Avant d'entamer cette navigation au long cours, le Lenin reste amarré pour deux jours aux quais de Saint-Pétersbourg, près du seul pont qui ne se lève pas lors des nuits blanches. " Dommage pour les jeunes du coin, plaisante notre guide, car lorsque nous sortions les soirs d'été, nous avions l'excuse des ponts levés pour ne pas rentrer trop tôt à la maison ! " Pour l'heure, il nous permet de profiter des jours sans fin et de la frénésie qui anime les lieux chaque soir de juin et de juillet. Saint-Pétersbourg est une ville qui respire, ouverte et spacieuse. Les larges boulevards dessinés par les architectes de Pierre Ier étaient résolument en avance sur leur temps. Des voies de communication doublées d'un vaste réseau de canaux, de rivières et de ponts qui rendent l'atmosphère encore plus avenante. Sans oublier le fleuve Neva. Ami et ennemi à la fois, il a inondé la cité plus de trois cents fois depuis la fondation de celle-ci en 1703.
...