Conditions sanitaires obligent, c'est en réunion Zoom que les Mi'dinettes nous donnent rendez-vous. Qu'importe, l'énergie solaire des deux Bruxelloises traverse l'écran. Quelques soucis de connexion plus tard, Diane d'Andrimont et Nathalie de Jamblinne nous dévoilent leur bébé. Si simple : 64 recettes pour vos petits et grands moments est la concrétisation sur papier d'un projet mené de front, à côté de leur carrière, par les deux amies, depuis plus de dix ans. En somme, un mélange d'anciennes recettes liées à des souvenirs et des préparations inédites qui ne demandent pas mieux que d'en créer des nouveaux.

A l'origine du blog des Mi'dinettes - pour " Di de Diane et Nettes de Nath, qui donne " ma dinette " " -, créé en 2009, il y a deux étudiantes qui se rencontrent en école de graphisme, et qui vont partager un kot. " On s'amusait à faire des petits plats pour tout le monde, ça a bien accroché, raconte Diane.

"Quand j'aime des gens, j'ai envie de bien les nourrir"

Et puis un jour Nathalie a lancé une idée : poser nos recettes quelque part pour avoir la réaction des gens, et partager tout ça. " Le partage, c'est d'ailleurs le principal leitmotiv des Bruxelloises : " La cuisine c'est un acte d'amour. Quand j'aime des gens, j'ai envie de bien les nourrir. Il se passe tellement de choses autour d'une table. Il y a aussi une idée de donner un peu de soi-même, c'est très personnel", poursuit Diane.

Le succès de la complémentarité

Individuellement, leur rapport à la nourriture est pourtant radicalement opposé. L'une a grandi près d'un potager, apprenant à goûter les légumes dans toute leur diversité et leur saisonnalité ; l'autre a découvert ce qu'était le basilic en quittant le domicile familial. " C'était trop exotique pour chez nous ", plaisante Diane. La première a découvert la cuisine le dimanche à l'heure du goûter avec sa mère - " elle faisait tout maison, automatiquement si on mangeait des lasagnes c'est elle qui les faisait " - ; tandis que la mère de la seconde n'aimait pas faire à manger - " C'était petits pois, carottes, viande mais qui était trop cuite... J'ai appris à cuisiner à tâtons. " Deux approches de la gastronomie complètement différentes mais qui semblent parfaitement s'emboîter aujourd'hui : " Nathalie connaît vraiment les bases de la cuisine, moi je suis plutôt dans la création. "

Notre cuisine s'adresse à tout le monde: de ceux qui n'aiment pas trop cuisiner - même s'il faut l'envie au départ - aux parents qui n'ont pas le temps mais qui aiment cette activité.

Aujourd'hui, toutes les deux mamans, les Mi'dinettes prolongent dans leur livre de recettes la vision de la cuisine qu'elles partagent avec les internautes sur leur blog. Une cuisine " abordable, simple, de saison et créative mais sans complexifier les choses, tente de définir Nathalie. Notre cuisine s'adresse à tout le monde: de ceux qui n'aiment pas trop cuisiner - même s'il faut l'envie au départ - aux parents qui n'ont pas le temps mais qui aiment cette activité. On peut faire des choses facilement. " Avec l'ambition de bousculer les codes: finies les heures passées derrière les fourneaux pendant que les invités patientent et vivent le moment présent à table.

Le sens du partage

L'une des principales ambitions des Mi'dinettes, c'est bien de proposer une approche conviviale de la cuisine : on pose la casserole au milieu de la table et on profite avec ses hôtes. " On trouve que ça rajoute de la chaleur. Nous ce qu'on aime, c'est partager. Quand ma mère reçoit des amis, elle respecte peut-être plus l'ordre de l'entrée, du plat, et du dessert, plus traditionnel. Ça va probablement bousculer la génération du dessus ! "

Que vous soyez novice ou expert, ce recueil de recettes vous donnera des idées pour des tête-à-tête, des repas entre amis et même pour une soirée dans votre canapé, devant Netflix. A l'image de l'étonnante association des pains kebab façon flammeküche, (presque) réalisables en un claquement de doigts avec des aliments qu'on a très souvent dans nos placards. " La base c'est le pain qu'on coupe dans l'épaisseur et on ajoute la garniture façon flammekueche : de la crème, des oignons, des lardons. C'est une recette qui s'adapte à tout, on a toujours un pain pita, un peu de crème ou de coulis de tomate à la maison... On met le tout au four et ça passe tout seul ! "

Et lorsqu'on leur demande si l'idée d'écrire un deuxième livre est déjà sur la table, Nathalie et Diane répondent qu'elles n'en ont encore jamais parlé, mais que l'envie est présente. Mais pas avant que les enfants aient un peu grandi... à vos calendriers!

Si simple : 64 recettes pour vos petits et grands moments, par Nath et Diane du blog Mi'dinettes, Renaissance du Livre, 141 pages.

Par Roxane Téjérina

LES RECETTES

Pains kebab façon flammeküche

Pour 2 personnes

2 pains kebab (pitta), 15 cl de crème fraîche épaisse, 1 petit oignon jaune, 100 g d'allumettes de lardons fumés, poivre

Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont
© Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont

Préchauffez le four à 180 °C.

? Coupez les pains en deux dans l'épaisseur et disposez-les sur une plaque allant au four.

? Coupez l'oignon en tranches fines.

? Sur chaque pain, étalez la crème fraîche, disposez les tranches d'oignon et répartissez les lardons.

? Donnez deux tours de moulin à poivre sur chacun.

? Enfournez 20 minutes jusqu'à ce que les flammekueches prennent une belle coloration dorée.

? Servez avec une salade.

Lentilles au chorizo

Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont
© Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont

Pour 8 personnes

4 oignons, 4 gousses d'ail, 6 belles tomates, 250 g de chorizo piquant, 6 boîtes de lentilles précuites (240 g égouttées), 4 poivrons, 2 bottes de coriandre, 6 c à s d'huile d'olive, 2 feuilles de laurier, sel, poivre

? Émincez grossièrement les oignons.

? Dans une grande casserole, versez l'huile d'olive et faites-y revenir les oignons jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides.

? Émincez les poivrons et les tomates. Coupez le chorizo en tranches d'environ 3 mm d'épaisseur et pressez l'ail. Versez le tout dans la casserole avec le laurier. Salez et poivrez selon votre goût.

? Laissez mijoter à feu moyen pendant environ 20 minutes le temps que la sauce réduise légèrement.

? Égouttez les lentilles et rincez-les. Ajoutez-les à la sauce et mélangez délicatement. Poursuivez la cuisson à feu moyen quelques minutes, le temps que les lentilles soient bien chaudes.

? Pendant ce temps, émincez la coriandre.

? Versez la préparation aux lentilles dans un plat de service et parsemez de coriandre.

? Dégustez bien chaud avec du bon pain.

Noix de cajou au Tamari

Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont
© Nathalie De Jamblinne et Diane d'Andrimont

Pour 300 g de noix

300 g de noix de cajou, 2 c à s de sauce Tamari

? La veille, placez les noix de cajou avec la sauce Tamari dans un pot avec un couvercle. Secouez le pot fermé plusieurs fois quand vous passez devant pour bien mélanger le Tamari et les noix.

? Le lendemain, préchauffez le four à 150 °C. Disposez les noix sur la plaque du four, recouverte d'un papier sulfurisé.

? Enfournez pendant 25 minutes, et mélangez les noix au moins deux fois en cours de cuisson. Les noix de cajou sont prêtes quand elles sont sèches et bien dorées.

? Laissez-les refroidir avant de déguster.

? Elles se conservent très bien dans une petite boîte hermétique une bonne semaine, voire plus. Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous donner plus de précisions, car elles disparaissent toujours dans la journée !

Conditions sanitaires obligent, c'est en réunion Zoom que les Mi'dinettes nous donnent rendez-vous. Qu'importe, l'énergie solaire des deux Bruxelloises traverse l'écran. Quelques soucis de connexion plus tard, Diane d'Andrimont et Nathalie de Jamblinne nous dévoilent leur bébé. Si simple : 64 recettes pour vos petits et grands moments est la concrétisation sur papier d'un projet mené de front, à côté de leur carrière, par les deux amies, depuis plus de dix ans. En somme, un mélange d'anciennes recettes liées à des souvenirs et des préparations inédites qui ne demandent pas mieux que d'en créer des nouveaux.A l'origine du blog des Mi'dinettes - pour " Di de Diane et Nettes de Nath, qui donne " ma dinette " " -, créé en 2009, il y a deux étudiantes qui se rencontrent en école de graphisme, et qui vont partager un kot. " On s'amusait à faire des petits plats pour tout le monde, ça a bien accroché, raconte Diane. Et puis un jour Nathalie a lancé une idée : poser nos recettes quelque part pour avoir la réaction des gens, et partager tout ça. " Le partage, c'est d'ailleurs le principal leitmotiv des Bruxelloises : " La cuisine c'est un acte d'amour. Quand j'aime des gens, j'ai envie de bien les nourrir. Il se passe tellement de choses autour d'une table. Il y a aussi une idée de donner un peu de soi-même, c'est très personnel", poursuit Diane.Individuellement, leur rapport à la nourriture est pourtant radicalement opposé. L'une a grandi près d'un potager, apprenant à goûter les légumes dans toute leur diversité et leur saisonnalité ; l'autre a découvert ce qu'était le basilic en quittant le domicile familial. " C'était trop exotique pour chez nous ", plaisante Diane. La première a découvert la cuisine le dimanche à l'heure du goûter avec sa mère - " elle faisait tout maison, automatiquement si on mangeait des lasagnes c'est elle qui les faisait " - ; tandis que la mère de la seconde n'aimait pas faire à manger - " C'était petits pois, carottes, viande mais qui était trop cuite... J'ai appris à cuisiner à tâtons. " Deux approches de la gastronomie complètement différentes mais qui semblent parfaitement s'emboîter aujourd'hui : " Nathalie connaît vraiment les bases de la cuisine, moi je suis plutôt dans la création. "Aujourd'hui, toutes les deux mamans, les Mi'dinettes prolongent dans leur livre de recettes la vision de la cuisine qu'elles partagent avec les internautes sur leur blog. Une cuisine " abordable, simple, de saison et créative mais sans complexifier les choses, tente de définir Nathalie. Notre cuisine s'adresse à tout le monde: de ceux qui n'aiment pas trop cuisiner - même s'il faut l'envie au départ - aux parents qui n'ont pas le temps mais qui aiment cette activité. On peut faire des choses facilement. " Avec l'ambition de bousculer les codes: finies les heures passées derrière les fourneaux pendant que les invités patientent et vivent le moment présent à table.L'une des principales ambitions des Mi'dinettes, c'est bien de proposer une approche conviviale de la cuisine : on pose la casserole au milieu de la table et on profite avec ses hôtes. " On trouve que ça rajoute de la chaleur. Nous ce qu'on aime, c'est partager. Quand ma mère reçoit des amis, elle respecte peut-être plus l'ordre de l'entrée, du plat, et du dessert, plus traditionnel. Ça va probablement bousculer la génération du dessus ! " Que vous soyez novice ou expert, ce recueil de recettes vous donnera des idées pour des tête-à-tête, des repas entre amis et même pour une soirée dans votre canapé, devant Netflix. A l'image de l'étonnante association des pains kebab façon flammeküche, (presque) réalisables en un claquement de doigts avec des aliments qu'on a très souvent dans nos placards. " La base c'est le pain qu'on coupe dans l'épaisseur et on ajoute la garniture façon flammekueche : de la crème, des oignons, des lardons. C'est une recette qui s'adapte à tout, on a toujours un pain pita, un peu de crème ou de coulis de tomate à la maison... On met le tout au four et ça passe tout seul ! "Et lorsqu'on leur demande si l'idée d'écrire un deuxième livre est déjà sur la table, Nathalie et Diane répondent qu'elles n'en ont encore jamais parlé, mais que l'envie est présente. Mais pas avant que les enfants aient un peu grandi... à vos calendriers!Par Roxane TéjérinaPour 2 personnes2 pains kebab (pitta), 15 cl de crème fraîche épaisse, 1 petit oignon jaune, 100 g d'allumettes de lardons fumés, poivre Préchauffez le four à 180 °C. ? Coupez les pains en deux dans l'épaisseur et disposez-les sur une plaque allant au four. ? Coupez l'oignon en tranches fines. ? Sur chaque pain, étalez la crème fraîche, disposez les tranches d'oignon et répartissez les lardons. ? Donnez deux tours de moulin à poivre sur chacun. ? Enfournez 20 minutes jusqu'à ce que les flammekueches prennent une belle coloration dorée. ? Servez avec une salade. Pour 8 personnes4 oignons, 4 gousses d'ail, 6 belles tomates, 250 g de chorizo piquant, 6 boîtes de lentilles précuites (240 g égouttées), 4 poivrons, 2 bottes de coriandre, 6 c à s d'huile d'olive, 2 feuilles de laurier, sel, poivre ? Émincez grossièrement les oignons. ? Dans une grande casserole, versez l'huile d'olive et faites-y revenir les oignons jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides. ? Émincez les poivrons et les tomates. Coupez le chorizo en tranches d'environ 3 mm d'épaisseur et pressez l'ail. Versez le tout dans la casserole avec le laurier. Salez et poivrez selon votre goût. ? Laissez mijoter à feu moyen pendant environ 20 minutes le temps que la sauce réduise légèrement. ? Égouttez les lentilles et rincez-les. Ajoutez-les à la sauce et mélangez délicatement. Poursuivez la cuisson à feu moyen quelques minutes, le temps que les lentilles soient bien chaudes. ? Pendant ce temps, émincez la coriandre. ? Versez la préparation aux lentilles dans un plat de service et parsemez de coriandre. ? Dégustez bien chaud avec du bon pain.Pour 300 g de noix300 g de noix de cajou, 2 c à s de sauce Tamari ? La veille, placez les noix de cajou avec la sauce Tamari dans un pot avec un couvercle. Secouez le pot fermé plusieurs fois quand vous passez devant pour bien mélanger le Tamari et les noix. ? Le lendemain, préchauffez le four à 150 °C. Disposez les noix sur la plaque du four, recouverte d'un papier sulfurisé. ? Enfournez pendant 25 minutes, et mélangez les noix au moins deux fois en cours de cuisson. Les noix de cajou sont prêtes quand elles sont sèches et bien dorées. ? Laissez-les refroidir avant de déguster. ? Elles se conservent très bien dans une petite boîte hermétique une bonne semaine, voire plus. Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous donner plus de précisions, car elles disparaissent toujours dans la journée !