Le samedi n'est pas un jour comme les autres pour Valentin Norberg, 26 ans. Peu importe la météo, on est certain de le trouver du côté de la rue de l'Ange, en plein coeur du marché de Namur. C'est là, en compagnie de Charlie Guilliams (30 ans), son inséparable moitié, qu'il fait ses emplettes, un vrai rituel. Il ne raterait ce rendez-vous pour rien au monde. Peu importe, d'ailleurs, qu'il se soit couché tard la veille ou que la semaine ait été contrariante, Valentin retrouve l'excitation d'un petit garçon lâché dans un magasin de jouets. Il déborde d'enthousiasme devant l'étal de Thimi-Fruits, son maraîcher attitré. " Thimi et moi, on a une incroyable complicité. Je vois bien qu'il a plaisir à me dénicher des pépites car il sait que je vais les sublimer à la faveur de ma carte 'retour du marché'. Une fois par semaine, j'invente des recettes directement inspirées par ce que je ramène dans mon cabas. "

© PHOTOS FRÉDÉRIC RAEVENS

Au moment où le couple s'apprête à payer, le maraîcher invite Valentin à le suivre. L'homme lui a réservé une surprise de taille.

BOUDDHA RARE

De sa camionnette, il sort une caissette de magnifiques mains de Bouddha, agrume originaire du Sud-Est de l'Asie qui porte le nom scientifique de Citrus Medica Digita. Le mixologiste laisse éclater sa joie : " Ça fait des semaines que j'essaie d'en avoir ", s'exclame-t-il avec une lueur de reconnaissance dans les yeux.

Le parcours de Valentin Norberg n'a pas vraiment été un long fleuve tranquille. Qu'il s'agisse de son incapacité à regarder son interlocuteur dans les yeux ou de rester en place, tout en lui trahit le créatif doté d'un haut potentiel. " Après l'école, un système qui ne me convenait pas du tout, j'ai pas mal fréquenté la scène électro. Il y régnait beaucoup d'énergie mais le côté instable, ce n'était pas pour moi. Je me suis alors mis à travailler dans des bars, c'est comme ça que j'ai rencontré Charlie. On aimait ce milieu mais on était déçus par l'approche industrielle prônée par la plupart des endroits. On rêvait de s'installer à notre compte, mais hélas, l'argent nous manquait. "

CAMION-COCKTAIL

Plutôt que de se résigner, Valentin et Charlie imaginent une alternative moins coûteuse : créer un bar dans une caravane, à la manière d'un food-truck. " Valentin a eu l'idée géniale de chercher du côté des Pays-Bas, nation de référence pour ce type de véhicule. Là-bas, c'est une religion, il a déniché une Knaus qui était comme neuve. Par chance, son papa qui est très bricoleur nous a aidés à l'aménager. " Très rapidement, le duo se fait un nom à Namur et dans la province. Tant et si bien que Valentin est sollicité pour des concours. En 2017, il remporte le Bloody Mary White organisé par la Deluxe Distillerie. Une consécration.

© PHOTOS FRÉDÉRIC RAEVENS

Ici, les produits sont frais et de saison, les infusions et les sirops sont faits maison. L'endroit veut offrir à tous une alternative plus responsable à la consommation

UN BAR À SOI

Après l'acquisition d'une seconde caravane, Valentin et Charlie comprennent que le succès des deux bars itinérants va leur permettre de réaliser leur rêve : ouvrir un établissement à Namur. En 2018, après cinq mois de travaux, ils transforment un ancien commerce à la décoration de chalet alsacien en une enseigne contemporaine à la pointe du goût du jour. Ces 45 m² portent le nom de Botanical by Alfonse. Une évidence : pas question pour le tandem d'ouvrir une enseigne à cocktails comme il en existe plein. " Ici, les produits sont frais et de saison, les infusions et les sirops sont faits maison. L'endroit veut ofrir à tous une alternative plus responsable à la consommation, avec des fournisseurs artisanaux et des alcools de qualité, c'est notre philosophie ", résume Charlie.

© PHOTOS FRÉDÉRIC RAEVENS

HERBES À BOIRE

Pour ce faire, Valentin a une idée géniale : il réalise une serre en prise directe sur le bar. Illuminé par des LED horticoles, cet espace totalement novateur dans le monde du cocktail belge abrite toutes les herbes utilisées, du basilic à la mélisse, en passant par l'oseille. L'orfèvre détaille : " Tout comme la synergie mise au point avec mon maraîcher, je ne voulais pas travailler seul dans mon coin. Du coup, on a imaginé un principe d'échange des savoirs pour tout ce qui concernait les herbes et les aromates. "

Au total, une soixantaine de plantes et d'herbes poussent et se régénèrent au coeur de cette adresse qui se distingue entre autres par ses memory cocktails, soit des préparations puisées à même les souvenirs et les impressions du mixologiste.

© PHOTOS FRÉDÉRIC RAEVENS

Bien vu, plutôt que d'être jetés après avoir été dépouillés pour décorer les verres et constituer l'arrière-fond gustatif des breuvages, les végétaux sont remis en forme du côté de l'Atelier de Bossimé. Situé dans les bâtiments d'une ferme de Loyers, ce projet de Ludovic Vanacker fait place à un restaurant gastronomique mais également à une pisciculture et des terres occupées par des maraîchers wallons. " C'est un cercle vertueux, se réjouit Valentin. Une sorte d'économie circulaire d'un nouveau genre. " La déco du bar illustre joliment la démarche. Comptoir en Mortex, banquettes en bois montées sur pieds en porcelaine (récupérés d'une ancienne ligne de haute-tension) ou longue table en granito, tout ici respire la fraîcheur végétale, la récupération bien pensée et le bon goût.

Rue des Brasseurs 46, 5000 Namur, alfonseandstuff.com

© PHOTOS FRÉDÉRIC RAEVENS