Même en Angleterre, où il n'a jamais vraiment disparu, l'afternoon tea est en train de s'offrir une nouvelle jeunesse. Se dégustant quelque part entre le lunch et le dîner, au moment de la petite fringale de l'après-midi, cette délicieuse tradition est apparue au début du XIXe siècle, lorsqu'on a commencé à exporter du thé des colonies britanniques. Une certaine Anna, duchesse de Bedford, en serait l'une des pionnières. Comme elle ne faisait que deux repas par jour - l'un sous forme de breakfast tardif et l'autre vers 20 heures, elle a fini par élaborer une stratégie afin de combattre son " sinking feeling ", ce petit creux qui tiraille le ventre. Son idée : se faire servir dans son boudoir une grande théière accompagnée d'un en-cas. Lorsqu'elle se mit à partager ce moment léger avec ses amies, le bouche-à-oreille fit son petit effet et, bientôt, l'afternoon tea acquit ses lettres de noblesse.
...

Même en Angleterre, où il n'a jamais vraiment disparu, l'afternoon tea est en train de s'offrir une nouvelle jeunesse. Se dégustant quelque part entre le lunch et le dîner, au moment de la petite fringale de l'après-midi, cette délicieuse tradition est apparue au début du XIXe siècle, lorsqu'on a commencé à exporter du thé des colonies britanniques. Une certaine Anna, duchesse de Bedford, en serait l'une des pionnières. Comme elle ne faisait que deux repas par jour - l'un sous forme de breakfast tardif et l'autre vers 20 heures, elle a fini par élaborer une stratégie afin de combattre son " sinking feeling ", ce petit creux qui tiraille le ventre. Son idée : se faire servir dans son boudoir une grande théière accompagnée d'un en-cas. Lorsqu'elle se mit à partager ce moment léger avec ses amies, le bouche-à-oreille fit son petit effet et, bientôt, l'afternoon tea acquit ses lettres de noblesse. Petit à petit, le rituel quitta le boudoir pour s'installer dans des pièces plus grandes. On fit alors la distinction entre le " low tea " servi sur des tables basses et des banquettes dans un coin du grand salon, et le " high tea " dégusté sur la table de la salle à manger. Les hôtels de Londres se sont occupés du reste, transformant l'afternoon tea en moment trendy et convivial. Encore aujourd'hui, des institutions comme le Ritz, le Brown's ou le Savoy mettent un point d'honneur à entretenir la tradition, invitant leurs clients à heure fixe autour d'une théière fumante et de snacks raffinés. Femmes et hommes n'y résistent pas. S'il n'existe aucune convention écrite, l'afternoon tea ne s'imagine pas sans manières exquises, service en porcelaine et petit doigt levé. Le menu, lui, se compose en général de scones chauds avec de la crème et de la confiture, de mini-sandwichs garnis de concombre, de saumon fumé et de salade d'oeufs au cresson, ainsi que de portions de tartes et de gâteaux. Pour gagner de la place à table, l'ensemble est servi sur un présentoir à étages. On commence par le salé et on poursuit avec les mets sucrés. Afin de servir le thé dans les règles de l'art, on n'utilise jamais de sachet, mais bien des feuilles en vrac. On maintient également le liquide chaud sur une bougie chauffe-plat. Et pour ceux qui désirent réduire le taux de théine ou d'amertume, il suffit de plonger la boule ou le filtre à thé dans l'eau bouillante, puis d'en refaire une infusion. Enfin, sachez que les grands établissements de ce monde, dans leur volonté de rendre le rituel moins désuet, ont également le bon goût d'accompagner le tout d'un verre de champagne ou de prosecco... Pas vraiment " so british ", mais parfaitement " so chic ".