" A Knokke, et plus particulièrement au Zoute, les villas blanches et les aménagements classiques où le beige domine sont légion. Nous désirions sortir du lot pour ce logement d'appoint ", explique l'architecte d'intérieur Iris Dryepondt, qui partage avec des amis cet appartement implanté dans la station balnéaire la plus huppée de la côte. Situé au quatrième étage d'un immeuble, le flat était à l'origine très cloisonné et n'offrait pas de vues intéressantes malgré sa position élevée. " L'espace comportait de nombreux murs et nous avions véritablement l'impression d'être emprisonnés par tous ces hauts buildings qui cern...

" A Knokke, et plus particulièrement au Zoute, les villas blanches et les aménagements classiques où le beige domine sont légion. Nous désirions sortir du lot pour ce logement d'appoint ", explique l'architecte d'intérieur Iris Dryepondt, qui partage avec des amis cet appartement implanté dans la station balnéaire la plus huppée de la côte. Situé au quatrième étage d'un immeuble, le flat était à l'origine très cloisonné et n'offrait pas de vues intéressantes malgré sa position élevée. " L'espace comportait de nombreux murs et nous avions véritablement l'impression d'être emprisonnés par tous ces hauts buildings qui cernaient l'habitation ", se souvient la conceptrice qui travaille surtout sur des projets de logements, restaurants et boutiques. L'idée a donc germé de rendre l'endroit plus fluide, en abattant des parois, et de réorganiser les fonctions pour mieux profiter de la surface et des perspectives vers l'extérieur. La chambre a ainsi pris la place de la cuisine et inversement. Un changement qui donne l'impression que les lieux sont plus grands et qui permet désormais de voir l'arrière-pays depuis la salle à manger où le soleil pénètre largement. Une porte coulissante sépare le salon de la chambre et le couloir a été équipé de deux lits pliants, pour recevoir les visiteurs occasionnels. " J'aime les solutions astucieuses et compactes ", observe Iris. Côté séjour, on retrouve cette même modularité : la Fusion Table sert de table de billard en journée et se transforme pour accueillir le souper. La salle de bains occupe également une place particulière, dissimulée derrière les armoires de la cuisine. Une trouée a été réalisée dans la partie supérieure du mur pour permettre à la lumière naturelle d'y pénétrer, celle-ci étant ensuite réfléchie par d'élégants carreaux artisanaux. L'intérieur de ce boudoir, ainsi baigné par une douce clarté, n'a donc pas nécessité de peinture blanche ou beige clair - un stéréotype dans la région - pour gagner en éclat. " L'ensemble est volontairement sombre, explique la décoratrice avec enthousiasme. Nous souhaitions créer un look différent. Nous rêvions d'une atmosphère de boudoir, intimiste, avec des touches brillantes. " Pimpé avec fantaisie, l'appartement comporte quelques éléments surprenants à l'image de l'alcôve de la chambre revêtue de tissu léopard, d'une lampe Papillon d'Ingo Maurer, d'éclairages rétro griffés Menu et du robinet de cuisine en cuivre réalisé sur mesure. Le motif damier du sol est lui aussi inhabituel. Quant au couloir, il accueille un authentique miroir Soleil du Français Chaty Vallauris, un incontournable du design des années 60. La conceptrice signe par ailleurs un certain nombre de meubles tels que le large sofa Arthur habillé de velours, la table ronde en cuivre Mary et les poufs Martha, recouverts de tissu oriental issu de la collection Pierre Frey. " Le résultat est assurément baroque et éclectique, ce qui rend ce cocon très chaleureux, même quand le temps est gris dehors, note l'habitante. Après une balade hivernale à l'air frais, il est très agréable de venir se réchauffer ici. " PAR PIET SWIMBERGHE & AMP / PHOTOS : JAN VERLINDE