Tout le monde possède chez soi au moins un livre de recettes et une BD. Il est même de plus en plus fréquent de détenir, dans sa bibliothèque ou dans un placard de sa cuisine, un livre de recettes " en " bande dessinée. Ma vie en cuisine, Comment nourrir un régiment, Pierre Hermé et moi... On ne compte plus les albums sortis dans l'année qui se préoccupent de gastronomie, ou les chefs-coqs qui s'entichent de Neuvième Art. Une tendance qui n'a pas toujours été d'actualité : longtemps, la seule recette connue par les amateurs du genre fut celle de la Schtroumpfette, créée par Gargamel : " Un brin de coquetterie, une solide couche de parti pris, trois larmes de crocodile, une cervelle de linotte... " Mais les temps ont changé. Tout comme la manière de mettre l'art culinaire dans des cases et des bulles.
...

Tout le monde possède chez soi au moins un livre de recettes et une BD. Il est même de plus en plus fréquent de détenir, dans sa bibliothèque ou dans un placard de sa cuisine, un livre de recettes " en " bande dessinée. Ma vie en cuisine, Comment nourrir un régiment, Pierre Hermé et moi... On ne compte plus les albums sortis dans l'année qui se préoccupent de gastronomie, ou les chefs-coqs qui s'entichent de Neuvième Art. Une tendance qui n'a pas toujours été d'actualité : longtemps, la seule recette connue par les amateurs du genre fut celle de la Schtroumpfette, créée par Gargamel : " Un brin de coquetterie, une solide couche de parti pris, trois larmes de crocodile, une cervelle de linotte... " Mais les temps ont changé. Tout comme la manière de mettre l'art culinaire dans des cases et des bulles. La bande dessinée a longtemps été qualifiée de " populaire ", pas toujours au sens le plus noble du terme, lue de manière écrasante par un public jeune et surtout masculin. Un lectorat dont la typologie a façonné le contenu pendant des décennies : peu de femmes, de l'action et une cuisine tolérée comme lieu (pauvre maman dans Boule & Bill, qui ne la quittait pas), moins comme sujet. L'évolution se fit sentir avec le tournant du siècle et l'invasion des mangas. L'un des apports les plus importants au genre fut la féminisation considérable des lecteurs francophones, ainsi que la segmentation à outrance des publics : jeunes, vieux, filles, garçons, ados, urbains, campagnards... Il y en eut vraiment pour tous les goûts. Et donc, aussi, pour les amateurs de petits plats. Du Gourmet solitaire (lire par ailleurs) à Yakitate Ja-Pan, sur la création rigolote du pain japonais (le Ja-Pan), le manga a prouvé que tous les sujets étaient abordables, même les moins " bédégéniques ". Dans le même temps, la BD francophone s'est largement ouverte à une audience plus adulte, explosant ses formats et ses codes. L'extraordinaire succès du Ratatouille de Pixar et la vague télévisuelle des concours de cuisine ont fait le reste, nourrissant allègrement la bande dessinée de gastronomie. Atout clé de la BD : elle s'affirme comme un medium mieux armé que la photo pour donner envie de s'adonner à l'exercice (délicat) de l'illustration. " La photo a quelque chose de complexant pour celui qui s'essaie à la cuisine ", explique ainsi Pierre Hermé, le roi du macaron. Un critère confirmé par la dessinatrice Soledad Bravi, qui vient de mettre en dessins les recettes du premier : " Face à une photo, on ne peut souvent que constater son échec, au moins visuel. Face à un dessin, on a surtout envie de s'y essayer ! " La bande dessinée affiche aussi cet avantage sur le texte ou la photo de donner toute sa place à la subjectivité, ainsi qu'à l'humanité qui entoure et, parfois, illumine les amateurs de bonne chère. Christophe Blain et Etienne Davodeau, stars du genre en France, ont ainsi mis à l'honneur des grands chefs ou des nez réputés de l'Hexagone nommés Alain Passard et Richard Leroy. Et beaucoup d'autres saupoudrent désormais leur récit culinaire de références autobiographiques, transformant la pitance en usine à madeleines de Proust. Un mélange de genres qui ne semble pas prêt à se mettre au régime. Qui s'en plaindra ? Soledad Bravi, illustratrice pour le magazine Elle France et auteure de nombreux ouvrages pour enfants, illustrait déjà les boîtes de macarons du célèbre pâtissier parisien Pierre Hermé. Elle le connaît désormais mieux que personne : deux mois durant, pour imaginer Pierre Hermé et moi, elle s'est enfermée dans le laboratoire du maître. Objectif : apprendre ses recettes et les mettre en dessin. Pour le chef-pâtissier, qui a déjà rédigé des dizaines de livres de cuisine en vingt ans de carrière, c'est une première. Nous avons recueilli leurs impressions respectives. Soledad Bravi : Pierre est très pédagogue, il tenait à proposer des recettes que les gens tenteraient vraiment de réaliser. Et réussir à apprendre à quelqu'un qui, comme moi, est nul en cuisine le séduisait. Si moi j'y arrivais, tout le monde pouvait le faire ! Il a usé de mon petit talent explicatif pour partager son talent culinaire, qui est immense. Pierre Hermé : C'est comme ça que j'avais rencontré Soledad : elle m'avait " piqué " une recette qu'elle avait mise en dessin, puis elle m'avait demandé l'autorisation de la publier sur son blog. Et en fait, j'ai adoré. Le dessin, en tout cas le sien, apporte beaucoup d'humour, de dérision. Quelque chose de différent, qui me correspondait bien. Nous nous sommes d'ailleurs très vite mis à collaborer. S.B. : Oui, parce que les photos valorisent le gâteau et donc son auteur, comme une princesse. Mais quand on se frotte à la préparation, elle ne ressemble jamais à la photo ! Ici, on voulait vraiment qu'il n'y ait aucun complexe. Que les lecteurs fassent les recettes et qu'ils les trouvent hyper bonnes ! C'est aussi pour ça qu'il y a un petit dessin d'humour à chaque page : pour se désangoisser et ne penser qu'au plaisir de la cuisine. Pas aux comparaisons. P.H. : Bien sûr, on peut difficilement se passer de photos sur des choses plus compliquées ou visuelles qu'un " simple " macaron. Mais je comprends bien le côté impressionnant de la photo, avec laquelle il est difficile de rivaliser. Soledad insiste beaucoup là-dessus. Pour moi, c'est plus difficile d'avoir un avis tranché : j'arrive toujours au même résultat que sur la photo ! S.B. : Beaucoup de choses, jusqu'à ma façon de l'aborder. Avant, je traitais les ingrédients au fur et à mesure, les uns après les autres, et donc n'importe comment. J'ai acquis une forme de rigueur, surtout en pâtisserie : je pèse tout ! P.H. : J'ai surtout apprécié l'échange et le regard qu'une illustratrice peut avoir sur un plat, une technique. Cela dit, la manière d'appréhender une recette reste la même qu'elle soit sous forme de texte, de photo ou de dessin : il faut bien la lire, la comprendre, faire preuve de précision... Pas de miracle, même si le dessin permet, je crois, d'atteindre le but que nous nous étions fixés tous les deux : donner envie aux gens. Et c'est le retour que j'en ai : les recettes semblent plus abordables, alors que ce sont les mêmes que dans d'autres livres. Pierre Hermé et moi, par Soledad Bravi et Pierre Hermé, éditions Marabout. PAR OLIVIER VAN VAERENBERGH" Un dessin pour se désangoisser "