Les rendez-vous par Skype n'ont rien de nouveau pour eux. Fien Muller, Hannes Van Severen, Mette Hay et son mari Rolf n'ont plus assez de leurs deux mains pour compter le nombre de réunions virtuelles qu'ils ont eues ensemble. L'an dernier, le trafic Internet a augmenté de façon spectaculaire entre Evergem et Copenhague, où le duo de designers belges Muller Van Severen et le label d'intérieur danois HAY ont travaillé d'arrache-pied pour faire entrer leur première collaboration dans nos salons. "Bien sûr, le contact physique nous manque par moments, et les sujets de discussion sont parfois différents de ceux de réunions classiques, mais dans l'ensemble, la collaboration s'est déroulée harmonieusement", explique Fien Muller. "Croyez-moi, tous les partenariats que nous avons lancés pendant la pandémie n'ont pas été aussi fluides que celui-ci", s'amuse Mette Hay.
...

Les rendez-vous par Skype n'ont rien de nouveau pour eux. Fien Muller, Hannes Van Severen, Mette Hay et son mari Rolf n'ont plus assez de leurs deux mains pour compter le nombre de réunions virtuelles qu'ils ont eues ensemble. L'an dernier, le trafic Internet a augmenté de façon spectaculaire entre Evergem et Copenhague, où le duo de designers belges Muller Van Severen et le label d'intérieur danois HAY ont travaillé d'arrache-pied pour faire entrer leur première collaboration dans nos salons. "Bien sûr, le contact physique nous manque par moments, et les sujets de discussion sont parfois différents de ceux de réunions classiques, mais dans l'ensemble, la collaboration s'est déroulée harmonieusement", explique Fien Muller. "Croyez-moi, tous les partenariats que nous avons lancés pendant la pandémie n'ont pas été aussi fluides que celui-ci", s'amuse Mette Hay. En quête d'un moyen de rendre ses créations accessibles à un public plus large et plus jeune, Muller Van Severen est allé frapper à la porte de l'entreprise danoise. Le résultat? Une gamme minimaliste, mais colorée, de tables, de lampes, de bougeoirs et un vase. Une suite est déjà en route. Vous lancez ce mois-ci votre première collaboration, qui a débuté il y a quatre ans au siège de HAY à Copenhague... Fien Muller: Nous suivions HAY depuis longtemps déjà quand nous nous sommes rendus au Danemark en 2017. Nous avions demandé une réunion pour soumettre quelques idées à Rolf et Mette, et pour faire connaissance. Le courant est immédiatement passé. Peu de temps après, nous organisions une deuxième rencontre à Evergem. C'est ce jour-là que notre collaboration a vu le jour. Hannes Van Severen: Nous avions prévu un petit spectacle avec les objets que nous avions conçus sans les prévenir, pour garder l'effet de surprise. C'est ainsi que nous travaillons le mieux. Il est difficile d'expliquer avec des mots les idées que l'on a dans la tête, les montrer est le moyen le plus simple pour nous. Rolf Hay: Cette journée dans votre studio nous a donné beaucoup d'énergie pour continuer. D'habitude, lorsque nous travaillons avec des designers, nous les briefons de manière très claire, mais cette méthode de travail était tout à fait nouvelle pour Mette et moi. La crise sanitaire a également bouleversé notre programme. Quelle folle période pour commencer une gamme! Normalement, nous passons beaucoup de temps avec nos créateurs pendant le processus de production, ça n'a pas été possible à cause de la pandémie. Mais notre rigueur a fait de cette collaboration un succès. We made it work.Qu'est-ce qui vous a tant séduit dans le travail de l'autre? Fien: Je pense que nous avons une connexion à différents niveaux. Nous utilisons beaucoup de couleurs et nos créations sont franches, mais cela va plus loin. Nous partageons les mêmes valeurs, comme l'amour de notre métier. Il est crucial de conserver notre sensibilité. Nous avons fait très attention à cet aspect, car il se perd souvent dans la production de masse. C'est bien plus important qu'une esthétique partagée. Mette Hay: Nous portons un regard similaire sur la vie. La façon dont nous envisageons le design, mais aussi celle dont nous travaillons en couple et trouvons un équilibre entre le boulot et la vie privée. C'est pour cela que notre collaboration s'est aussi bien déroulée. Partir sur de bonnes bases est essentiel. Hannes: Outre notre intérêt commun pour les matériaux, les couleurs et les formes, Muller Van Severen et HAY recherchent également un certain romantisme dans leurs objets. Sans cela, la simplicité peut devenir très fade. Rolf: Un design efficace est un produit qui se situe quelque part entre l'architecture, l'art et l'époque dans laquelle nous vivons. Les points forts de Muller Van Severen sont les proportions, les matériaux et l'utilisation des couleurs, et ils sont présents dans cette collection. A première vue, la table, par exemple, semble relativement simple, mais elle se distingue par les matériaux choisis, la couleur et l'architecture qui lui donnent corps. Les bougeoirs, les vases et les lampes tendent davantage vers l'art. Mais ce qui les lie, c'est leur modernité, ils reflètent notre époque. Peut-on parler de "collection Covid"? Vous avez été obligés de prendre la plupart de vos décisions en ligne. Fien (secoue la tête): La collection avait déjà vu le jour avant la pandémie, elle a juste été développée pendant les confinements. Hannes: En ligne, nous avons pu faire le suivi de beaucoup de produits. Entre-temps, nous avons essayé de nouvelles choses dans notre studio. En fait, c'était très efficace, car les confinements nous ont permis de nous concentrer. Nous ne pouvions pas faire grand-chose d'autre que de rester à la maison, ce qui nous a permis de travailler loin du stress. Fien: C'était une période très chouette. Beaucoup ne seraient pas de votre avis. Fien:(Rires) Non, je sais. Pour nous, c'était l'occasion de revenir à l'essentiel et aux choses que nous aimons le plus faire: dessiner, inventer des modèles... Cela faisait longtemps, et j'ai été submergée par une vague d'inspiration. Cette période nous a énormément appris. Rolf: Chez nous, le confinement a duré dix-huit mois, c'était donc une autre expérience. La chaîne d'approvisionnement a été perturbée, et il était difficile de trouver les bons matériaux. Mais nous avons également découvert qu'il existe d'autres moyens d'être proche de nos designers et de nos clients sans faire des allers-retours incessants. Le confinement a été un moment de détox. Mette: Les escales, l'attente dans les aéroports et les visites d'ateliers sont très chronophages. Faire une pause a été plus que bienvenu. Hannes: Ce que nous regrettons le plus, c'est de ne pas avoir pu nous rendre à Copenhague pour voir les prototypes de la collection. Alors que nous étions sur le point de partir, nous avons reçu un appel nous informant que nous avions croisé une personne positive. C'était très triste, car HAY avait organisé un sample show rien que pour nous. Fien: Nous avons pu le regarder en ligne. On nous a aussi envoyé les prototypes à la maison, donc ce n'est pas que nous n'avons rien vu. Mais en effet, ce n'est pas pareil. Les confinements ont aussi poussé beaucoup de monde à repenser leur intérieur. Rolf: Nos ventes s'en ressentent. De nombreuses personnes ont redécouvert leur maison. Dans un sens, la crise sanitaire a été très positive pour notre secteur. Fien: Les gens ont recommencé à apprécier leur maison. C'était agréable de voir combien de personnes se sont rendu compte qu'elles aimaient être chez elles. Les ventes ont bien marché pour nous aussi, car les gens avaient le temps et l'argent pour chercher des choses. Ce n'est pas la première collab de HAY. Mette, vous avez écrit un jour que les partenariats font partie intégrante de l'ADN de votre marque. Mette: Travailler avec de nouvelles personnes donne de l'énergie et offre de nouvelles perspectives. Cela permet de porter un autre regard sur nos produits et notre marque. Dans notre vie privée, Rolf et moi aimons aussi découvrir des lieux inédits et rencontrer des gens. En tant que société, il est important de continuer à aller de l'avant et des collaborations comme celle-ci apportent quelque chose de nouveau. Le jour où je ne voudrai plus accepter de telles opportunités, je pense qu'il sera temps de prendre ma retraite. Rolf: Lorsque Mette et moi avons fondé l'entreprise, nous voulions faire des créations de qualité dans un contexte abordable. Cette vision n'a pas changé. Les collaborations nous font évoluer. Nous avons été très touchés par le regard que Muller Van Severen porte sur le design et par son esthétique. Pouvoir le proposer à un public plus large était très intéressant. Qu'est-ce qui a incité Muller Van Severen à aller vers une production plus importante? Fien: Durant les premières années du label, nous avions encore beaucoup à apprendre. Nous découvrions l'univers du design. Lorsque nous avons rencontré HAY il y a quatre ans, nous avions déjà l'expérience nécessaire dans notre domaine pour passer à l'étape suivante. L'essentiel à nos yeux était de ne pas perdre en qualité. Hannes: HAY était donc le choix parfait. C'était aussi la bonne occasion de rendre nos créations plus accessibles à un jeune public. Mette: Rolf et moi nous sommes rencontrés quand j'avais 23 ans et lui 33. Nous travaillions tous les deux pour une entreprise qui vendait la marque italienne Cappellini. Il y avait tellement de produits que nous voulions acheter pour notre premier appartement, mais nous ne pouvions pas nous les offrir. Notre ambition avec HAY était de travailler avec les meilleurs designers du monde, pour créer des produits contemporains à des prix abordables, comme nous le faisions déjà avec les frères Bouroullec ou Tom Dixon, par exemple. Peu de créateurs comme Muller Van Severen ont un public aussi large qui aime toutes leurs créations. Leurs lampes, chaises ou planches à découper en font rêver plus d'un. Je suis très heureuse que les jeunes puissent désormais se permettre d'avoir une de leurs créations dans leur premier appartement. Et quand ils seront un peu plus âgés, ils pourront toujours acheter une de leurs lampes ou chaises. Hannes: Un designer veut toujours toucher le plus de personnes possible, et leur apprendre à aimer ses créations et à vivre avec. Ou comme Charles Eames le disait: "We want to make the best for the most for the least." Rolf: Cette citation a été la plus grande source d'inspiration pour la création de notre entreprise, tout comme la façon dont Ray et Charles Eames évoluaient dans un contexte très démocratique. Nous voulions créer la bonne plate-forme pour y parvenir, et c'est exactement ce que nous faisons avec cette collection. Nous sommes impatients de poursuivre cette collaboration. Hannes: Affaire à suivre. (rires).