L'histoire commence comme un film de Tarantino. Nous sommes à Venice Beach sur la terrasse de l'atelier de Michel Tabori, ancien réalisateur reconverti dans la peinture. L'homme est drôle et chaleureux, il n'arrête jamais de parler. " Quand j'ai commencé à peindre, mon ami Greg Miller, qui habite juste à côté, m'a donné le conseil le plus stupide que j'ai jamais entendu : " Tu veux devenir peintre ? Va à la salle de sport ! " Je n'en croyais pas mes oreilles. Pourtant, c'est vrai ! Physiquement, il faut pouvoir tenir le coup. Le sport, c'est le secret des peintres de Venice comme Moses, Ruscha... L'histoire de la peinture californienne s'est écrite ici, chez Gold's Gym ! " Autant le dire tout de suite, à Venice, l'une des plages de Los Angeles, on aime rire et on cultive l'art d'être cool. Une attitude que les Européens en goguette, parfois trop engoncés dans le carcan de leur longue histoire, peuvent avoir du mal à comprendre. Ici, les choses changent à toute vitesse, se font et se défont. Comme le boulevard Abbot-Kinney, infréquentable le soir il y a encore six ans, devenu un paradis pour bobos. Ici, rien n'est sacré sauf le skateboard. Pourquoi ? Parce que c'est un véhicule métaphysique. En l'utilisant, on apprend vite que la vie se résume à des gestes simples : prendre un peu d'élan et savoir tourner de temps à autre. Peu importe qui vous êtes, personne n'en a rien à faire. Vivez, soyez heureux et agréable avec les autres, c'est tout ce que l'on vous demande. Alors oui, on se sent parfaitement bien vivre à Venice !
...