" Pour Ulysse ". Le 18 novembre dernier, Ulysse, 12 ans, perdait la vie dans un accident. Un conducteur, qui roulait apparemment trop vite, a perdu le contrôle de sa voiture et foncé vers la troupe de scouts. De ce décès tragique est né le meilleur. Mais aussi le pire. C'est l'histoire d'un petit garçon qui ne devait pas mourir et de la façon dont des adultes ont géré ce drame.

" Rouler au-delà de 60-70km/h quand on approche une troupe de scouts, c'est forcément un risque ou pas toujours ? " se demande, deux jours après l'accident, un animateur radio, sur la page Facebook de son émission. Pardon ? Quand vous dites " pas toujours ", c'est quoi l'idée ? C'est obligatoire d'être " impertinent " sur la mort d'un enfant ? Ça fait pas trop de bruit, le chagrin de la famille ? Vous arrivez à bosser peinard ? Moi pas.

Mais dans la vie d'Ulysse, heureusement, il n'y avait pas d'animateur radio qui parle fort en disant des choses insensées et insensibles. Il y avait en premier lieu ses parents. Deux adultes qui, même broyés par le malheur, ont trouvé quelque part le courage de faire de la tragédie de leur vie quelque chose de joli et bienveillant. Voici ce que son papa écrivait, juste avant les funérailles : " Si vous voulez rendre hommage à Ulysse, n'apportez pas de fleurs. Faites un don à Deux euros cinquante. Mieux, faites un ordre permanent, qui l'honorera tous les mois. Ulysse était sensible au drame des migrants. Il serait devenu un adulte sensible et intelligent, le genre de personne dont nous avons besoin pour que le monde devienne meilleur. " En quelques jours, deux mille nouveaux membres se sont inscrits sur ce groupe Facebook. Deux euros cinquante, c'est le prix d'un repas, c'est une plate-forme citoyenne, de plus en plus grande, qui a pour but de nourrir ces êtres en errance et qui ont faim. Plus de dix mille euros de dons, en quelques jours, avec en communication " Pour Ulysse ". Il restera plein de choses du passage sur terre de ce tout petit humain. Entre autres, ce que les grands ont fait de ce malheur. Et le meilleur a assurément pris le pas sur le pire. A vous de continuer le mouvement.