11H

Se glisser dans les bottes de La Quintinie.
...

Se glisser dans les bottes de La Quintinie.Chargé par Louis XIV de fournir en fruits et légumes la table du roi, ce jardinier d'avant-garde transforma un ancien marécage en un potager d'exception. Son plan - un grand carré découpé en seize carrés plus petits - n'a presque pas changé et l'on y conduit encore toujours des cultures expérimentales. Jardin laboratoire, c'est aussi un lieu de mise en scène pédagogique de la culture des fruits et des légumes (respectivement 50 tonnes et 30 tonnes par an, vendues à la boutique du potager, dévalisée tous les jours). Des visites guidées passionnantes sont proposées les week-ends. Un must. Le Potager du Roi, 10, rue du Maréchal Joffre. www.potager-du-roi.frDévorer une crêpe dans les Carrés.C'est en 1737 que Louis XV accorda à deux entrepreneurs la permission de bâtir un ensemble de baraques destinées à abriter les étals d'un nouveau marché. Ces maisonnettes, organisées en carrés, furent ensuite surélevées et transformées en habitations en 1755. C'est dans l'une d'elles que Luc Roux a installé sa crêperie. L'occasion de se régaler en visitant cet ensemble urbain préservé. Le Carré aux Crêpes, 22, rue d'Anjou. www.lecarreauxcrepes.comS'essayer à l'art du macaron.Dans sa cuisine ouverte sur un joli jardin de ville, Vanessa vous apprendra à faire des macarons dignes de figurer dans les décors rose bonbon du Marie-Antoinette de Sofia Coppola. Comme il faut patienter 24 heures avant de déguster ses propres créations, elle prévoit même des spécimens tout frais, prêts à être engloutis pendant le cours. Au programme de ses ateliers pâtisserie, personnalisables pour une famille, on trouve aussi des cupcakes crémeux et des pantoufles et couronnes en biscuits sablés. Toques et marmitons, 6, rue Borgnis Desbordes. Atelier macaron de 2 h 30, 40 euros/personne. www.toquesetmarmitons.frS'offrir une pause au Trianon Palace.C'est ici, dans le majestueux salon Clémenceau où sont servis, le week-end, les petits déjeuners, que fut rédigé en 1919 le traité de Versailles scellant la fin de la Première Guerre mondiale. On s'y presse aujourd'hui pour savourer la cuisine étoilée du chef britannique Gordon Ramsay. Simples mais raffinés, les plats de La Véranda - le resto brasserie - sont proposés gracieusement aux enfants de moins de 10 ans séjournant à l'hôtel. Au-dessus de la piscine qui ravira les plus jeunes, le spa Guerlain dispense ses protocoles exclusifs, comme le modelage relaxant impérial ou le soin Orchidée Impériale Prestige - deux heures trente de cocooning du visage dont on sort rajeuni de dix ans. Un traitement de reine pour maman. Trianon Palace, 1, boulevard de la Reine. Chambres à partir de 179 euros. www.trianonpalace.frJouer les espions de service.Jusqu'au 30 août prochain, l'office du tourisme propose trois balades insolites en compagnie de comédiens costumés. À la tombée de la nuit, Roxane, masquée et enveloppée dans une capeline, vous fera découvrir les rues de Versailles au travers de fameuses anecdotes comme celles de l'affaire des poisons ou du collier de la reine. Elle vous emmènera aussi voir les prisons, l'hôpital royal, la maison des nourrices ou le théâtre. Tarif unique : 5 euros. www.versailles-tourisme.comS'acheter une gelée de coing au marché.Louis XIII décerna à Versailles des lettres patentes pour l'établissement d'un marché local. Louis XV fit même construire des halles, toujours en place. Tous les quartiers ont le leur, mais le plus couru reste le marché Notre-Dame du dimanche matin.Se prendre pour une reine écolo.En flânant dans le hameau tout mignon de Marie-Antoinette dont les chaumières de style normand semblent sorties d'un décor de Disney. La jeune reine s'y réfugiait pour savourer dans de la porcelaine de Paris les produits de sa ferme avant de jouer la comédie dans son théâtre, une bonbonnière délicate magnifiquement restaurée. Domaine de Marie-Antoinette ouvert tous les jours (sauf le lundi), de midi à 18 h 30.Rêver devant la Pompadour, version Gaultier. Jusqu'au 9 octobre prochain, le château de Versailles et le musée Galliera consacrent une exposition à l'influence du siècle des Lumières sur la mode d'aujourd'hui. Dans le décor précieux des appartements du Grand Trianon, une cinquantaine de modèles de grands créateurs contemporains dialoguent avec les costumes et les accessoires d'un XVIIIe siècle fantasmé. Tandis que Vivienne Westwood redonne vie à des courtisanes délurées, Karl Lagerfeld pour Chanel convoque Watteau avec ses robes à la française. Un élégant voyage dans le temps. L'exposition Le XVIIIe siècle au goût du jour est ouverte tous les jours (sauf le lundi), de midi à 18 h 30. Danser le menuet sans filet.Juste avant le spectacle des Grandes Eaux Nocturnes, on traverse le château éclairé par les derniers rayons du soleil couchant, jusqu'à la célèbre Galerie des Glaces pour une ronde de bal à la française. Au son de la musique " live " de Lully, Vivaldi, Campra et Marais, les danseurs de la compagnie L'Éclat des Muses vous feront revivre les fastes de la cour du Roi-Soleil. Cinquante minutes de magie qui se poursuivront ensuite dans les jardins mis en sons, lumières et couleurs tous les samedis soir de l'été dès 21 heures. Une féerie de lasers et de jets d'eau qui se terminera par un feu d'artifice digne des nuits versaillaises d'autrefois. Billet combiné Sérénade et Grandes Eaux Nocturnes, 38 euros (adulte), 27 euros (6-17 ans), 6 euros (3-5 ans). Réservations sur le site www.chateauversailles-spectacles.frGuide pratique en page 26.PAR ISABELLE WILLOT