Pneuma, l’oeuvre de Charles Kaisin pour le bicentenaire du barreau de Bruxelles

© MF Plissart

C’est une oeuvre-d’art éphémère complètement étourdissante que le sculpteur Charles Kaisin a créée pour marquer le bicentenaire du barreau de Bruxelles.

Tel un champ de fleurs suspendu dans la Salle des Pas perdus du palais de justice bruxellois, l’oeuvre est composée de 10 000 origamis pliés par les soins de 15 détenus de la prison de Saint-Gilles avec lesquels le designer collabore depuis 8 ans. Le papier utilisé pour la création de ses fleurs d’Iris, symbole de la Région bruxelloise, provient d’anciens codes civils et pénaux, un soucis de recyclage présent dans le travail quotidien de l’artiste.

L’installation intitulée Pneuma (« esprit » en grec) s’inscrit dans un souffle et symbolise le rôle social de l’avocat – plus de 7 000 en Belgique – elle revêt également une symbolique forte. Le réseau de fils rouges, en référence au fil d’Ariane, représente la linéarité de la justice et l’aspect labyrinthique de l’appareil judiciaire. A mesure que l’on approche du centre de la pièce, la trame rouge se densifie créant un essaim de fleurs renvoyant à la rencontre des idées. A chaque mouvement d’air, les origamis tournoient grâce à leur forme d’hélice, ils forment alors une véritable vague poétique et donnent à l’ensemble l’aspect d’un mobile spectaculaire. A découvrir jusqu’au 31 août.

Ca.L

Découvrez l’oeuvre de Charles Kaisin dans cette vidéo

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content