Elle trouve que quand on parle d'Afrique, on a une fâcheuse tendance à vouloir affubler le continent de clichés, alors, à sa manière, Siré Kaba prend une longueur d'avance et leur tord le cou. Son label, elle le baptise Erratum Fa...

Elle trouve que quand on parle d'Afrique, on a une fâcheuse tendance à vouloir affubler le continent de clichés, alors, à sa manière, Siré Kaba prend une longueur d'avance et leur tord le cou. Son label, elle le baptise Erratum Fashion, histoire de mettre en oeuvre " la correction des erreurs du passé ". Son vestiaire, elle le veut comme une synthèse de ses origines guinéennes, de son déclic sénégalais et de sa vie d'Afropéenne basée à Molenbeek. Ses intemporels kimonos, robes, pantalons, bombers et noeuds papillon, elle les décline en wax, indigo et bazin tandis qu'elle en confie la confection à un atelier de promotion sociale bruxellois. De l'envie et de la cohérence en toute chose. Du 23 au 25 février, Bozar lui ouvre grand ses portes : Siré Kaba et ses créations éthiques participent au festival Afropolitan - soit trois jours dédiés à la pensée, la créativité et l'art afropolitains sur la thématique " Black Artlantic ", élaborée par le sociologue anglais Paul Gilroy. Erratum en étendard.