Passé le choc, la stupeur et la sidération, l'angoisse pour soi-même et ses proches, puis l'organisation en catastrophe d'un quotidien auquel personne n'était préparé, certains ont commencé à imaginer " l'après ". Une question de survie, ou ...

Passé le choc, la stupeur et la sidération, l'angoisse pour soi-même et ses proches, puis l'organisation en catastrophe d'un quotidien auquel personne n'était préparé, certains ont commencé à imaginer " l'après ". Une question de survie, ou au moins de nécessité, pour beaucoup d'acteurs des secteurs que nous avons l'habitude de traiter - mode, beauté, design, gastronomie, voyages, tous durablement marqués par une crise qui les somme de réinventer leur activité. C'est la raison pour laquelle nous vous proposons un dossier intitulé " Le bonheur est dans l'après " : e-commerce et shopping de proximité, télétravail et productions relocalisées, création participative, staycation ou défilés streamés. N'en déplaise à ceux qui jugent que l'urgence actuelle doit mobiliser toutes les énergies, nous estimons que penser à la suite, ce n'est pas manquer de respect au présent - au contraire, la perspective de meilleurs lendemains nous impose dès aujourd'hui d'étudier ces questions. Parce qu'on ne connaît que trop bien le prix de l'impréparation. Et parce qu'un " monde d'après " duquel serait absent ce qui nous inspire, nous permet de nous évader ou nous met en joie serait la dernière des capitulations.