Nombreux sont ceux qui se battent pour l'égalité des genres. Mais les clichés continuent néanmoins à gangréner la société. C'est ce que démontre - si c'était encore nécessaire - la dernière enquête en ligne menée par la marque Lego et l'institut Geena Davis, spécialisé dans les recherches sur les disparités de genre dans les médias. L'objectif : observer si les parents considèrent la créativité différemment en fonction du sexe de leurs enfants. Le questionnaire a été diffusé dans sept pays (Chine, République tchèque, Japon, Pologne, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis) et tant les parents que leurs rejetons - de 6 à 14 ans - y ont répondu. Au total, le célèbre fabricant de petites briques a sondé près de 7000 personnes.

71% craignent qu'on se moque d'eux

Et les résultats, plutôt attendus, sont sans équivoques : 74% des garçons pensent que certaines activités sont réservées aux filles, mais "seulement" 62% des filles partagent cet avis. Les filles semblent donc moins enclines aux préjugés sexistes. D'ailleurs 82% des filles sont heureuses de pouvoir jouer au football et de voir des garçons se tourner vers la danse, contre seulement 71% des garçons. Ces derniers sont d'ailleurs encore très sensibles aux moqueries s'ils jouent avec des jouets traditionnellement liés au sexe opposé (71%).

Et les parents ont leur responsabilité dans ces préjugés puisqu'ils encouragent également davantage leurs filles à se diriger vers des activités intellectuelles et artistiques. Elles sont plus souvent invitées à se tourner vers la danse que les garçons (81% contre 19%) et à participer à des spectacles (83% contre 17%). Elles sont également plus poussées à choisir la cuisine et la pâtisserie (80% contre 20%). Par contre, les garçons sont plus sollicités pour s'orienter vers les jeux de programmation (80% contre 20%) et le sport (76% contre 24%).

Côté carrière, les stéréotypes sont également toujours très présents. Quand on parle de professions créatives, la plupart des parents se représentent un homme - et ce, qu'ils aient une fille, un fils ou les deux. Lorsqu'il s'agit de scientifiques ou d'athlètes, 85% pensent à un homme contre 15% qui imaginent une femme ! Concernant les ingénieurs, le constat est encore plus inquiétant, 89% se figurent un homme contre seulement 11% une femme.

Les conséquences négatives

Le fait que les garçons soient considérés comme meilleurs dans les activités et professions créatives pose notamment problème au niveau de l'apprentissage. En effet, des jeux qui stimulent la créativité de l'enfant lui permettent d'acquérir des compétences non négligeables pour son développement comme la confiance en soi et la communication. C'est donc face à ce constat que Lego - aussi victimes de ces clichés puisque 59% des parents encouragent leurs fils à y jouer, contre 48% pour leurs filles - a décidé de revoir sa copie. Le but de sa campagne "Ready for girl" : rendre ses jouets plus inclusifs et encourager les parents, au travers d'une charte, à favoriser l'égalité des genres, par le jeu. A garder en tête au moment de remplir la hotte de Saint-Nicolas.

Le guide en 10 étapes de Lego pour casser la routine

- Invitez votre enfant à prendre part à des activités qui sortent de son quotidien.

- Présentez activement de nouvelles activités: renforcez sa confiance en participant à des activités variées et laissez-le s'exprimer au travers d'activités créatives.

- Echangez les rôles: montrez à votre enfant que les genres de rôles ne sont pas fixes en utilisant des livres ou des jeux.

- Modèles de rôles: initiez votre enfant à de nouveaux modèles qu'il ne connaît peut-être pas comme Bessie Coleman pour les pilotes d'avions.

- Ne jugez pas: si votre enfant montre de l'intérêt pour une activité "hors norme" ne le redirigez pas vers d'autres activités plus traditionnelles et encouragez-le.

- Encouragez les amitiés mixtes: cela permettra aux enfants de participer à une série d'activités et aidera à dissoudre les activités traditionnellement genrées.

- Challenge stéréotypes: pour stimuler la curiosité de votre enfant, parlez-lui des stéréotypes de genre existants afin d'encourager ses questionnements.

- L'importance des médias: faites attention à internet, ce que votre enfant y lit et y voit a un impact sur sa perception de lui-même, des autres et du monde.

- Héros à la maison: votre enfant sera moins nerveux et plus motivé à essayer de nouvelles activités s'il vous voit pratiquer un mélange d'activités.

-Sortez de votre zone de confort: essayez quelque chose de nouveau permettra de créer des liens entre vous et votre enfant de façon amusante.

Justine Gabrielli

Nombreux sont ceux qui se battent pour l'égalité des genres. Mais les clichés continuent néanmoins à gangréner la société. C'est ce que démontre - si c'était encore nécessaire - la dernière enquête en ligne menée par la marque Lego et l'institut Geena Davis, spécialisé dans les recherches sur les disparités de genre dans les médias. L'objectif : observer si les parents considèrent la créativité différemment en fonction du sexe de leurs enfants. Le questionnaire a été diffusé dans sept pays (Chine, République tchèque, Japon, Pologne, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis) et tant les parents que leurs rejetons - de 6 à 14 ans - y ont répondu. Au total, le célèbre fabricant de petites briques a sondé près de 7000 personnes.71% craignent qu'on se moque d'euxEt les résultats, plutôt attendus, sont sans équivoques : 74% des garçons pensent que certaines activités sont réservées aux filles, mais "seulement" 62% des filles partagent cet avis. Les filles semblent donc moins enclines aux préjugés sexistes. D'ailleurs 82% des filles sont heureuses de pouvoir jouer au football et de voir des garçons se tourner vers la danse, contre seulement 71% des garçons. Ces derniers sont d'ailleurs encore très sensibles aux moqueries s'ils jouent avec des jouets traditionnellement liés au sexe opposé (71%).Et les parents ont leur responsabilité dans ces préjugés puisqu'ils encouragent également davantage leurs filles à se diriger vers des activités intellectuelles et artistiques. Elles sont plus souvent invitées à se tourner vers la danse que les garçons (81% contre 19%) et à participer à des spectacles (83% contre 17%). Elles sont également plus poussées à choisir la cuisine et la pâtisserie (80% contre 20%). Par contre, les garçons sont plus sollicités pour s'orienter vers les jeux de programmation (80% contre 20%) et le sport (76% contre 24%).Côté carrière, les stéréotypes sont également toujours très présents. Quand on parle de professions créatives, la plupart des parents se représentent un homme - et ce, qu'ils aient une fille, un fils ou les deux. Lorsqu'il s'agit de scientifiques ou d'athlètes, 85% pensent à un homme contre 15% qui imaginent une femme ! Concernant les ingénieurs, le constat est encore plus inquiétant, 89% se figurent un homme contre seulement 11% une femme.Les conséquences négativesLe fait que les garçons soient considérés comme meilleurs dans les activités et professions créatives pose notamment problème au niveau de l'apprentissage. En effet, des jeux qui stimulent la créativité de l'enfant lui permettent d'acquérir des compétences non négligeables pour son développement comme la confiance en soi et la communication. C'est donc face à ce constat que Lego - aussi victimes de ces clichés puisque 59% des parents encouragent leurs fils à y jouer, contre 48% pour leurs filles - a décidé de revoir sa copie. Le but de sa campagne "Ready for girl" : rendre ses jouets plus inclusifs et encourager les parents, au travers d'une charte, à favoriser l'égalité des genres, par le jeu. A garder en tête au moment de remplir la hotte de Saint-Nicolas.Justine Gabrielli