Le projet a débuté il y a plusieurs années. Alken-Maes produit la célèbre bière d'abbaye à Alken dans le Limbourg, mais le groupe et la communauté monastique qui compte encore 15 frères, souhaitaient faire revivre l'expérience brassicole in situ. Plus qu'un simple soutien au projet, les moines seront même directement impliqués dans la production de la bière. Le sous-prieur Karel Stautemas, 57 ans, épaulera un jeune brasseur français déniché par Carlsberg: Marc-Antoine Sochon (28 ans).

"L'activité brassicole a connu une brusque fin avec la Révolution française, et 223 ans plus tard, nous voulions revenir à la tradition de brasser à l'intérieur des murs", explique le père. "Jusqu'ici, la communauté était consultée lorsqu'une nouvelle Grimbergen allait voir le jour, quant à son design et son goût. Avec la création de la microbrasserie, on veut aller plus loin en s'impliquant dans le brassage. Ce qui suppose pour ma part de suivre une formation à la brasserie Jacobsen à Copenhague et une formation théorique à la Scandinavian School of Brewing", développe Karel Stautemas.

Un petit parfum de Scandinavie

Un parfum scandinave flotte dans cette histoire et pour cause. Le groupe brassicole danois Carlsberg, qui distribue la Grimbergen à l'étranger, a également investi dans cette microbrasserie qui devrait contribuer au rayonnement de la marque à l'international.

Faire de l'endroit "une sorte de labo innovant pour les nouvelles Grimbergen qui seront développées à l'avenir"

Les liens entre Carlsberg et Alken-Maes remontent à 2008 lorsque prennent fin les activités de Scottish & Newcastle qui détenait alors le brasseur limbourgeois. Carlsberg et Heineken se sont partagé le gâteau S&N. Alken-Maes, devenue filiale du groupe néerlandais, a continué à produire à Alken de la Grimbergen pour le marché belge alors que la distribution et la production de la bière d'abbaye à l'étranger (Obernai, Varese et Szczecin) a été confiée à Carlsberg.

Le CEO de Carlsberg, Cees 't Hart, avait fait le déplacement à Grimbergen jeudi pour visiter la nouvelle installation. "Grimbergen est une marque importante pour nous. Elle fait partie de notre segment 'bières spéciales et artisanales' qui l'an dernier, malgré la crise du coronavirus, a connu une progression à deux chiffres", explique le responsable.

., Reuters
. © Reuters

La nouvelle équipe brassicole a mis au point trois bières qui seront servies notamment au bar jouxtant la microbrasserie: l'Astrum Pale Ale (6% vol. alc.), la Magnum Opus Brut (8%) et l'Ignis Quadruple (10%).

Laboratoire d'innovation

L'intention est d'en brasser régulièrement de nouvelles et de faire de l'endroit "une sorte de labo innovant pour les nouvelles Grimbergen qui seront développées à l'avenir", selon père Karel. "Mais la gamme actuelle a tout autant de valeur à nos yeux. Nous prolongeons simplement la ligne déjà tracée par la Gimbergen blonde, par exemple", ajoute-t-il. La Grimbergen est une "bière d'abbaye reconnue", mais elle se distingue de la plupart de ses consoeurs (Leffe, Tongerlo, Floreffe...) en disposant désormais de ses propres installations.

Val-Dieu, Villers-la-Ville et Brogne sont quelques exemples de brasseries installées sur un site abbatial, mais où plus aucune communauté monastique n'est présente. Par contre, les Norbertins d'Averbode près de Diest et ceux de l'abbaye du Parc à Heverlee ont aussi installé une petite brasserie sur leur site ces dernières années. Le cas de Grimbergen n'est donc pas isolé. Il n'est pas sans rappeler celui d'une bière trappiste qui pour porter cette appellation doit être brassée au sein d'une abbaye et sous la supervision de moines trappistes.

La communauté de Grimbergen relevant de l'ordre des Norbertins, ses bières ne pourront jamais prétendre à l'appellation trappiste, mais l'esprit (saint) n'en est pas loin. Et cet esprit s'apprête à descendre sur la communauté de Maredsous également puisque Duvel Moortgat planche sur la construction d'une brasserie artisanale sur le site de l'abbaye bénédictine, pour laquelle le groupe brasse à Puurs depuis les années '60. L'installation devrait être opérationnelle en 2022.

Le projet a débuté il y a plusieurs années. Alken-Maes produit la célèbre bière d'abbaye à Alken dans le Limbourg, mais le groupe et la communauté monastique qui compte encore 15 frères, souhaitaient faire revivre l'expérience brassicole in situ. Plus qu'un simple soutien au projet, les moines seront même directement impliqués dans la production de la bière. Le sous-prieur Karel Stautemas, 57 ans, épaulera un jeune brasseur français déniché par Carlsberg: Marc-Antoine Sochon (28 ans). "L'activité brassicole a connu une brusque fin avec la Révolution française, et 223 ans plus tard, nous voulions revenir à la tradition de brasser à l'intérieur des murs", explique le père. "Jusqu'ici, la communauté était consultée lorsqu'une nouvelle Grimbergen allait voir le jour, quant à son design et son goût. Avec la création de la microbrasserie, on veut aller plus loin en s'impliquant dans le brassage. Ce qui suppose pour ma part de suivre une formation à la brasserie Jacobsen à Copenhague et une formation théorique à la Scandinavian School of Brewing", développe Karel Stautemas. Un parfum scandinave flotte dans cette histoire et pour cause. Le groupe brassicole danois Carlsberg, qui distribue la Grimbergen à l'étranger, a également investi dans cette microbrasserie qui devrait contribuer au rayonnement de la marque à l'international. Les liens entre Carlsberg et Alken-Maes remontent à 2008 lorsque prennent fin les activités de Scottish & Newcastle qui détenait alors le brasseur limbourgeois. Carlsberg et Heineken se sont partagé le gâteau S&N. Alken-Maes, devenue filiale du groupe néerlandais, a continué à produire à Alken de la Grimbergen pour le marché belge alors que la distribution et la production de la bière d'abbaye à l'étranger (Obernai, Varese et Szczecin) a été confiée à Carlsberg. Le CEO de Carlsberg, Cees 't Hart, avait fait le déplacement à Grimbergen jeudi pour visiter la nouvelle installation. "Grimbergen est une marque importante pour nous. Elle fait partie de notre segment 'bières spéciales et artisanales' qui l'an dernier, malgré la crise du coronavirus, a connu une progression à deux chiffres", explique le responsable. La nouvelle équipe brassicole a mis au point trois bières qui seront servies notamment au bar jouxtant la microbrasserie: l'Astrum Pale Ale (6% vol. alc.), la Magnum Opus Brut (8%) et l'Ignis Quadruple (10%). L'intention est d'en brasser régulièrement de nouvelles et de faire de l'endroit "une sorte de labo innovant pour les nouvelles Grimbergen qui seront développées à l'avenir", selon père Karel. "Mais la gamme actuelle a tout autant de valeur à nos yeux. Nous prolongeons simplement la ligne déjà tracée par la Gimbergen blonde, par exemple", ajoute-t-il. La Grimbergen est une "bière d'abbaye reconnue", mais elle se distingue de la plupart de ses consoeurs (Leffe, Tongerlo, Floreffe...) en disposant désormais de ses propres installations. Val-Dieu, Villers-la-Ville et Brogne sont quelques exemples de brasseries installées sur un site abbatial, mais où plus aucune communauté monastique n'est présente. Par contre, les Norbertins d'Averbode près de Diest et ceux de l'abbaye du Parc à Heverlee ont aussi installé une petite brasserie sur leur site ces dernières années. Le cas de Grimbergen n'est donc pas isolé. Il n'est pas sans rappeler celui d'une bière trappiste qui pour porter cette appellation doit être brassée au sein d'une abbaye et sous la supervision de moines trappistes. La communauté de Grimbergen relevant de l'ordre des Norbertins, ses bières ne pourront jamais prétendre à l'appellation trappiste, mais l'esprit (saint) n'en est pas loin. Et cet esprit s'apprête à descendre sur la communauté de Maredsous également puisque Duvel Moortgat planche sur la construction d'une brasserie artisanale sur le site de l'abbaye bénédictine, pour laquelle le groupe brasse à Puurs depuis les années '60. L'installation devrait être opérationnelle en 2022.