Le penthouse d'Ingrid Deuss se situe au coeur de Borgerhout, un quartier vivant d'Anvers qui a conquis de nombreuses personnalités telles que les acteurs Matthias Schoenaerts et Michaël Pas, ou encore Bart De Baere, le directeur du MuHKA, le musée d'art contemporain de la métropole. Klaas Janzoons, musicien du groupe dEUS, est propriétaire d'un bar dans les environs, l'atelier du peintre Luc Tuymans se trouve au coin de la rue et la galerie d'art de Frank Demaegd est installée dans une ancienne laiterie rénovée non loin de là. " Borgerhout était autrefois le centre du diamant. De nombreux petits entrepôts ont été transformés en lofts ou studios d'artistes. Ça bouillonne ! " constate Olivier Fimmers, le compagnon d'Ingrid Deuss, concepteur de décors de cinéma. Son métier se reflète sur leur intérieur : beaucoup d'objets utilisés lors des tournages bénéficient ici d'une seconde vie. " Les lampes industrielles de la cuisine proviennent d'une usine désaffectée et celle de la salle à manger de l'hôpital militaire d'Anvers. Qu...

Le penthouse d'Ingrid Deuss se situe au coeur de Borgerhout, un quartier vivant d'Anvers qui a conquis de nombreuses personnalités telles que les acteurs Matthias Schoenaerts et Michaël Pas, ou encore Bart De Baere, le directeur du MuHKA, le musée d'art contemporain de la métropole. Klaas Janzoons, musicien du groupe dEUS, est propriétaire d'un bar dans les environs, l'atelier du peintre Luc Tuymans se trouve au coin de la rue et la galerie d'art de Frank Demaegd est installée dans une ancienne laiterie rénovée non loin de là. " Borgerhout était autrefois le centre du diamant. De nombreux petits entrepôts ont été transformés en lofts ou studios d'artistes. Ça bouillonne ! " constate Olivier Fimmers, le compagnon d'Ingrid Deuss, concepteur de décors de cinéma. Son métier se reflète sur leur intérieur : beaucoup d'objets utilisés lors des tournages bénéficient ici d'une seconde vie. " Les lampes industrielles de la cuisine proviennent d'une usine désaffectée et celle de la salle à manger de l'hôpital militaire d'Anvers. Quant à cette ancienne table de réunion de l'Armée belge, je l'ai achetée chez un ami antiquaire. J'aime l'idée qu'elle ne soit pas rectangulaire. Je suis aussi tombé sur ces chaises par hasard. J'ignore qui en est le créateur. En réalité, je n'ai pas la moindre idée de l'origine de la plupart des meubles et objets qui se trouvent ici. Je les rapporte simplement parce que je les trouve beaux ", affirme le propriétaire. La table à thé anglaise du salon est également remarquable : il s'agit d'un modèle pliable servant aux pique-niques dans les années 40. La galeriste y expose désormais ses livres et magazines. Le comptoir de la cuisine, qui fait office de plan de travail, a lui aussi été déniché par son partenaire, auprès d'un brocanteur anversois. Il appartenait à l'origine à un fabricant de chemises des alentours. " On aime beaucoup ce meuble mais tout le monde n'est pas de cet avis. Quand on a installé notre nouvelle cuisine en Inox, mon père m'a dit : "Si vous économisez encore un peu, vous pourrez bientôt remplacer ce vieux comptoir." En réalité, l'unique changement que nous aimerions encore apporter à notre appartement est le divan. Nous cherchons depuis des mois un Togo de Ligne Roset à prix abordable. Noir de préférence. " Bien avant d'acquérir ce logement, le couple était tombé amoureux de cet immeuble à appartements des années 30. Ingrid passait régulièrement devant à vélo et Olivier rendait visite à sa grand-mère qui habitait à proximité. " Quand le bâtiment a été mis en vente, il y a dix ans, on était les premiers sur le coup, raconte Ingrid. On a acheté le rez-de-chaussée et le dernier étage. J'ai installé ma galerie d'art en bas. J'y organise régulièrement des expositions de photographie. On vit tout en haut du building. Malgré son état avancé de délabrement, je voulais à tout prix acquérir ce niveau pour y installer une terrasse sur le toit et éviter d'avoir des voisins bruyants au-dessus de nos têtes. De là, la vue sur la gare centrale et le zoo est magnifique. L'endroit est inondé de soleil. " L'appartement est également généreusement baigné de lumière grâce aux larges fenêtres aux châssis en acier. " Je me suis battue pour que ceux-ci soient conservés sur l'ensemble des façades et j'y suis arrivée ", sourit Ingrid. Les baies ne sont pas les seuls éléments d'origine que le tandem a souhaité garder ou restaurer. C'est également le cas des portes intérieures à la ligne arrondie ou des carrelages en ciment cassés du rez, qui ont été remplacés mais en respectant le style ancien. " Les portes courbées sont présentes à chaque étage, précise l'habitante. Au départ, elles étaient peintes dans un coloris très foncé. Depuis qu'on les a poncées, elles contrastent harmonieusement avec les murs sombres. " Ingrid et Olivier sont souvent questionnés au sujet de ces murs noirs. La couleur est en effet peu courante, particulièrement sur une telle surface, mais elle confère au lieu une ambiance chaleureuse et cosy. " On pouvait se permettre ce ton car l'endroit est très lumineux. Le noir met très bien en valeur les meubles, les photos et les oeuvres d'art, souligne Olivier. Cette création d'Albert Pepermans accompagnée du texte d'Hugo Claus, par exemple : placée sur ce fond, on dirait qu'elle a spécialement été réalisée pour notre intérieur. " Outre son métier de galeriste, Ingris Deuss organise également des shootings pour des clients issus du monde de la publicité et de la mode. Elle a dernièrement réalisé une campagne avec le photographe belge Carl De Keyzer pour Douwe Egberts et orchestré une séance photo, à Anvers, avec Lady Gaga mise en boîte par le célèbre Mario Testino, pour Vogue. " J'ai souvent vu des intérieurs étonnants lors de ces prises de clichés mais c'est dans mon propre appartement que je me sens le mieux. Il faudrait qu'on me fasse une offre vraiment indécente pour que je le quitte ", conclut-elle. www.ingriddeussgallery.com PAR THIJS DEMEULEMEESTER / PHOTOS : TIM VAN DE VELDE" Le noir met très bien en valeur les meubles, les photos et les oeuvres d'art. " " Je n'ai pas la moindre idée de l'origine de la plupart des meubles et objets qui se trouvent ici. "