En images: un trésor de béton et de verre, en pleine nature danoise

Depuis la cuisine, orientée à l'est, la vue est sublime. Les fenêtres panoramiques laissent entrer la nature dans la pièce. Le couple a opté pour des meubles classiques: une table signée Hans J. Wegner et des chaises Arne Jacobsen. © BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY

Surplombant le détroit de Sund, cette villa minimaliste d’inspiration japonaise, faite de béton, de verre et d’acier, a été imaginée par le designer danois Ole Palsby. Un vrai trésor architectural en pleine nature.

S’il est assez méconnu chez nous, la réputation du Danois Ole Palsby n’est plus à faire dans son pays, où il est notamment célèbre pour avoir imaginé la gamme de cuisine Eva Trio. A sa mort, en 2010, à l’âge de 75 ans, il a légué cette villa créée six ans plus tôt avec son épouse, la céramiste Bente Hansen, aux architectes Maria Christine Saxe Hansen et Peder Elgaard. Le couple a immédiatement été séduit par la structure de l’habitation, située dans le nord de Sjælland, et ses différents niveaux. Béton, verre et acier sont les éléments principaux de cette maison minimaliste d’inspiration japonaise, qui fait la part belle à l’ouverture dans tous les sens du terme. « Le cadre dans lequel nous choisissons de vivre a une influence considérable sur notre développement personnel et artistique, et nous n’avons absolument pas hésité quand nous avons vu cette merveille. C’est un endroit magique qui invite au calme. La vue sur la mer n’est jamais la même et nous inspire », explique Maria Christine Saxe Hansen, diplômée de la Royal Danish Academy of Fine Arts à Copenhague et fondatrice de M SAXE et Maison & Me, une société de consulting en décoration d’intérieur, choix des couleurs et aménagement d’espaces.

L'habitation consiste en deux bâtiments indépendants connectés par un long couloir en verre, et séparés par un jardin et une cour. Un rez-de-chaussée souterrain de 200 m² sert de base commune.
L’habitation consiste en deux bâtiments indépendants connectés par un long couloir en verre, et séparés par un jardin et une cour. Un rez-de-chaussée souterrain de 200 m² sert de base commune.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY

Cette bâtisse recouverte d’acier Corten avec un toit en zinc était faite pour ce duo féru d’architecture durable, fonctionnelle et esthétique. « Le choix des matériaux et leur impact sur les visiteurs, la façon dont ils nous entourent, étaient cruciaux pour nous, raconte notre hôte. Les matériaux durs comme le béton, l’acier et le verre sont à la fois doux et solides. Ce dernier a eu une place particulière dans l’esprit du concepteur quand il a dessiné la villa. Il a été influencé par ses nombreux séjours au Japon, où il a découvert l’univers de l’esthétique zen. Grâce aux grandes baies vitrées, la frontière entre intérieur et extérieur s’estompe, et la mer et le ciel font partie intégrante du décor. Elles reflètent également la lumière et deviennent alors des miroirs. »

L’habitation est composée de deux bâtiments indépendants, reliés par un couloir vitré et séparés par une cour et un petit jardin. En dessous, se trouve un rez-de-chaussée de 200 m² qui fait office de base commune à ces deux entités bien distinctes. La première sert de « machinerie », avec l’atelier, les espaces de travail, le bureau et le local technique, tandis que la seconde, avec vue sur la mer, abrite le vaste salon, la cuisine et la salle à manger, ainsi qu’une chambre d’amis et une bibliothèque à l’étage. Le passage de verre permet la transition entre vies privée et professionnelle. Un espace pensé pour ne jamais induire un sentiment d’oppression.

« Nous avons beaucoup de respect pour les idées d’Ole Palsby. Même si nous avons apporté quelques modifications aux plans de départ, nous avons essayé de conserver le concept de base, qui était déjà très bien tel quel. Bien que les espaces soient très distincts, nous ne nous sentons jamais isolés », poursuit la propriétaire, qui affirme que ce nid douillet est si raffiné que pièces intimes et ouvertes cohabitent harmonieusement.

Ole Palsby a dessiné la cuisine en pin et acier, avec le plan de travail en Corian. Le vase noir sur le sol est l'oeuvre de la céramiste Bente Hansen, épouse du designer. Marie Christine l'a trouvé... dans le jardin.
Ole Palsby a dessiné la cuisine en pin et acier, avec le plan de travail en Corian. Le vase noir sur le sol est l’oeuvre de la céramiste Bente Hansen, épouse du designer. Marie Christine l’a trouvé… dans le jardin.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY

Pouvoir de transformation

Au cours de sa vie, le couple danois a rassemblé de nombreuses peintures, sculptures et objets contemporains, dont ils aiment agrémenter leur déco toujours différente. Tous les équipements tels que la cuisine équipée, les placards et les étagères sont intégrés dans les murs. Mais, en réalité, les baies vitrées ne laissent plus beaucoup de place aux meubles, que le somptueux paysage remplace tout naturellement. « Nous n’avons qu’une seule règle: que le design des opus que nous utilisons pour garnir les pièces puisse s’adapter à tous les types d’espace. Nous voulons un intérieur simple, nous aimons pouvoir vivre dans un environnement qui varie en fonction des saisons et de nos besoins. »

Selon la maîtresse des lieux, s’installer dans une construction comme celle-ci fut une vraie aventure: « Nous avons l’impression d’être en vacances tout au long de l’année, détendus et libres. Je pense que la maison a son propre caractère et ses humeurs changeantes. S’il fait lourd et brumeux, elle sera plus sombre, et si le temps est beau et clair, elle tend à disparaître. Ce pouvoir de transformation est fondamental. Mon chez-moi est devenu une partie de moi-même, je n’imaginais pas cela possible. C’est impressionnant de voir ce que l’art de bâtir, quand il est de qualité, peut avoir comme impact sur votre vie. »

Dans la cour entourée de vitres, une table et un banc en bois imaginés par Maria Christine Saxe Hansen avant d'être bâtis... par son père.
Dans la cour entourée de vitres, une table et un banc en bois imaginés par Maria Christine Saxe Hansen avant d’être bâtis… par son père.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY
La cheminée s'inscrit dans le prolongement de la cuisine. Un espace cosy où s'asseoir et profiter de la lumière au fil de la journée. La table basse est une création de Jean Prouvé.
La cheminée s’inscrit dans le prolongement de la cuisine. Un espace cosy où s’asseoir et profiter de la lumière au fil de la journée. La table basse est une création de Jean Prouvé.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY
Derrière les baies vitrées de la salle à manger, Marie Christine aime admirer l'omniprésence des lumières, qui varient en fonction des saisons et des heures.
Derrière les baies vitrées de la salle à manger, Marie Christine aime admirer l’omniprésence des lumières, qui varient en fonction des saisons et des heures.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY
Le passage en verre reliant les deux bâtiments et le rez-de-chaussée se termine de chaque côté par un escalier. Ceux-ci mènent aux chambres à coucher et à l'atelier.
Le passage en verre reliant les deux bâtiments et le rez-de-chaussée se termine de chaque côté par un escalier. Ceux-ci mènent aux chambres à coucher et à l’atelier.© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY
En images: un trésor de béton et de verre, en pleine nature danoise
© BIRGITTA WOLFGANG BJØRNVAD/SISTERS AGENCY

Partner Content