque notre corps prend plaisir de beaucoup de choses différentes et les sex toys, que vous les utilisiez seul ou en couple, permettent simplement d'en découvrir d'autres.

En réalité, un jouet sexuel c'est un peu comme une bonne paire de chaussures de course : elle vous aide à trouver l'orgasme. Les objets sexuels aident à se détendre est également important, tout comme, bien entendu, se donner du plaisir, à soi-même et aux autres. Mais là encore, c'est surtout une question de goût personnel. Ce n'est pas seulement physique, cela se passe aussi entre nos oreilles. Il faut donc considérer les sex-toys comme un complément plutôt que comme un must. Car au fond c'est juste un joli gadget qui vous fait du bien.

Les sex-toys très réalistes ne sont plus de mises. Mais qu'est-ce qui est tendance du coup ? "Ceux avec pulsion d'air", dit Jolijn Van Eenoo qui dirige une chaîne érotique qui compte cinq succursales,. "Ce ne sont pas vraiment des vibromasseurs puisqu'ils sont uniquement destinés à un usage externe. Ils ne vibrent pas, mais travaillent avec la pression de l'air, de sorte qu'ils semblent souffler et aspirer à la fois. Cela donne une sensation différente, très intense. Quelques minutes peuvent provoquer un orgasme important. Pas étonnant qu'ils soient si populaires. On compare aussi leur au sexe oral" .

Selon une étude clinique lancée par Womaniser, une marque de vibromasseur, la masturbation aiderait à lutter contre les douleurs menstruelles. Lors de ses règles, mais aussi sur le long terme. L'étude a suivi 486 personnes sur une période de six mois. Lors du premier mois, elles ont dû indiquer leur niveau de douleurs menstruelles. Ensuite, durant trois mois, elles ont dû remplacer leurs méthodes habituelles de contrôle de la douleur par la masturbation. Le cinquième mois, elles ont pu revenir à leur méthode habituelle. L'enquête se concluant au sixième mois par un questionnaire global. Chaque mois durant l'étude, les participants ont enregistré l'intensité et la fréquence de leurs douleurs sur une échelle standardisée de 10 points. Et, toujours selon les résultats de l'étude, les deux paramètres ont sensiblement diminué au cours de la phase de test. Ce qui voudrait dire que la masturbation aurait un effet bénéfique sur la douleur, mais aussi sa durée.Selo Alexandra Hubin, Docteur en Psychologie et Sexologue, cela s'expliquerait par le fait que "pendant cette période, l'utérus se contracte de manière spasmodique pour expulser la muqueuse qui s'est formée en vue d'une éventuelle grossesse, ce qui provoque des douleurs. Les contractions de l'utérus sont également contrôlées par la prostaglandine. Cette hormone est un messager de la douleur et provoque également l'inflammation de l'utérus. Plus le taux de prostaglandines est élevé dans le corps, plus les douleurs menstruelles peuvent être intenses."Si la plupart des participantes de l'enquête ( 90%) recommandaient la masturbation pour soulager leurs douleurs menstruelles et que 85% d'entre elle souhaitaient continuer à utiliser la masturbation contre leurs douleurs, l'étude est moins tranchée sur le fait que celle-ci soit plus efficace que les autres remèdes. En effet, 43 % ont choisi les médicaments et 42 % la masturbation. Pour les 15 % restants, les réponses les plus courantes ont été un mélange des deux (masturbation et médicaments), la chaleur (utilisation d'une bouillotte par exemple), le CBD (en huile), le sommeil et l'exercice. L'étude a aussi démontré que le fait de se masturber régulièrement avait un impact sur le long terme puisque la fréquence et la violence des douleurs liées aux règles diminuaient chaque mois. Ce qui tendrait à prouver que l'effet de la masturbation augmente avec la pratique. Le seul bémol, serait que, quand on est vraiment perclue de douleur, on soit pas vraiment d'humeur à se masturber. An orgasm a day keeps the doctor away, disait Mae West. Un peu exagéré tout de même, bien que la masturbation ait de nombreux effets bénéfiques. Elle réduirait donc les douleurs durant les règles, mais aussi le mal de tête. Cela permet aussi de se détendre, de trouver plus facilement le sommeil ou encore de mettre de bonne humeur. Cela permettrait aussi de se débarrasser d'un hoquet tenace."Découvrir son corps par la masturbation est une bonne chose, mais ce serait restrictif de ne le voir que comme une préparation pour mieux s'entendre avec son partenaire sexuel. "La masturbation est peut-être aussi une manière de s'aimer soi-même" dit le sexologue Mels van Driel. "Bien sûr, c'est formidable de pouvoir partager une sexualité épanouie avec un partenaire, mais il est plus probable de trouver en vous-même votre meilleur coup." Nous tenons pour acquis que les hommes se masturbent, mais pour les femmes c'est encore un peu un tabou. Les membres d'un couple ne savent souvent d'ailleurs pas l'un de l'autre s'ils se masturbent. Pourtant une étude montre que celle-ci n'a aucune influence sur la fréquence des rapports. Aujourd'hui, heureusement, les choses changent. Notre vision de la sexualité féminine n'est plus la même et nous acceptons enfin que les femmes aiment, mais oui, aussi se masturber. Cette libération est en partie due à l'avancée de ce qu'on appelle le "sexual empowerment" et qu'on peut traduire en français pas autonomisation sexuelle des femmes. Elles s'accaparent de leur sexualité et la contrôle. En découle un sentiment de liberté et surtout une sexualité en accord avec ce qu'elles sont, que ce soit seule ou accompagnée.De toute façon, qu'on soit en couple ou célibataire, ce qu'il faut retenir de la masturbation c'est qu'il n'y a pas de mal à s'amuser et découvrir de nouveaux chemins vers le plaisir. C'est bien d'être à l'aise avec son corps. C'est même une des choses les plus gentilles que l'on peut faire pour soi-même.Beaucoup de sex-toys aident les femmes à atteindre l'orgasme. Et comme l'écart entre les hommes et les femmes en matière d'orgasme est encore important, ce n'est pas un luxe. Pourtant, un jouet sexuel peut parfois éveillé de jalousie chez le conjoint. Un sentiment qui n'a pourtant pas lieu d'être puisque notre corps prend plaisir de beaucoup de choses différentes et les sex toys, que vous les utilisiez seul ou en couple, permettent simplement d'en découvrir d'autres. En réalité, un jouet sexuel c'est un peu comme une bonne paire de chaussures de course : elle vous aide à trouver l'orgasme. Les objets sexuels aident à se détendre est également important, tout comme, bien entendu, se donner du plaisir, à soi-même et aux autres. Mais là encore, c'est surtout une question de goût personnel. Ce n'est pas seulement physique, cela se passe aussi entre nos oreilles. Il faut donc considérer les sex-toys comme un complément plutôt que comme un must. Car au fond c'est juste un joli gadget qui vous fait du bien.