Les Belges ont consacré l'an dernier 514 millions d'euros à l'achat de produits bio (en ce compris non alimentaires), soit une hausse considérable de 18% par rapport à 2014, a calculé le bureau d'étude GfK. C'est le plus grand bond en un an: la différence était de seulement +4% entre 2013 et 2014.

Produits de la ferme à Overijse, près de Bruxelles © Belga Image

La proportion de ménages belges touchés par le bio reste stable, à 88%. La hausse des dépenses s'explique donc par une fréquence d'achat plus élevée.

Toutefois, seuls 9% des ménages achètent des produits bio toutes les semaines. Si l'on s'intéresse aux dépenses en produits bio alimentaires uniquement, la hausse s'élève également à 18%, à comparer à une croissance d'à peine 1,1% bio et non bio confondus.

Bruxelles est de loin la Région dans laquelle cette augmentation est la plus notable (+47%, contre +11% en Flandre et +18% en Wallonie).

En chiffres absolus, les familles aisées avec enfants et les retraités fortunés sont les plus gros consommateurs. Ensemble, ces deux groupes sont à l'origine de la moitié des dépenses en produits alimentaires bio, alors qu'ils ne représentent que 39% de la population.

Proportionnellement à l'ensemble de leurs dépenses, les personnes isolées de plus de 40 ans sont celles qui en consacrent la plus grande part à l'achat de nourriture bio (4%), à l'inverse des familles avec enfants à faibles revenus (1%).

Les supermarchés classiques restent le principal canal de distribution (41,8%), mais ils perdent du terrain notamment au profit des magasins spécialisés (33%).

En moyenne, les produits alimentaires bio frais sont un tiers plus chers que leurs équivalents conventionnels. Malgré leur succès grandissant, leur part de marché ne s'élève qu'à 2,7%.