QUI ?

Originaire de Cologne, Tanja Mosblech (1970) est installée en Belgique depuis le milieu des années 70, elle y a poursuivi un cursus en arts plastiques (Saint-Luc à Liège où elle s'est familiarisée avec l'art textile, et Institut Bischoffsheim de Bruxelles). Depuis 2003, elle enseigne la peinture. Son travail fait...

Originaire de Cologne, Tanja Mosblech (1970) est installée en Belgique depuis le milieu des années 70, elle y a poursuivi un cursus en arts plastiques (Saint-Luc à Liège où elle s'est familiarisée avec l'art textile, et Institut Bischoffsheim de Bruxelles). Depuis 2003, elle enseigne la peinture. Son travail fait partie des collections de l'IKOB, musée d'art contemporain d'Eupen, du Ministère germanophone et de la Région wallonne. Chaque année, L'Orangerie, à Bastogne, place sa première exposition de l'année sous la houlette de Cupidon. Ah... l'amour ! 2018 donne la parole à Tanja Mosblech. Au programme : des peintures, dessins, photographies, installations... " Son oeuvre apparaît comme une pièce de puzzle isolée, un fragment d'image échappé, un champ de lumière délavé, une zone de couleur où la nature et l'homme habitent des horizons oscillants, des centres en retrait, des surfaces entrelacées et chevauchantes... ", écrit Dirk Tölke. D'où des vêtements brodés, des photographies trouvées qui sont retravaillées, des toiles morcelées livrant cette " corporalité floue " féminine. Pour goûter à une narrativité envoûtante mettant la femme au coeur du récit. On apprécie aussi l'esprit de sublimation quasi alchimique à l'oeuvre, soit cette capacité à transformer un vêtement, une vieille photo ou un objet de la vie quotidienne en une pièce pleine d'émotion. Sans oublier la puissante dose de poésie.