Frédéric Méchiche est toujours heureux de travailler pour des clients qu'il connaît bien. La confiance, voire la sympathie ou l'amitié, transforme les relations professionnelles en complicité. C'est dans ce cadre, rassurant et stimulant, qu'il est intervenu sur cette somptueuse bâtisse londonienne. " J'avais déjà réalisé pour ces personnes plusieurs maisons, raconte-t-il. Nous en sommes arrivés à n'avoir plus besoin de mots ou de grandes phrases pour échanger nos points de vue ; c'est très agréable. Nous nous comprenons, mais, par-dessus tout, je crois que nous aimons nous étonner mutuellement. Ces gens sont très intéressés par l'art contemporain et les choses entre nous se sont nouées ainsi, librement, sans détours compliqués, autour de cette passion. "
...

Frédéric Méchiche est toujours heureux de travailler pour des clients qu'il connaît bien. La confiance, voire la sympathie ou l'amitié, transforme les relations professionnelles en complicité. C'est dans ce cadre, rassurant et stimulant, qu'il est intervenu sur cette somptueuse bâtisse londonienne. " J'avais déjà réalisé pour ces personnes plusieurs maisons, raconte-t-il. Nous en sommes arrivés à n'avoir plus besoin de mots ou de grandes phrases pour échanger nos points de vue ; c'est très agréable. Nous nous comprenons, mais, par-dessus tout, je crois que nous aimons nous étonner mutuellement. Ces gens sont très intéressés par l'art contemporain et les choses entre nous se sont nouées ainsi, librement, sans détours compliqués, autour de cette passion. " La maison en question, située dans l'élégant et huppé quartier de Belgravia, au sud-ouest du palais de Buckingham dans Westminster, est un hôtel particulier du xviiie siècle, à l'architecture géorgienne. Lorsque les propriétaires décident de lifter le bien, ce dernier présente certes de vastes surfaces réparties sur trois niveaux, un grand sous-sol, de beaux volumes et même un joli patio, mais les planchers d'époque ont malheureusement disparu au profit de revêtements modernes sans charme. De même, les cheminées originelles ont été remplacées par d'horribles catafalques du xixe siècle, les peintures sont abominables et de lourdes draperies pendent aux fenêtres. Les futurs habitants et le concepteur sont néanmoins séduits par quelques éléments remarquables, tels que ces briques apparentes, caractéristiques de la période de construction... " C'est quelque chose de très rare de trouver ainsi une maison datant de si longtemps avec une telle allure et susceptible de retrouver l'éclat de sa jeunesse... ", commente le décorateur. Compte tenu de la valeur historique de l'édifice, les travaux sont surveillés par les Monuments Historiques anglais, particulièrement vigilants. La première tâche est de remplacer les sols existants par des parquets à larges lattes, comme on en trouvait au xviiie siècle. Il faut ensuite se lancer dans une grande chasse aux cheminées, afin de remplacer les objets massifs qui enlaidissent l'intérieur. Deux grands âtres en marbre clair, pour la salle à manger et la chambre, réchauffent désormais les lieux, l'un et l'autre fidèles à l'esprit et à la rigueur de la façade du logement. Des éléments qui pourraient paraître futiles pour certains mais qui, pour le décorateur, sont cruciaux, lui qui met un point d'honneur à pousser ses projets dans les moindres détails. " Le bon et le mauvais goût, cela ne veut rien dire, explique-t-il. En revanche, ces éléments " de base " peuvent carrément mener à des erreurs s'ils ne sont pas maîtrisés. Il faut veiller à ne pas en commettre, car elles sont révélatrices d'un manque de culture. " Une fois cette réflexion sur la préservation des traces du passé menée, l'architecte d'intérieur s'attelle aussi à modeler la partie " arrière " du logis, comprenant le bureau, la cuisine, une salle d'eau et un dressing. Puis, il prend le parti de tout peindre uniformément en blanc pour contraster avec les planchers sombres et donner de cette manière à l'ensemble un style très moderne. Enfin, pour réchauffer la composition, il distribue aux quatre coins de l'immense demeure des tapis en sea-grass, bordés de lin. " Cette texture n'est pas une invention récente, commente-t-il. Il en existait déjà, au xviie siècle, dans les châteaux. C'est ici un liant entre l'architecture classique, les meubles du xxe siècle et les oeuvres contemporaines que contiennent ces pièces. " Dans ce décor classique rendu actuel par une refonte intelligente des espaces, de somptueux meubles, pour la plupart des plus grands designers du siècle dernier, apportent une note plus personnelle. La large collection privée d'art contemporain venant couronner cet aménagement tout en finesse. Au coeur de Londres, ces oeuvres des plus grands artistes de notre temps pouvaient-elles trouver écrin plus accueillant ?