Du côté des Vintrépides, Roberto Fernandez et Laurence Dupont - 31 ans chacun - ne tiennent pas en place. Depuis leur association en 2016, ces deux électrons libres multiplient les projets: importation de vins naturels, lancement d'une marque de bières bio, création d'une winery urbaine, inauguration d'une cave située En Neuvice ou fabrication d'une sauce piquante à partir de piments plantés par erreur - à la place de poivrons - dans une parcelle wallonne.
...

Du côté des Vintrépides, Roberto Fernandez et Laurence Dupont - 31 ans chacun - ne tiennent pas en place. Depuis leur association en 2016, ces deux électrons libres multiplient les projets: importation de vins naturels, lancement d'une marque de bières bio, création d'une winery urbaine, inauguration d'une cave située En Neuvice ou fabrication d'une sauce piquante à partir de piments plantés par erreur - à la place de poivrons - dans une parcelle wallonne. En 2018, le tandem s'intéresse aux spiritueux bio, un créneau peu balisé en Belgique. "On sentait du potentiel. Pour le financement, on est passé par le crowdfunding. En deux jours, on a eu trois fois plus d'argent que les 6 000 euros que nous cherchions. De quoi valider le projet et fédérer une communauté autour de nous", explique Roberto Fernandez avec une pointe d'accent emmenant du côté de Collioure, sa ville natale. Le Gin Apotek en question voit le jour à la faveur d'une collaboration avec la distillerie Radermacher de Bernard Zacharias. "Du fait de la demande pour les spiritueux bio et locaux, ce produit a connu un grand succès", enchérit Laurence Dupont. Du coup, le duo imagine une série de variations proposées sous le label Ardent Spirits. Six mois plus tard, un Rhum Ardent est lancé. En mai 2019, c'est au tour du Pastis Ardent de débouler, lui aussi dans un très reconnaissable flacon d'herboristerie. "Nous l'avons pensé comme un retour aux sources car je viens du sud de la France, détaille Fernandez. Il restait à trouver les bons partenaires d'aventure." La collaboration repose sur le talent d'un autre duo, Edouard (28 ans) et Guillaume Noblesse (31 ans), à la tête de Noblesse 1882, une maison sur le point de fêter ses 140 années d'existence... et dont le savoir-faire ancestral est remis au goût du jour depuis 2017, année du retour sur le devant de la scène des spiritueux. Les deux frères inaugureront d'ailleurs d'ici le mois de juin leurs nouveaux ateliers à Hannut, où ils produiront le Pastis Ardent et le reste de leur gamme comme l'Amaretto Noblesse. Ces deux artisans-producteurs ont pour vocation de proposer des spiritueux naturels et pauvres en sucre. Accordant énormément d'importance à créer des produits d'une grande finesse, ils opèrent une sélection pointue des matières premières et des fournisseurs. C'est en voulant concevoir un pastis rafraîchissant qu'Edouard et Guillaume ont élaboré, au bout de près de cent vingt tests et six mois de recherche, un apéritif anisé fidèle "à l'original" mais avec sa note végétale désaltérante. Les grandes lignes du procédé de fabrication? Un alcool de blé bio à 96% distillé six fois en France, de l'eau de source belge et un mélange d'herbes et d'épices. A côté de la base obligatoire d'anis et de réglisse, on retrouve notamment des saveurs d'armoise, de cardamome, de racine d'angélique ou de coriandre. Le "louchissement" du pastis (le caractère trouble qui survient lors du mélange avec de l'eau) provient de l'anéthol, l'extrait pur de l'anis.