Oublié le temps où les boutiques des institutions culturelles se limitaient à proposer quelques cartes postales, trois porte-clés, deux mugs et un choix de calendriers. Certaines, à l'image du Design Store du MoMA, à New York, attirent leur propre lot de visiteurs. Grâce au parfum de hype qu'on y respire, au caractère exclusif aussi de ce que l'on y trouve, qu'il s'agisse d'objets dénichés aux quatre coins du monde... ou coédités par ces culture stores d'un nouveau genre.
...

Oublié le temps où les boutiques des institutions culturelles se limitaient à proposer quelques cartes postales, trois porte-clés, deux mugs et un choix de calendriers. Certaines, à l'image du Design Store du MoMA, à New York, attirent leur propre lot de visiteurs. Grâce au parfum de hype qu'on y respire, au caractère exclusif aussi de ce que l'on y trouve, qu'il s'agisse d'objets dénichés aux quatre coins du monde... ou coédités par ces culture stores d'un nouveau genre. C'est une option " high profile " de ce genre qu'a choisi d'adopter le palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour son magasin flambant neuf qui ouvrira d'un jour à l'autre, rendant ainsi leur fonction d'origine à des espaces qu'Horta lui-même, dès la conception du bâtiment, avait voulu commerciaux. " Le comportement du consommateur culturel a terriblement évolué ces dernières années, souligne Paul Dujardin, le directeur général. Il est bien sûr attiré par les £uvres montrées mais l'environnement, les services - boutique, zones de détente et de repos, restaurant... - proposés et la qualité architecturale comptent de plus en plus. Les Musées royaux avaient déjà ouvert un Artshop et une brasserie avec le chef Peter Goossens. Nous ne pouvions pas ne pas avancer avec eux. "L'ouverture du Bozarshop s'inscrit dans le projet de redynamisation du Palais qui a vu passer son nombre de visiteurs de 400 000 à 1 000 000 en 5 ans. Ouvert 7 jours sur 7, de 10 à 22 heures, le magasin, qui se déploiera derrière les sept vitrines de la rue Ravenstein, devrait drainer une clientèle jeune et urbaine. " Nous espérons ainsi faire revenir d'autres boutiques aux alentours du Palais, ajoute Paul Dujardin. Et dans la galerie Ravenstein. Une zone qui a, hélas, connu un déclin important. "Pour mener à bien cet ambitieux projet, Bozar s'est adjoint les services du groupe de design international Base Design et de l'éditeur de livres d'art espagnol Actar. Aux manettes, Pierre Lefèvre qui s'est également illustré comme exploitant d'un des bars à vins les plus trendy de la capitale, le Café des Spores, a tenu dès le départ à proposer un merchandising exclusif, créé pour Bozarshop par les jeunes designers de l'atelier A1. Logés à la même enseigne, les six créateurs ne constituent pas à proprement parler un " collectif ", car chacun développe ses propres projets de manière indépendante. " Nous voulions des objets originaux mais à prix modiques, autour des 10 euros, précise Pierre Lefèvre. L'idée était de partir des " classiques " des boutiques de musée, comme les cartes postales - qui une fois découpées se transforment en mobiles -, les magnets, les sacs, les bougies, les marque-pages... et de leur donner un petit twist. " Parallèlement à cette première collection capsule, très réussie, le Bozarshop vendra aussi une séries d'objets issus des collections respectives de chaque designer de l'atelier A1 ainsi qu'un éventail de produits dérivés - tee-shirts, mugs,... - lookés par les équipes de Base Design. Bozarshop, qui ambitionne de devenir la première librairie internationale et multidisciplinaire de Belgique, mettra bien sûr l'accent sur les livres d'art. L'offre de plus de 10 000 titres s'appuiera sur la programmation artistique éclectique du palais des Beaux-Arts. Elle défendra aussi les petits éditeurs et s'intéressera à la mode, au graphisme, au design, à la photo et à l'architecture. Une approche que l'on retrouvera aussi dans l'espace presse grâce à une sélection pointue de magazines qui ravira les amateurs de publications avant-gardistes. En parfaite synergie avec la programmation des 250 concerts de la saison musicale du palais des Beaux-Arts, un éventail de quelque 5 000 CD de musique classique, jazz ou du monde sera aussi disponible. Même démarche pour les DVD qui seront choisis en concertation avec la Cinémathèque royale de Belgique. " Notre but ici n'est pas de concurrencer les grandes maisons de distribution de DVD mais de donner sa chance à un autre cinéma ", poursuit Pierre Lefèvre. Le Bozarshop accueillera aussi une table d'hôtes où l'on pourra siroter cafés et jus de fruits. Une petite mise en bouche avant l'ouverture annoncée du Bozarresto, en 2008. Bozarshop, 15, rue Ravenstein, à 1000 Bruxelles. Baudouin Galler et Isabelle Willot