CLIVE OWEN

L'acteur britannique, né en 1964, a acquis sa notoriété internationale suite à La mémoire dans la peau de Doug Liman (2002). Dans Blood Ties de Guillaume Canet (2013), l'un de ses derniers films, il joue aux côtés de Marion Cotillard et de Matthias Schoenaerts.
...

L'acteur britannique, né en 1964, a acquis sa notoriété internationale suite à La mémoire dans la peau de Doug Liman (2002). Dans Blood Ties de Guillaume Canet (2013), l'un de ses derniers films, il joue aux côtés de Marion Cotillard et de Matthias Schoenaerts." La mesure du temps est très importante pour moi, aussi bien dans ma vie professionnelle que privée. Ma première montre était un modèle inconnu des années 50. Elle m'avait été offerte par l'une de mes petites amies, qui allait devenir ma femme plus tard... J'ai toujours aimé les garde-temps, mais cette passion n'est vraiment devenue sérieuse que lorsque j'ai découvert Jaeger-LeCoultre. La conception méticuleuse de ses modèles est impressionnante. Aujourd'hui, je porte une Gyrotourbillon. Sa finition et sa mécanique ingénieuse sont d'une beauté stupéfiante. C'est comme si j'arborais une oeuvre d'art au poignet. " Ce parachutiste autrichien, âgé de 44 ans, a été le premier, en 2012, à effectuer un saut à 39 km d'altitude, à la limite de l'espace, depuis un ballon gonflé à l'hélium. C'est aussi le premier être humain à avoir franchi le mur du son, à une vitesse de 1 357 km/h." Je suis impatient par nature. Dès lors, le temps et sa mesure ont une grande importance, dans ma vie tant professionnelle que privée. De manière générale, je trouve que tout va toujours trop lentement. Il fut une époque où j'achetais des montres sans grande valeur, jusqu'à ce que je découvre la manufacture Zenith et que je mette au poignet le premier modèle Aéronef Type 20 GMT de la ligne Pilot. Aujourd'hui, j'ai opté pour une El Primero Stratos Flyback Striking 10th, avec laquelle j'ai accompli l'exploit de franchir le mur du son. Le fabricant suisse m'a déjà demandé de la récupérer, mais tout le monde comprendra que d'un point de vue sentimental, cela m'est totalement impossible. Cet objet me rappelle chaque jour cet épisode de ma vie. " L'acteur américain, qui fêtera ses 40 ans cette année, n'est plus à présenter tant son CV compte de films cultes, dont Gangs of New York de Martin Scorsese et Arrête-moi si tu peux de Steven Spielberg. " Avec le temps, tout devient possible. C'est nous qui décidons ce que nous en faisons. Mieux vaut donc faire des choix judicieux, qui prépareront un meilleur avenir aux générations suivantes. Je possède plusieurs montres, je les conserve toutes, mais je ne me souviens plus quelle fut la première. Les garde-temps mécaniques m'ont toujours fasciné mais je n'ai vraiment pris conscience de leur complexité que depuis qu'une TAG Heuer est venue enrichir ma collection. Les ateliers où les modèles de ce label sont fabriqués ressemblent à des laboratoires scientifiques, avec leurs microscopes, leurs verres grossissants et leurs composants minuscules. C'est pourquoi je suis encore plus attaché à la Carrera Calibre 1887 Automatic Chronograph de cette marque, que je porte en ce moment. " A 28 ans, l'athlète jamaïcain affiche à son palmarès six médailles d'or olympiques et trois records du monde, en 100 m, 200 m et relais 4 X 100 m." Se conformer au timing, le sien et celui des autres, est une question de respect selon moi. Je suis devenu l'ambassadeur de la marque Hublot parce que nous partageons cette même approche. Ce label a donné mon nom à l'un de ses modèles phares, que je porte bien évidemment. L'aspect commercial ne me dérange pas du tout. Au contraire, il m'encourage à rester au top quelles que soient les circonstances. Si je ne devais plus occuper que la 3e ou la 4e place, les marques qui me soutiennent me laisseraient vite tomber, je pense, car je ne serais plus en mesure de porter leur message. Le cadran de la King Power Usain Bolt est orné de mon logo, et le matériau doré du bracelet est le même que celui des crampons des chaussures de compétition que je portais lors des Jeux olympiques de 2008, à Pékin. " Stars de l'athlétisme belge, les deux frères jumeaux, nés en 1988, sont spécialisés dans le 400 m et le relais 4 x 400 m. Leur prochain objectif : un podium aux championnats d'Europe, à Zurich, en août prochain.Jonathan : " Dans un sport tel que le nôtre, le temps est omniprésent puisque nous faisons la course contre lui. Sa mesure est d'une importance capitale, jusque dans ses fractions infimes. L'année dernière, j'ai raté de 2/100e de seconde une médaille de bronze lors des championnats du monde, à Moscou. Je porte une Omega, mais un modèle plus simple que celui de mon frère : la Seamaster Aqua Terra, dont le calibre Co-Axial 8501 est visible à travers le fond du boîtier transparent. Je n'ai pas de chronomètre, mais en dehors de la piste, j'arrive plus souvent à l'heure que Kevin... " Kevin : " Bien que le timing soit omniprésent, nous n'avions au départ pas de montre pendant nos entraînements. À 17 ans, nous avons acheté tous les deux une Nike pour évaluer nos performances. Aujourd'hui, je porte une Omega Speedmaster Moonwatch, pas seulement pour sa fonction essentielle de chronomètre : il est important pour moi de savoir que ce modèle a été sur la Lune. Il allie en quelque sorte le rêve et la précision. " Ce coureur automobile belge né en 1945 a été sacré deux fois vice-champion du monde de Formule 1 et a remporté six victoires aux 24 Heures du Mans ainsi que le rallye Paris-Dakar, en 1983... " En tant que pilote, j'ai toujours accordé une grande importance au temps, qui était indissociable de ma vie. J'ai vieilli, mais ce constat est encore d'actualité. Alors que le chemin qui me reste à parcourir se raccourcit, le rythme semble s'accélérer. J'aime voyager en Afrique, car là-bas, on entend souvent dire "vous avez l'heure, nous avons le temps"... Mais j'y garde tout de même ma montre au poignet. Mon premier modèle était une Omega toute simple à deux aiguilles, qui m'avait été offerte en 1965 par un champion automobile, Jim Clark. Mon nom et sa signature étaient gravés sous le boîtier. Je la possède toujours et je lui attache naturellement une grande valeur sentimentale. Depuis des années, j'opte pour des modèles de la marque Chopard : Il y a vingt-cinq ans, je me suis lié d'amitié avec Karl-Friedrich Scheufele, le patron de cette maison, lors de la course des Mille Miglia d'Italie. Il m'a tout appris de l'horlogerie. La cinquième édition de la Jacky Ickx de Chopard sera bientôt commercialisée... " A 25 ans, le jeune acteur français doit sa renommée internationale à son rôle dans Yves Saint Laurent de Jalil Lespert. En 2010, il avait donné la réplique à notre compatriote Benoît Poelvoorde dans Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris." Le temps est pour moi une réalité toute relative. Tout peut changer en fonction de ce que je fais ou des personnes qui m'entourent. Par exemple, lorsque j'écris, je peux perdre complètement mes repères. Je ne sais plus l'heure qu'il est, ni depuis combien d'heures je suis occupé. La mesure du temps m'apparaît comme quelque chose de mathématique mais aussi de très poétique. La possibilité de déterminer le moment de la journée à partir des mouvements du soleil ou de la lune m'a toujours fasciné et fait rêver. Ma première montre était une Flik Flak bon marché que j'aimais beaucoup. J'avais 10 ans quand je l'ai reçue. Je la posais tous les soirs sur ma table de nuit et j'étais fou de joie de la redécouvrir tous les matins. Aujourd'hui, je mets une Montblanc Star Classique. J'y suis très attaché, car elle est simple, élégante et intemporelle. Elle me rappelle mon grand-père, un personnage très raffiné qui accordait une grande importance à l'élégance discrète. " PAR SERGE VANMAERCKE