Q ui aurait pu prédire qu'un jour Paul de Moor discuterait de l'élaboration d'un vin avec René Bezemer, son maître de chais officiant à la cave de Piper's Brook ? Qui aurait pu aussi imaginer que ce Belge verrait, de la fenêtre de sa maison, le cours de la Tamar River, ce fleuve qui irrigue le nord de la Tasmanie ?
...

Q ui aurait pu prédire qu'un jour Paul de Moor discuterait de l'élaboration d'un vin avec René Bezemer, son maître de chais officiant à la cave de Piper's Brook ? Qui aurait pu aussi imaginer que ce Belge verrait, de la fenêtre de sa maison, le cours de la Tamar River, ce fleuve qui irrigue le nord de la Tasmanie ? Paul de Moor est capitaine d'industrie. Il est le PDG de Kreglinger, une auguste affaire familiale anversoise fondée en 1797, qui s'est distinguée, au fil de son histoire, dans le commerce de la laine, dans les cultures d'hévéa et quelques autres aventures encore qui conduisent les hommes à repousser les frontières de leur quotidien. Il passait déjà une partie de l'année en Australie pour superviser Kreglinger Australia, une société s£ur créée en 1893. Mais tout s'est accéléré lorsqu'il a proposé à son épouse et à leurs cinq enfants de partager leur vie entre les deux antipodes, tirant parti de la belle saison de chaque hémisphère. C'était le 7 septembre 2001... Toute la famille atterrissait à Melbourne pour s'installer dans cette capitale aux allures provinciales. " En 2000, la société Kreglinger est devenue propriétaire de 180 ha de terres à vignes à Mount Benson, en Australie du Sud, embraie Paul de Moor. Nous avons immédiatement planté 11 cépages différents et construit une cave. Le millésime 2006 constitue déjà notre quatrième vendange. " Mais qu'est-ce qui a motivé l'entrée de notre interlocuteur dans la sphère du vin ? " Kreglinger, qui était opérationnel dans de multiples secteurs, a voulu se recentrer sur ses activités historiques, explique-t-il. Nous avons donc vendu une partie de nos avoirs, ce qui a dégagé les moyens suffisants pour entrevoir une nouvelle orientation. Nous avons décidé de nous investir dans un pays où nous étions déjà présents et dans un secteur en plein essor. Au cours des vingt dernières années, l'Australie a fait d'immenses progrès dans le monde du vin, en soufflant, par exemple, la première place aux vins français sur le marché britannique. Je me suis donc entouré des conseils d'un des meilleurs viticulteurs du pays. Il était lui-même à la recherche d'une localisation pour créer un grand vignoble. Nous sommes aujourd'hui voisins. " Paul de Moor a certes tout à apprendre pour relever le défi. On pointe toutefois dans son arbre généalogique, son arrière-grand-père maternel Georges Thienpont qui avait acheté, au début des années 1920, le Vieux Château Certan, un domaine bordelais, une des plus belles propriétés de Pomerol. " Doyenne d'âge de sa génération, ma mère, la petite-fille de Georges Thienpont, préside aujourd'hui le conseil d'administration de l'affaire familiale, tandis qu'Alexandre Thienpont en est le gestionnaire. La famille compte aussi un autre grand homme du vin, en la personne de Jacques Thienpont, le propriétaire de Le Pin, un vignoble de 2 ha où il élabore un des vins les plus cotés du monde. " Souhaitant diversifier ses zones de productions Paul de Moor porte son regard sur la Tasmanie, l'île située à la pointe sud de l'Australie. " La Tasmanie est un poids plume dans l'univers du vin australien, explique-t-il. La production totale de l'île représente le tiers de 1 % de celle du pays tout entier. Le vignoble de Pipers Brook, planté en 1974, jouissait déjà d'une excellente réputation. J'avais lu dans un des livres de James Halliday, le grand spécialiste du vin australien, que rien n'y avait été pris à la légère, à commencer par l'étude sérieuse des terroirs. Il faut savoir que la Tasmanie jouit d'un climat plus frais que celui de l'Australie. On peut donc y cultiver des raisins que l'on rencontre en Alsace ou en Bourgogne. Pipers Brook et Ninth Island, notre second vignoble situé sur l'autre rive de la Tamar, sont connus pour le riesling, ou le pinot gris. Leurs pinots noirs sont remarquables. Par ailleurs, cette région de Tasmanie offre les conditions idéales d'équilibre entre la maturité et l'acidité pour le chardonnay. Nous avons donc à disposition deux des cépages champenois qui permettent d'élaborer un grand " sparkling ", le Kreglinger Vintage brut. " En homme d'affaires averti, Paul de Moor s'informe de la santé financière de Pipers Brook. Cotée en Bourse, la société est alors endettée au point qu'elle a déjà dû se séparer d'une partie de ses vignobles. Il lance, au printemps 2001, une offre publique d'achat qui se conclut en mars 2002. Kreglinger détient depuis lors 87,5 % des actions, 12 % restant entre les mains d'un businessman de Sydney et le solde revenant à 65 petits porteurs. Quatre ans plus tard, Paul de Moor est fier des résultats engrangés par son équipe. Il peut s'appuyer sur deux collaborateurs passionnés, Bruce McCormack, le chef viticulteur, et René Bezemer, l'£nologue. " Bruce est arrivé d'Australie sur sa moto, s'enthousiasme-t-il. Il est resté dans l'île parce qu'il s'y est marié. Il a commencé dans l'entreprise par ramasser des cailloux sur une terre à défricher. René a débarqué voici une vingtaine d'années comme peintre décorateur. C'est lui qui a mélangé les pigments pour obtenir la teinte sable de notre cave. Il s'est investi corps et âme dans le vin, pour arriver aujourd'hui à un sommet de son art. J'ai eu à c£ur de confirmer leurs mérites et de leur donner des responsabilités qu'ils assument à 100 %. " De l'avis général, les vins mis en bouteille sous trois étiquettes différentes - celles des vignobles Ninth Island et Pipers Brook et Kreglinger pour le " sparkling " - sont de grande qualité. " Avec Bruce, nous avons entrepris un travail gigantesque de recherche sur le pinot noir, confie Paul de Moor. Nous allons suivre dans nos conditions de sol et de climat quelque quarante clones différents de pinot noir, dont près de la moitié n'ont jamais été cultivés en Australie. Inutile de dire que René est impatient de vinifier les premiers raisins. " L'équipe qui entoure Paul de Moor compte aussi Daniel Alps, le chef du restaurant éponyme, installé sur la rive gauche de la Tamar River, au milieu du vignoble de Ninth Island. Tout de bois vêtue, la bâtisse jouit d'un écrin grandiose lorsque le vignoble est emballé à la Cristo d'un voile de filets blancs, destinés à protéger les raisins de l'appétit des oiseaux. " Nous sommes ouverts le midi pour les repas, précise Daniel Alps. Mais toute la journée nous accueillons les clients désireux de participer à une dégustation. Nous ne commercialisons que les produits élaborés dans nos vignobles et, de ce fait, nous sommes les seuls à proposer les millésimes " anciens ", hors commerce. " La cuisine de Daniel Alps s'inscrit dans le courant général qui anime l'ensemble de la cuisine australienne depuis vingt à trente ans. Après un long cousinage avec la cuisine anglaise, l'Australie, récemment encore, a attiré de nombreux migrants et a su s'enrichir de l'authenticité de tous les apports ethniques. L'influence asiatique, qu'elle soit chinoise, thaïlandaise ou japonaise, se révèle dans les restaurants de Sydney, par exemple. Ailleurs, on puise davantage dans les références de la Méditerranée, similitude de climat oblige. " La Tasmanie, s'enorgueillit Daniel Alps, est sans doute le seul endroit au monde qui peut s'offrir le luxe de mettre en bouteilles de l'eau de pluie. Nous disposons de légumes exceptionnels. Nous sommes aussi spécialisés dans l'élevage de poissons et de fruits de mer de très grande qualité. Les coquilles Saint-Jacques sont fantastiques, comme la truite de mer. Et pour la viande, nous avons grosso modo les mêmes conditions d'élevage extensif que l'Australie. " Daniel Alps signe ainsi une cuisine légère et goûteuse, parfaitement en phase avec l'été... Recettes et guide pratique en pages 46,48 et 49. Carnet d'adresses en page 104. Texte et photos :Jean-Pierre Gabriel