De nombreux dirigeants et personnes en vue de ce monde se lèvent à l'aube. Ainsi, deux heures avant le début de sa journée de travail, Barack Obama est déjà occupé à la salle de sport et prend chaque matin son petit-déjeuner en parcourant le journal. L'ancien président George Bush se lève lui à 5 heures du matin et se couche à 22 heures. Oprah Winfrey ne met pas de réveil, mais saute en sifflotant de son lit dès 7 heures du matin pour emmener ses cinq chiens en promenade. A en croire la réussite de ces personnes matinales, se lever tôt semble être la recette d'une vie réussie. Pourtant Léonard de Vinci et Winston Churchill sont aussi allés loin et n'étaient pourtant pas du matin. D'où vient donc cette glorification des personnes capables de se lever dès poltron minet ? Et comment se fait-il que nous connaissions si peu d'histoires de noctambules ayant réussi ?

Contraire

L'idée selon laquelle il faut commencer sa journée en même temps que le soleil du matin remonte à Aristote. "Il est bon de se lever avant l'aube", écrit-il dans Oeconomica, un ouvrage de référence sur l'organisation de l'économie et des tâches ménagères, "car cette habitude contribue à la santé, à la richesse et à la sagesse". Inge Declercq, spécialiste du sommeil et neurologue, n'est pas d'accord. "C'est même complètement faux", déclare l'auteur de "The Power of Sleep". " Cela ne vaut que pour les personnes matinales. Il y a des gourous qui disent qu'il faut se lever à 6 heures du matin pour méditer. Mais pour les gens du soir, c'est diamétralement opposé à toutes les règles de santé. Les lève-tard ne sont tout simplement pas faits pour un tel rythme. Mme Declercq le constate souvent dans son cabinet. "Je connais beaucoup d'exemples de personnes qui insistent pour se lever tôt, mais qui ont l'air d'une épave toute la journée. Le corps des gens du soir fonctionne différemment.

Getty
© Getty

Votre cortisol (l'hormone du stress, ndlr) se met en route selon des rythmes préprogrammés. Vous devez produire cette hormone au début de la journée pour faire démarrer votre production d'énergie et votre métabolisme. Ainsi, lorsque vous vous réveillez à 6 heures du matin alors que, biologiquement parlant, vous ne devriez pas vous lever avant 8 heures, vous vous forcez à vous réveiller deux heures plus tôt. Non seulement cela semble artificiel, mais cela comporte également des risques pour la santé. Nous savons, par exemple, que le travail de nuit peut entraîner un risque de cancer du sein chez des femmes dont le corps n'est pas vraiment fait pour cela. Les personnes du soir qui s'astreignent à un rythme matinal qui leur est contrenature sont plus sujettes à la dépression.

Société des lève-tôt

Alors pourquoi avons-nous collectivement adopté la mentalité du matin ? "Nous vivons tout simplement dans une société où l'on se lève tôt", déclare M. Declercq. Bien que nous ne dépendions plus du lever et du coucher du soleil pour notre emploi du temps quotidien, les enfants et de nombreux employés doivent commencer tôt. Ces horaires classiques d'école et de travail sont parfaits pour les personnes du matin, ce qui leur vaut d'être souvent cataloguées comme des personnes plus performantes. Pour Sarah Van Herck, personne du matin et enseignante, c'est effectivement un avantage. "Je dois souvent être à l'école à 8h15. Mais je n'ai pas à me presser, car je me lève déjà vers 6 heures. En tant qu'adulte, je pense que c'est bien, mais je remarque que de nombreux adolescents trouvent cela difficile. A l'école, il faut vraiment être une personne du matin. C'est même un peu extrême, car nous commençons à 8 h 25. C'est étrange lorsqu'on sait se lever tôt n'est pas une évidence, surtout pas les adolescents.

Getty
© Getty

De nombreux adultes ont également du mal à suivre le rythme. "En Europe, il y a plus de types neutres et tardifs que de gens du matin", explique Declercq. L'une d'entre elles est Mieke Pressley. Le week-end, elle fait la grasse matinée, mais pendant la semaine de travail, elle met son réveil pour être l'heure. Elle est conditionnée par le rythme imposé par son travail. "J'y arrive sans trop de problème et je me glisse sans trop de difficulté dans le rythme, mais je remarque que cela me coûte plus d'énergie. Le matin, j'ai plus de mal. Ce n'est qu'à partir de l'après-midi que je démarre vraiment.

Bien que ceux qui sont du soir souffrent de l'horaire quotidien classique, ils doivent faire face à beaucoup d'incompréhension. Les gens disent souvent que vous êtes paresseux et improductif si vous faites la grasse matinée, mais personne n'y trouve rien à redire si vous vous couchez à 21 heures", affirme M. Pressley. Ils agissent comme si vous manquiez la "meilleure" partie de la journée, mais ils ne tiennent pas vraiment compte du fait que vous travaillez aussi plus longtemps le soir venu. Declercq remarque également cette négativité. Si les gens du soir doivent commencer leur journée trop tôt, ils sont souvent de mauvaise humeur, lents, moins motivés et moins fonctionnels pendant les premières heures de la journée. On les regarde avec désapprobation, mais en même temps on le leur propose pas non plus de suivre leur propre rythme. Il existe encore un grand tabou sur ce sujet, alors qu'il s'agit simplement d'un fait biologique. Lorsque chacun peut vivre en harmonie avec son biorythme, les différences de performances entre les personnes du matin et du soir disparaissent", souligne M. Declercq. Les lève-tôt sont physiquement et mentalement capables de faire de très bonnes choses le matin. Les lèves-tard, en revanche, ont une plus grande intelligence émotionnelle et de meilleures performances l'après-midi et le soir. S'ils pouvaient vivre et travailler en harmonie avec leurs rythmes, ils seront plus performants sur le plan créatif et sportif.

Peut-on modifier son chronotype ?

Mais comme changer l'horloge de la société ne se fait pas du jour au lendemain, de nombreux sites web vous incitent à vous transformer en personne du matin. Est-il possible de modifier son chronotype - que l'on soit du matin, du soir ou quelque chose entre les deux ? "Il y a une certaine évolution possible dans notre chronotype", dit Declercq. Les adolescents deviennent souvent des lève-tard car leur développement hormonal commence. En vieillissant, nos biorythmes se déplacent à nouveau vers l'avant. Pourtant, environ trente pour cent de notre biorythme est déterminé génétiquement. Cela rend le changement difficile. Si c'est vraiment nécessaire, vous pouvez forcer un peu votre chronotype en tablant sur la chronothérapie", explique Declercq. Je le fais par exemple avec les personnes qui doivent toujours travailler tôt. Nous travaillons alors avec des moyens comme la luminothérapie ou la modification des rythmes alimentaires, mais cela reste un peu forcé. Il serait, et de loin, préférable que nous puissions adapter notre routine quotidienne à notre chronotype, plutôt que l'inverse. Cela devrait être l'avenir d'une vie saine", déclare Declercq avec passion.

Plus vous fonctionnerez selon votre propre rythme, plus vous serez performant. Ce serait également une grande amélioration en termes de santé publique et d'absence prolongée au travail. Certaines des maladies actuelles, comme le burnout et la fatigue chronique, sont liées au fait que nous ne vivons pas en harmonie avec nos biorythmes.

Maya Toebat

De nombreux dirigeants et personnes en vue de ce monde se lèvent à l'aube. Ainsi, deux heures avant le début de sa journée de travail, Barack Obama est déjà occupé à la salle de sport et prend chaque matin son petit-déjeuner en parcourant le journal. L'ancien président George Bush se lève lui à 5 heures du matin et se couche à 22 heures. Oprah Winfrey ne met pas de réveil, mais saute en sifflotant de son lit dès 7 heures du matin pour emmener ses cinq chiens en promenade. A en croire la réussite de ces personnes matinales, se lever tôt semble être la recette d'une vie réussie. Pourtant Léonard de Vinci et Winston Churchill sont aussi allés loin et n'étaient pourtant pas du matin. D'où vient donc cette glorification des personnes capables de se lever dès poltron minet ? Et comment se fait-il que nous connaissions si peu d'histoires de noctambules ayant réussi ?L'idée selon laquelle il faut commencer sa journée en même temps que le soleil du matin remonte à Aristote. "Il est bon de se lever avant l'aube", écrit-il dans Oeconomica, un ouvrage de référence sur l'organisation de l'économie et des tâches ménagères, "car cette habitude contribue à la santé, à la richesse et à la sagesse". Inge Declercq, spécialiste du sommeil et neurologue, n'est pas d'accord. "C'est même complètement faux", déclare l'auteur de "The Power of Sleep". " Cela ne vaut que pour les personnes matinales. Il y a des gourous qui disent qu'il faut se lever à 6 heures du matin pour méditer. Mais pour les gens du soir, c'est diamétralement opposé à toutes les règles de santé. Les lève-tard ne sont tout simplement pas faits pour un tel rythme. Mme Declercq le constate souvent dans son cabinet. "Je connais beaucoup d'exemples de personnes qui insistent pour se lever tôt, mais qui ont l'air d'une épave toute la journée. Le corps des gens du soir fonctionne différemment. Votre cortisol (l'hormone du stress, ndlr) se met en route selon des rythmes préprogrammés. Vous devez produire cette hormone au début de la journée pour faire démarrer votre production d'énergie et votre métabolisme. Ainsi, lorsque vous vous réveillez à 6 heures du matin alors que, biologiquement parlant, vous ne devriez pas vous lever avant 8 heures, vous vous forcez à vous réveiller deux heures plus tôt. Non seulement cela semble artificiel, mais cela comporte également des risques pour la santé. Nous savons, par exemple, que le travail de nuit peut entraîner un risque de cancer du sein chez des femmes dont le corps n'est pas vraiment fait pour cela. Les personnes du soir qui s'astreignent à un rythme matinal qui leur est contrenature sont plus sujettes à la dépression. Alors pourquoi avons-nous collectivement adopté la mentalité du matin ? "Nous vivons tout simplement dans une société où l'on se lève tôt", déclare M. Declercq. Bien que nous ne dépendions plus du lever et du coucher du soleil pour notre emploi du temps quotidien, les enfants et de nombreux employés doivent commencer tôt. Ces horaires classiques d'école et de travail sont parfaits pour les personnes du matin, ce qui leur vaut d'être souvent cataloguées comme des personnes plus performantes. Pour Sarah Van Herck, personne du matin et enseignante, c'est effectivement un avantage. "Je dois souvent être à l'école à 8h15. Mais je n'ai pas à me presser, car je me lève déjà vers 6 heures. En tant qu'adulte, je pense que c'est bien, mais je remarque que de nombreux adolescents trouvent cela difficile. A l'école, il faut vraiment être une personne du matin. C'est même un peu extrême, car nous commençons à 8 h 25. C'est étrange lorsqu'on sait se lever tôt n'est pas une évidence, surtout pas les adolescents.De nombreux adultes ont également du mal à suivre le rythme. "En Europe, il y a plus de types neutres et tardifs que de gens du matin", explique Declercq. L'une d'entre elles est Mieke Pressley. Le week-end, elle fait la grasse matinée, mais pendant la semaine de travail, elle met son réveil pour être l'heure. Elle est conditionnée par le rythme imposé par son travail. "J'y arrive sans trop de problème et je me glisse sans trop de difficulté dans le rythme, mais je remarque que cela me coûte plus d'énergie. Le matin, j'ai plus de mal. Ce n'est qu'à partir de l'après-midi que je démarre vraiment.Bien que ceux qui sont du soir souffrent de l'horaire quotidien classique, ils doivent faire face à beaucoup d'incompréhension. Les gens disent souvent que vous êtes paresseux et improductif si vous faites la grasse matinée, mais personne n'y trouve rien à redire si vous vous couchez à 21 heures", affirme M. Pressley. Ils agissent comme si vous manquiez la "meilleure" partie de la journée, mais ils ne tiennent pas vraiment compte du fait que vous travaillez aussi plus longtemps le soir venu. Declercq remarque également cette négativité. Si les gens du soir doivent commencer leur journée trop tôt, ils sont souvent de mauvaise humeur, lents, moins motivés et moins fonctionnels pendant les premières heures de la journée. On les regarde avec désapprobation, mais en même temps on le leur propose pas non plus de suivre leur propre rythme. Il existe encore un grand tabou sur ce sujet, alors qu'il s'agit simplement d'un fait biologique. Lorsque chacun peut vivre en harmonie avec son biorythme, les différences de performances entre les personnes du matin et du soir disparaissent", souligne M. Declercq. Les lève-tôt sont physiquement et mentalement capables de faire de très bonnes choses le matin. Les lèves-tard, en revanche, ont une plus grande intelligence émotionnelle et de meilleures performances l'après-midi et le soir. S'ils pouvaient vivre et travailler en harmonie avec leurs rythmes, ils seront plus performants sur le plan créatif et sportif.Mais comme changer l'horloge de la société ne se fait pas du jour au lendemain, de nombreux sites web vous incitent à vous transformer en personne du matin. Est-il possible de modifier son chronotype - que l'on soit du matin, du soir ou quelque chose entre les deux ? "Il y a une certaine évolution possible dans notre chronotype", dit Declercq. Les adolescents deviennent souvent des lève-tard car leur développement hormonal commence. En vieillissant, nos biorythmes se déplacent à nouveau vers l'avant. Pourtant, environ trente pour cent de notre biorythme est déterminé génétiquement. Cela rend le changement difficile. Si c'est vraiment nécessaire, vous pouvez forcer un peu votre chronotype en tablant sur la chronothérapie", explique Declercq. Je le fais par exemple avec les personnes qui doivent toujours travailler tôt. Nous travaillons alors avec des moyens comme la luminothérapie ou la modification des rythmes alimentaires, mais cela reste un peu forcé. Il serait, et de loin, préférable que nous puissions adapter notre routine quotidienne à notre chronotype, plutôt que l'inverse. Cela devrait être l'avenir d'une vie saine", déclare Declercq avec passion. Plus vous fonctionnerez selon votre propre rythme, plus vous serez performant. Ce serait également une grande amélioration en termes de santé publique et d'absence prolongée au travail. Certaines des maladies actuelles, comme le burnout et la fatigue chronique, sont liées au fait que nous ne vivons pas en harmonie avec nos biorythmes. Maya Toebat