C'était au printemps dernier. L'e-store parisien cmonpremier.com ouvrait une boutique en dur à Bruxelles, dans le quartier chic du Fort-Jaco. Pour s'imprégner au mieux du marché belge, la créatrice française du site Web, Inger Dulud, lançait alors un test grandeur nature, en présentant aux clients du magasin ucclois différentes chambres d'enfants - de la plus classique à la plus futuriste - afin qu'ils définissent leurs préférences. Le verdict fut sans appel : " Les Bruxellois aiment le design et ont un goût prononcé pour les marques pointues, même pour leur bébé, résume l'initiatrice du projet. Ils opteront plutôt pour un berceau original du groupe danois Leander ou le style vintage épuré du label américain îuf que pour le mobilier très british de Mamas & Papas... "
...

C'était au printemps dernier. L'e-store parisien cmonpremier.com ouvrait une boutique en dur à Bruxelles, dans le quartier chic du Fort-Jaco. Pour s'imprégner au mieux du marché belge, la créatrice française du site Web, Inger Dulud, lançait alors un test grandeur nature, en présentant aux clients du magasin ucclois différentes chambres d'enfants - de la plus classique à la plus futuriste - afin qu'ils définissent leurs préférences. Le verdict fut sans appel : " Les Bruxellois aiment le design et ont un goût prononcé pour les marques pointues, même pour leur bébé, résume l'initiatrice du projet. Ils opteront plutôt pour un berceau original du groupe danois Leander ou le style vintage épuré du label américain îuf que pour le mobilier très british de Mamas & Papas... "Cet engouement, qui s'observe chez nous mais aussi dans les pays voisins, s'explique surtout par le décloisonnement de la maison : " Aujourd'hui, les univers des parents et des enfants sont intimement mêlés, dans le salon ou la cuisine par exemple. Les grands veulent dès lors trouver pour leurs nourrissons des meubles et jouets qu'ils peuvent glisser dans leur décoration d'intérieur sans la défigurer ", analyse la conceptrice de cmonpremier.com. Et les griffes de puériculture suivent évidemment cette demande : nombreuses sont celles qui développent des objets aux lignes plus contemporaines. Un secteur en plein boom mais qui nécessite une attention très poussée des sociétés puisque les normes de sécurité et de santé y sont drastiques. " La compréhension des règlements, surtout à l'international, est très complexe. Mais plus nous intégrons cela tôt dans le développement d'un article, plus nous éliminons les problèmes rapidement. Nous rencontrons aussi dans nos recherches des médecins, des infirmières, des scientifiques, des professionnels de l'enfance... Notre ressource principale reste néanmoins les jeunes parents, qui apportent un £il neuf sur les projets ", résume Jon Lake, chef designer chez Bloom, un label réputé pour ses créations résolument modernes, notamment son relax Coco, sa chaise haute Fresco et son lit pliable Alma Papa. Parmi les produits qui buzzent, les modèles évolutifs remportent un franc succès. " L'achat de matériel pour les plus jeunes reste, en ces temps de crise, une valeur refuge, insiste Inger Dulud. Et les gens sont prêts à investir plus d'argent au départ, s'ils savent que leur acquisition sera durable. " Précurseur de cette tendance : Stokke et sa chaise en bois Tripp Trapp. Adaptable en hauteur à la taille des kids, cet indispensable des familles fête cette année ses... 40 ans et s'est vendu depuis sa création à plus de 7 millions d'exemplaires dans le monde. Dans cette idée de mobilier qui grandit avec le môme, l'entreprise norvégienne a aussi imaginé un berceau transformable en lits cage puis junior. Tout comme Bloom, îuf ou encore Leander qui a également conçu une table à langer devenant plus tard bureau d'écolier. De son côté, Lunar a même vu plus loin et créé le berceau Koo servant, une fois inutile, de rocking-chair pour papa et maman... Un prototype qui sera bientôt commercialisé et qui permet d'éviter que le matériel du nourrisson n'encombre le grenier par la suite. " Ces meubles évolutifs, aujourd'hui copiés par de nombreux labels, viennent des pays scandinaves qui ont toujours été très avant-gardistes en matière de design, épingle encore Inger Dulud. On a ainsi trois objets en un, ce qui devient intéressant financièrement. " Un avantage qu'elle reconnaît aussi à la poussette Bugaboo ( lire aussi en page 36) qui " évite aux parents de devoir en acheter plusieurs : une pour le tout-terrain, une pour la ville et une plus légère - "une poussette-canne" comme on l'appelle. On a donc un seul engin qui servira pendant quatre ans, ce qui revient financièrement à moins d'un café par jour ! " résume de façon amusante l'experte. L'autre argument qui convainc les nouveaux parents de se tourner vers le design, c'est l'aspect écologique de ces produits. On pense notamment au mobilier d'îuf en bois eco-friendly, mais aussi au Dot.Pot, un petit pot transformable en réducteur et marchepied fabriqué par la marque belge Babymatters dans une matière synthétique presque 100 % recyclable. Les apprentis papas et mamans sont donc prêts à investir davantage pour leur progéniture s'ils ont la garantie que la qualité suivra. Une attitude insufflée certes par la crise mais aussi par l'évolution de la société en général. " Les femmes attendent souvent d'avoir entamé leur carrière pour penser à la maternité. Dès lors, d'une part l'enfant est tellement désiré qu'il est magnifié et donc gâté. Et, d'autre part, le budget du couple lui permet de se faire plus facilement plaisir ", conclut Inger Dulud en pointant qu'une bonne partie de sa clientèle a aujourd'hui entre 35 et 40 ans. Reste qu'équiper une maison pour accueillir un bambin coûte très cher et qu'il n'est pas forcément possible pour tout le monde d'assurer un home sweet home 100 % design. C'est pourquoi, les fabricants à l'affût proposent également de petits objets, qui viennent mettre dans la déco une touche personnelle à moindre frais. " En Belgique, les chambres sobres et classiques ont toujours la cote. C'est davantage pour les accessoires comme les biberons, assiettes, vaisselles... que les parents recherchent des modèles en vogue ", note Pierre Vanderbeken, président de la Fédération belge des fabricants et grossistes en articles de puériculture. Une observation confirmée par Caroline Reyniers de Babymatters, firme qui lancera en 2012 sur le marché un nouveau petit pot (Dot. Poty) et un réducteur pour WC (Dot. Trainer) toujours en matériaux recyclables : " Il y a un très grand choix en matière de petits articles de puériculture dans les boutiques et c'est pourquoi notre entreprise cherche à créer des objets avec une valeur ajoutée. Les nouveaux parents peuvent ainsi personnaliser leur intérieur par touches tout en restant plus traditionnels pour les grands éléments. "C'est sur cette vague des mini ustensiles design que surfent des marques comme Brother Max et Boon qui planchent sans cesse sur des formes avant-gardistes, quitte à véritablement inventer de nouveaux objets, comme avec cette cuillère doseuse de panade signée Boon qui permet de donner la béquée sans assiette. De quoi aider les parents à perdre moins de temps dans des tâches élémentaires, en réinventant carrément la manière de pouponner. Pour les nuits blanches toutefois, on n'a encore rien trouvé... PAR FANNY BOUVRY