L armes écrasées, émotions retenues, moments de grâce, mais aussi stress, mélancolie, morosité, tristesse... Au pied du sapin, cadeaux et gourmandises peuvent avoir des goûts tout doux ou bien amers. C'est que Noël est une fête très mystérieuse. Ultraconformiste, elle permet de resserrer les liens de la famille et de réaffirmer la place de chacun dans le réseau de la parenté, analysent les sociologues. Et c'est bien là le problème. Car il s'en passe des choses au c£ur des familles qui peuvent s'exprimer de manière inattendue dur...

L armes écrasées, émotions retenues, moments de grâce, mais aussi stress, mélancolie, morosité, tristesse... Au pied du sapin, cadeaux et gourmandises peuvent avoir des goûts tout doux ou bien amers. C'est que Noël est une fête très mystérieuse. Ultraconformiste, elle permet de resserrer les liens de la famille et de réaffirmer la place de chacun dans le réseau de la parenté, analysent les sociologues. Et c'est bien là le problème. Car il s'en passe des choses au c£ur des familles qui peuvent s'exprimer de manière inattendue durant cette nuit-là. Clairement dites, à moitié voilées, carrément cachées. La gamme est riche, les surprises au rendez-vous. Car rien n'est simple quand il s'agit d'équations sentimentales. Bien au contraire. Le temps suspendu, enveloppé dans la bulle familiale artificiellement gonflée pour l'occasion, il arrive aussi que l'on puisse craquer. Pour des bêtises, des vétilles, un cadeau qui déplaît, une maladresse, un mot malheureux. La tristesse sera d'autant plus aiguë que ce moment-là, cela faisait des semaines qu'on l'attendait. Ou qu'on le redoutait. Le huis clos, l'intimité, l'euphorie, la tendresse, la joie, la pudeur, autant de vibrations à traverser pour partager le meilleur avec ceux que l'on aime. Pas simple, certes. Pas de recettes non plus. Juste la puissance de l'authenticité, de la générosité, un zeste de compréhension, beaucoup de patience et de tolérance. Une vraie zen attitude, en direct et sans filet. Un petit do-it-yourself bricolé comme ça, dans son coin. Et qui colle peut-être aussi à la peau de ceux qui, hélas, vont la vivre seuls cette fête qui exhale, tout en paillettes, les vertus familiales. Des femmes, chaque année plus nombreuses si l'on en croit les statistiques, des hommes aussi, des aînés... Confrontés à l'insoutenable légèreté du moment, au strass qui scintille dans tous les coins, à l'euphorie apparente généralisée. Pas question de se lâcher. Juste de compter les heures en espérant que ça passera vite, vite, et que demain, déjà, pointe son nez. Le temps de se promettre que, c'est décidé, l'année prochaine, on part au soleil, sous les palmiers. Loin des cieux de consommation sentimentale. Et pourtant. Il arrive aussi que malgré la grisaille, des petits miracles, ici, tout près de nous, surgissent. Invitation inattendue, rencontre magique, réconciliation, tendresse, sourires... Noël, fête de la nativité, certes. Et pourquoi pas de son doublet, la naïveté ? La naïveté, oui. Pile-poil à contre-courant des grandes tendances de notre pseudo-modernité. Une fois par an, ça peut faire du bien ! Joyeux Noël et bonne année à tous ! Et merci pour votre fidélité. Christine Laurent