Avec 3,4 millions de tonnes de pâtes fabriquées chaque année, l'Italie reste le principal producteur. Mais des statistiques de l'Union européenne montrent aussi que le piédestal italien est grignoté par les Etats-Unis (2 millions de tonnes), le Brésil (1,2 million de tonnes), la Russie (1 million de tonnes) et la Turquie (850.000 tonnes).

La réunion de mardi, sous l'égide des ministres du Développement économique et des Politiques agricoles, a lancé plusieurs pistes: promotion de la "pasta" à l'étranger, valorisation de l'ensemble de la filière, incitation à la production de froment de qualité, campagne d'éducation sur les bénéfices nutritionnels des pâtes et lutte contre la volatilité des prix.

"Le marché international exprime une forte demande de pâtes et de "made in Italy" ", note les organisateurs, mais il s'agit de lutter pour éviter que de grandes parts de marchés ne continuent d'être soustraites par des produits qui se contentent de prendre "l'accent italien".

Le secteur reste toutefois florissant, d'autant que les Italiens sont toujours les plus gros consommateurs: 25 kg par personne et par an, loin devant le Venezuela (13,2 kg) et la Tunisie (12 kg), selon les statistiques européennes.