Le futur de New York s'écrit pour la plus grande partie ici, porté par les artistes qui y vivent. Brooklyn est désormais un quartier que l'on choisit et non plus un lieu subi par défaut, où l'on s'installait pour des raisons purement économiques. De Bushwick à Williamsburg, il est même devenu impensable aujourd'hui pour certains hipsters de ne pas habiter dans ces nouveaux quartiers, synonymes de branchitude absolue. De plus, il est entré dans une grande phase de rénovation car après Manhattan et la fameuse High Line, New York est parti à la reconquête de ses espaces au bord de l'eau, initiant une grande phase de développement urbain. Devant Brooklyn Heights, on annonce l'arrivée de nombreux cafés, jardins, lieux d'expositions. Jusqu'à présent, certains des espaces à fort potentiel (au bord de l'eau avec vue par exemple) étaient soit laissés à l'abandon, soit utilisés comme parkings publics car New York a longtemps tourné le dos à ses berges, qui concentraient les dernières friches industrielles de la ville. Ce vaste plan de réorganisation va donc révolutionner les abords de Brooklyn. Parmi les initiatives en cours de développement, l'arrivée d'une version new-yorkaise de nos Villo bruxellois. À suivre de près !
...

Le futur de New York s'écrit pour la plus grande partie ici, porté par les artistes qui y vivent. Brooklyn est désormais un quartier que l'on choisit et non plus un lieu subi par défaut, où l'on s'installait pour des raisons purement économiques. De Bushwick à Williamsburg, il est même devenu impensable aujourd'hui pour certains hipsters de ne pas habiter dans ces nouveaux quartiers, synonymes de branchitude absolue. De plus, il est entré dans une grande phase de rénovation car après Manhattan et la fameuse High Line, New York est parti à la reconquête de ses espaces au bord de l'eau, initiant une grande phase de développement urbain. Devant Brooklyn Heights, on annonce l'arrivée de nombreux cafés, jardins, lieux d'expositions. Jusqu'à présent, certains des espaces à fort potentiel (au bord de l'eau avec vue par exemple) étaient soit laissés à l'abandon, soit utilisés comme parkings publics car New York a longtemps tourné le dos à ses berges, qui concentraient les dernières friches industrielles de la ville. Ce vaste plan de réorganisation va donc révolutionner les abords de Brooklyn. Parmi les initiatives en cours de développement, l'arrivée d'une version new-yorkaise de nos Villo bruxellois. À suivre de près ! New York aime les diminutifs. Soho c'est South Houston, Nolita North Little Italy... Brooklyn ne fait pas exception à ces gimmicks. Dumbo signifie Down Under the Manhattan Bridge Overpass. Pour résumer, nous sommes dans le petit quartier situé sous le pont de Brooklyn. Cet assemblage d'entrepôts est connu pour disposer d'une des plus belles vues sur le bas de Manhattan. Dumbo n'intéressait personne jusqu'à ce que les entreprises de nouvelles technologies s'emparent de ces vastes espaces à bas coûts. Le quartier est d'ailleurs devenu une deuxième Silicon Valley. Aujourd'hui, le monde de l'art s'intéresse à Dumbo. Des galeries s'y installent et plusieurs festivals y sont programmés toute l'année. Le Dumbo Arts Center organise de nombreuses expositions, accueille des ateliers d'artistes, fait participer les espaces publics à disposition dans le quartier. Le centre est également à l'origine du Art Under the Bridge Festival, une série de manifestations artistiques de très grande qualité à ne pas rater chaque année à la fin du mois de septembre (du 28 au 30 septembre en 2012). Dumbo Arts Center (DAC). 111, Front Street, Suite 212. Brooklyn, NY 11201. www.dumboartscenter.org Brooklyn n'a rien à envier à Manhattan en terme de diversité culinaire. Plusieurs quartiers ont d'ailleurs de fortes identités gastronomiques : on dîne russe à Brighton Beach, polonais à Green Point, mexicain à Bushwick. Pour les amateurs d'un New York plus branché, les tables à la mode sont à rechercher dans le quartier de Williamsburg. Cette partie de Brooklyn a d'abord attiré les groupes de musique qui y louaient de vastes espaces. Puis elle est devenue la capitale des hipsters de tout poil ! Une scène culinaire de bonne tenue a suivi, on note des rôtisseries à l'américaine servant à toute heure une cuisine saine et bio, des restaurants sud-américains branchés et le meilleur de la gastronomie asiatique. À ne pas rater : Roebling. Le restaurant tire son nom de l'architecte du pont de Brooklyn. Installé dans un ancien entrepôt, ce superbe espace est ouvert toute la journée et sert une cuisine américaine simple mais excellente. On apprécie énormément la déco rétro chic mais attention, les brunchs sont pris d'assaut le week-end alors tâchez d'arriver tôt. 143, Roebling Street. Tél. : + 1 718 9630760 . www.roeblingtearoom.com Ce quartier un peu perdu de Brooklyn gagne peu à peu l'intérêt des New-Yorkais. Port annexe de la ville, longtemps il n'hébergea que des hangars lugubres, des histoires de mafia et des tournages célèbres, les uns se nourrissant des autres. Red Hook plaît à une population jeune et trendy, attirée par les quais, la proximité de l'East River et le calme. On pourrait se croire dans un petit port de pêche avec sa rue principale, ses restaurants bio ou de fruits de mer, son superbe supermarché abrité dans des hangars fin XIXe siècle et ses baraques de bois. On n'oublie pas quelques maisons flottantes et une vue de premier ordre sur la Statue de la Liberté, si bien que les nantis de New York commencent à s'intéresser aux quelques maisons avec jardin encore vacantes. C'est évidemment un nouveau paradis bobo mais dans une version soft où les vétérans du Brooklyn industriel et historique côtoient les jeunes couples à la recherche d'un autre New York. Seul hic, le quartier n'est pas toujours très bien desservi, le mieux étant d'emprunter les water-taxis qui partent directement de Manhattan. Ne pas rater les homards de Red Hook ! À déguster au Red Hook Lobster Pound, 284, Van Brunt Street. Tél. : + 1 646 326 7650. Marseillais d'origine, ex-producteur de théâtre et de spectacles, Lucien Zahan est en train de réussir un magnifique pari : la création d'un centre culturel et artistique multidisciplinaire. Au départ, le bâtiment abritait une ancienne usine qui fabriquait ces fameuses laisses gadgets censées promener un chien invisible et qui ont fait fureur dans les années 90... Frais débarqué à New York en 2009 (au beau milieu de la crise financière), Zahan propose au propriétaire de cette fabrique de transformer les lieux. L'idée est de prendre possession de l'ensemble du bâtiment, de louer les étages pour les transformer en studios d'artistes et de faire du dernier étage une salle de fête privatisable. The Invisible Dog est à présent sur la " map " des lieux qui comptent dans l'art contemporain. Les expositions se succèdent et détonnent des grandes institutions de Manhattan. Le lieu est ouvert à toutes les disciplines artistiques : théâtre, danse, lectures publiques et concerts. 51, Bergen Street. Tél. : + 1 347 560 36 41 . Longtemps, Bushwick n'évoquait pour les New-Yorkais guère plus qu'un quartier d'entrepôts. En moins de cinq ans, il a radicalement changé. Des propriétaires ont racheté de vieux complexes, les transformant en lofts. Le quartier bénéficie d'une très bonne desserte de métro qui permet de gagner Manhattan en moins de vingt minutes. Précieux atout pour attirer yuppies et jeunes propriétaires ! Le bingo immobilier s'est doublé de la naissance d'un quartier artistique. Une galerie pionnière comme Norte Maar s'est installée dans un appartement en rez-de-chaussée. Jason Andrew, son propriétaire, y expose la jeune scène de Brooklyn mais aussi de nombreux artistes venus de tous les États-Unis. Succès aidant, il a ouvert un second espace dans le quartier. Conscient des transformations actuelles de Bushwick, du meilleur comme du moins bien (la forte augmentation des loyers), Jason Andrew est très impliqué dans la vie du quartier. De nombreuses autres galeries ont suivi, des petits cafés branchés apparaissent et un festival chaque mois de juin, " Arts in Bushwick ", célèbre la transformation de ce quartier. 83, Wyckoff Avenue, #1B. Tél. : + 1 646 361 8512. www.nortemaar.org et www.artsinbushwick.org Deux hôtels retiennent l'attention : le Nu Hotel et Aloft. Le Nu est un petit hôtel à l'élan design : des chambres pures, blanches et calmes dans un esprit rock et arty. De nombreux événements ponctuent la vie de l'hôtel : fêtes, vernissages de galeries, présentations de mode. On apprécie particulièrement sa localisation proche de Brooklyn Heights, et deux principales stations de métro pour rejoindre rapidement tous les quartiers de Brooklyn (sinon l'hôtel prête des vélos). Non loin, la chaîne Starwood a inauguré Aloft Brooklyn. Petit frère des hôtels W, les Aloft se développent à New York, répondant à une demande d'hôtels très confortables mais avec des prix plus raisonnables. Enfin, de l'autre côté de l'East River, il ne faut pas rater, au pied du Brooklyn Bridge à Manhattan, l'hôtel On Rivington, tour de verre superbe et chambres design (conçues par India Mahdavi). L'alternative pour dormir à Brooklyn est l'apparition d'un grand nombre d'appartements à louer et de chambres d'hôtes. Nu Hotel. 85, Smith Street. Tél. : + 1 718 852 8585. www.nuhotelbrooklyn.com. Aloft Brooklyn. 216, Duffield Street. Tél. : + 1 718 256 3833. www.alofthotels.com. On Rivington. 107, Rivington Street. Tél. : + 1 212 475 2600. ww.onrivington.com Avant de devenir hype, le quartier était un concentré de l'Amérique de classe moyenne, très années 50. Des vestiges de ce passé demeurent et on retrouve notamment beaucoup de brocanteurs, des immeubles aux façades anciennes témoignant de cette histoire, et des bistrots aux allures rétro. Les amateurs de design trouveront de nombreux espaces pour dénicher de petits trésors Eames ou autres et plusieurs showrooms sont apparus en quelques années. On note par exemple Portemanteau, spécialisé dans le mobilier américain ou encore Moon River Chattel à des prix plus élevés. Un de nos préférés récemment ouvert est Grand Society, qui mêle habilement art contemporain et antiquités. Un marché aux puces a lieu également chaque week-end à Williamsburg, toujours dans l'esprit rétro des nombreuses boutiques de vêtements du quartier qui jouent sur le concept des années 50-60, avec de vraies merveilles à dégoter. Portemanteau. 81, Grand Street, près de Wythe Avenue. Tél. : + 1 718 384 0777. Moon River Chattel. 62, Grand Street. Tél. : + 1 718 388 1121. Grand Society. 358, Grand Street. Tél. : + 1 718 782 8382. New York aime les success-stories et celle du manège de Brooklyn en fait partie. Le quartier de Dumbo appartient presque dans sa globalité à une même famille, les Walentas, qui a cru très tôt au potentiel de ce lieu. Jane Walentas, au moment où son mari achetait les entrepôts de Dumbo, jetait son dévolu sur un carrousel à l'ancienne, construit en 1922 à Philadelphie. Elle consacra plusieurs années de sa vie à le restaurer méticuleusement avec le rêve secret de l'installer sur les berges. Il faudra attendre de très longues années pour obtenir la précieuse autorisation... arrivée en septembre dernier ! Une grande fête d'inauguration a eu lieu en présence de Monsieur le maire Michael Bloomberg. Jean Nouvel, ami de la famille Walentas, a conçu une coque de verre, adaptée au rude climat de Big Apple. Au départ, le starchitecte devait élaborer un projet d'hôtel pour New York, mais la ville refusa. Il reste de ce projet de collaboration avec les Walentas à Dumbo cet emballage de verre et d'acier. Le manège est la première partie d'un vaste plan de réhabilitation des berges : parc, pistes cyclables et galeries vont s'y installer. Brooklyn Bridge. Jane's Carousel. www.janescarousel.com Il faut traverser le quartier le plus chic de Brooklyn pour admirer les façades de ses sublimes browstones, ces petits hôtels particuliers typiquement new-yorkais. Le quartier est notamment recherché pour sa vue superbe sur Manhattan et sa longue promenade au bord de l'East River. Il serait toutefois dommage de ne pas explorer le quartier, organisé comme une véritable petite ville américaine, avec son avenue principale, ses commerçants et ses bonnes tables. Brooklyn Heights détient le nombre le plus important aux États-Unis de demeures datant de l'avant-guerre civile. De nombreux panneaux historiques détaillent l'épopée du quartier et les illustres Américains qui y ont habité. La Brooklyn Promenade est un des lieux les plus paisibles de New York ; on y observe le ballet des bateaux, des hélicoptères et le trafic lointain de Manhattan, en surplombant l'eau à l'abri d'arbres centenaires. Un point de rendez-vous ? Grimaldi's, l'une des meilleures pizzerias de New York ! Grimaldi's, 1, Front Street. Tél. : + 1 718 858 4300. TRAVERSER LE CÉLÈBRE PONT DE BROOKLYN Véritable £uvre d'art, le Brooklyn Bridge est entré dans une grande phase de rajeunissement : les autorités ont décidé de renforcer toutes ses structures et de le repeindre. Il gardera ses lignes et ses couleurs initiales car il est classé monument historique. À l'époque, il était un véritable défi architectural : relier Manhattan à Brooklyn sur deux kilomètres par le plus grand pont suspendu de l'histoire ! Une succession de drames accompagna la construction du pont. John Roebling, l'architecte, est mort d'un accident lors d'une des phases de conception, son fils prit la suite mais se blessa, ce fut donc Emily Roebling (l'épouse de John) qui l'acheva. La mère sur le pont, le fils observait de son lit par des jumelles le chantier : c'est presque un scénario hollywoodien ! À présent, le Brooklyn Bridge est utilisé quotidiennement par les New-Yorkais, surtout depuis qu'un passage est réservé aux vélos. Les touristes y viennent par centaines chaque jour car la vue y est spectaculaire. Avec le Golden Gate à San Francisco, c'est donc le pont le plus remarquable des États-Unis. Sous son ombre à Brooklyn, le quartier branché de Dumbo explose. Le site du Brooklyn Bridge Park et toutes les activités en lisière du pont : www.brooklynbridgepark.orgPAR JEAN-MICHEL DE ALBERTI