QUI ?

Entre 1977 et 1999, Liège abritait en son sein l'une de ces " vipères " du grand renversement culturel... mais que faisait la police ? Situé dans le quartier d'Outremeuse (En Roture), le Cirque Divers était une parenthèse enchantée, une utopie festive qui, dans le rétroviseur, semble un éden à des années-lumière de la s...

Entre 1977 et 1999, Liège abritait en son sein l'une de ces " vipères " du grand renversement culturel... mais que faisait la police ? Situé dans le quartier d'Outremeuse (En Roture), le Cirque Divers était une parenthèse enchantée, une utopie festive qui, dans le rétroviseur, semble un éden à des années-lumière de la situation actuelle. A la fois cabaret théâtre et galerie d'art, ce lieu se voulait " ouvert, activiste, expérimental et contestataire ". Autant dire que l'expérience était salutaire dans un pays trop souvent raboté par le consensus. Ceux qui l'ont fréquenté se souviennent avec des larmes dans les yeux de la centaine de bières que l'on y servait. Un carburant houblonné huilant généreusement les rouages de ce joyeux bordel qui n'avait de cesse d'aiguillonner les pouvoirs en place et de secouer les conformismes. Le tout garanti 100 % " D'une Certaine Gaité ", selon l'expression consacrée. Par l'une de ces ironies dont la vie n'est pas avare, la collection et les archives du Cirque Divers sont désormais dans les mains de la province de Liège, qui a décidé de les exposer dans le cadre du Musée de la Vie Wallonne. L'événement sera scandé par de nombreux ateliers, rencontres, conférences, performances, fêtes, concerts... Côté artistes, on pointera des oeuvres de Robert Filliou, Jacques Lizène, Roland Topor, Ben ou Jacques Charlier.Pour renouer avec un esprit frondeur et surréaliste qui, de façon regrettable, a disparu des radars.