La récolte de ce fruit, qui se mange non-épluché, représente cette année environ 50 tonnes en Belgique, selon la coopérative Veiling Hoogstraten, soit 25% de plus qu'en 2012. Le kiwaï se décline de multiples façons en cuisine et fait également l'objet de recherches en vue d'une éventuelle utilisation de ce fruit dans la conception de produits cosmétiques.

Le kiwaï provient du sud-est de l'Asie et préfère les climat humides et tempérés. La Belgique constitue donc un lieu idéal pour sa culture. Ce fruit y a fait son apparition en 2006, à la suite de recherches menées par la Hogeschool Gent et est depuis vendu pour la cinquième année consécutive.

Ce mini-kiwi offre de nombreuses possibilités au niveau culinaire et est très riche en vitamines. Sa touche acidulée permet de le décliner en divers snacks mais il se prête tout aussi bien aux confitures.

Les kiwaïs sont disponibles depuis mercredi et jusqu'à la mi-novembre dans la majorité des supermarchés du pays.

La récolte de ce fruit, qui se mange non-épluché, représente cette année environ 50 tonnes en Belgique, selon la coopérative Veiling Hoogstraten, soit 25% de plus qu'en 2012. Le kiwaï se décline de multiples façons en cuisine et fait également l'objet de recherches en vue d'une éventuelle utilisation de ce fruit dans la conception de produits cosmétiques. Le kiwaï provient du sud-est de l'Asie et préfère les climat humides et tempérés. La Belgique constitue donc un lieu idéal pour sa culture. Ce fruit y a fait son apparition en 2006, à la suite de recherches menées par la Hogeschool Gent et est depuis vendu pour la cinquième année consécutive. Ce mini-kiwi offre de nombreuses possibilités au niveau culinaire et est très riche en vitamines. Sa touche acidulée permet de le décliner en divers snacks mais il se prête tout aussi bien aux confitures. Les kiwaïs sont disponibles depuis mercredi et jusqu'à la mi-novembre dans la majorité des supermarchés du pays.