Carnet d'adresses en page 142.
...

Carnet d'adresses en page 142.L' image a fait le tour du monde. Heidi Klum, le top model allemand y apparaît joliment dévêtue d'une parure de lingerie peu banale, entièrement " tricotée " avec des diamants et des pierres précieuses. L'ensemble, d'une valeur de 11 millions d'euros, est une création de Victoria's Secret, l'une des plus importantes marques de lingerie aux Etats-Unis. L'anecdote fait sourire. Cela dit, force est de constater que les broderies, les rubans et les dentelles, aussi raffinés soient-ils, ne suffisent plus. La lingerie a de nouveaux appétits et joue aujourd'hui la carte de l'exubérance et de l'opulence, avec maints ornements : détails lamés, strass incrustées, clous dorés et autres fantaisies brillantissimes. La lingerie-bijou s'impose. Et se montre. La créatrice parisienne Sophie Malagola propose, par exemple, ce soutien particulier en cristal, baptisé Cabaret. Les dessous prennent définitivement le dessus. Pour briller pendant les fêtes, on portera Cabaret par-dessus une robe, un body noir ou encore un vrai soutien-gorge, noir évidemment. L'autre idée hautement glamour de Sophie Malagola ? Cet étonnant et triple string Amour, Gloire, Beauté. En fait, il s'agit d'un lot de trois strings, à différentes tailles, à porter selon l'humeur. Ils ont été juste superposés pour la photo. Cela dit, de nombreuse clientes, déjà, ont pris la mise en scène au pied de la lettre et l'ont adoptée d'emblée. Bien inspirée, Sophie Malagola a saisi la balle au bond et planche, pour le printemps, sur un nouveau produit qui exploitera l'idée. Sa tête bien faite déborde de créativité. Après une longue expérience de quinze ans auprès de différentes marque, la jeune femme a lancé sa propre marque il y a deux ans, avec le but de rafraîchir ce secteur et d'y créer un renouveau. Elle a puisé dans des matières à l'aspect cuir, laquées ou cirées, issues du prêt-à-porter, et les a mariées à de la dentelle. Les couleurs poudrées jouent les guest stars dans toutes les collections, mais le noir a sa préférence. Le noir opaque voisine souvent avec le noir transparent et donc c'est la peau qui fait couleur. Sophie Malagola a été l'une des premières à ajouter des accessoires à ses créations : des boucles, des anneaux ou encore des réglettes placées sur le côté des slips. Ces derniers sont réglables, car on a le droit de prendre un petit kilo ! Nina Ricci, pour sa part, a fait sensation, il y a quelques mois, en présentant le " silk milk ", un mélange de soie, de fibre de lait (anallergique) et de fil extensible pour encore plus de douceur et de confort. Aujourd'hui, l'accent est mis sur le soutien-gorge qui n'est plus retenu par de classiques bretelles, mais par un collier noir, ponctué au centre d'une fantaisie strassée. Le string assorti adopte le même artifice, aussi bien pile que face. A épingler, toujours chez Nina Ricci, de très beaux laçages inspirés du prêt-à-porter, voire de la haute couture. Placés sur le côté de ravissantes culottes " tout dentelle ", ils ne sont pas stoppés dans la couture, mais laissés libres et pendants. L'esprit boudoir est de retour. Chez Millesia, la richesse des broderies, ainsi que la qualité des matières, des coupes et des finitions font de ces parures de véritables bijoux, haut de gamme par excellence. Millesia version sexy ? Voici un string audacieux et minimaliste, souligné, au creux des reins, par un ornement sophistiqué et scintillant. En version plus sage, le string recouvre une mini-culotte semi-transparente qui sculpte admirablement les hanches. D'adorables breloques de fantaisie s'accrochent aussi aux bretelles d'un soutien-gorge blanc, net et sculptural, agrémenté de très jolies découpes à la naissance du décolleté. Volupté chinoise La Chine... Ses traditions, sa culture et son artisanat d'art sont une source d'inspiration inépuisable pour tous les créateurs. Lejaby a eu un coup de foudre pour les paysages chinois, les décors sur porcelaine ou encore les bouquets de fleurs. Sur les parures, on retrouve des dessins de jeux d'ombres, des tatouages sophistiqués, tracés à l'encre (de Chine) ou des palmettes finement brodées. Ces chinoiseries flirtent harmonieusement avec l'esprit des couturiers des années 1920. Dans le modèle 3431 (3464 pour la culotte), des bouquets de fleurs chinoises, au feuillage délicat, sont brodées sur tulle élastique. Le soutien-gorge est rehaussé d'une frise Art déco qui encadre le décolleté et " rehausse " le buste. Un sympathique clin d'£il à Mademoiselle Chanel, avec ce camélia de velours, lové au creux des seins. Le modèle 3615 (3661 pour la culotte) est décoré de fleurs asiatiques en dentelle Leavers Lycra. Le décolleté est plongeant, très séducteur. En guise de porte-bonheur, le symbole Yin-Yang est gravé sur un petit bijou en métal, placé entre les seins. Yael Landman a lancé sa griffe en 1999. En dehors des tendances et des sentiers battus, elle s'est positionnée d'emblée comme " erotically correct ". Provocante, certes, mais aussi intime et ludique, sa lingerie est prévue pour être portée comme un vêtement, un accessoire ou un bijou. La collection hiver mélange dans un tourbillon assez vertigineux l'ambiance des boudoirs parisiens des années 1920 et les imprimés funky des années 1970. Trois thèmes se partagent la vedette. Crystal Panther, la plus extravagante, ambiguë et provocante, est dédiée " à la Maîtresse qui sommeille en chaque femme ". Beaucoup de lignes asymétriques, de matières opaques et transparentes voilent et dévoilent la chair dans un jeu de cache-cache coquin. La microfibre est rehaussée de strass orange, appliqués à la main. Dans ce thème, on trouve une large gamme de produits : marcel, boxer avec porte-jarretelles détachable, soutien-gorge triangle avec ou sans armatures, slip avec un détail décoratif à l'arrière et string. Le thème Black Diva exalte la " femme-enfant ". La panoplie de guêpières, de soutiens-gorge, de slips et de strings est confectionnée dans une microfibre transparente, imprimée de pois multicolores, caractéristiques des années 1970. Les pièces sont bordées de microfibre bordeaux. Ici, les accessoires s'en donnent à c£ur joie. On épingle un collier Massaï détachable, un collier d'inspiration ethnique intégré dans le soutien-gorge que l'on peut porter également séparément et une jarretière-bijou assortie. Plus classique, en quelque sorte, la ligne Fever, dédiée à la Femme ardente, combine la soie (deux couleurs : dusty rose et rouille) et la dentelle (couleur fauvette), dans des juxtapositions graphiques et asymétriques. Quelques strass saupoudrent les slips et les bretelles de soutien-gorge. Nuisette, jupon, marcel, string et boxer avec porte-jarretelles détachables. La jeune marque de lingerie 6ixthy 8ight explore à fond l'idée de la mondialisation et puise ses sources d'inspiration dans des ambiances orientales ou encore exotiques, aux quatre coins du monde. Résultat ? Une collection qui ressemble à un véritable bazar où les jeunes fouillent avec joie et trouvent toujours leur bonheur. La ligne Folk, inspirée du style ornemental italien, est la plus sophistiquée et glamoureuse, et réunit plusieurs thèmes. Le thème So Baroque imite les imprimés d'un ancien papier peint aux motifs d'arabesques et d'armoiries et est retravaillé avec du crochet et des incrustations de perles. Le thème So Ornemental décore la matière noire de touches d'argent, de passementeries galonnées et de laçages glamour. Les anciennes tapisseries vénitiennes inspirent le thème So Rococo. On y a ajouté des applications de petites fleurs, de bandes de satin et de velours marron chocolat. La ligne Ethnic marie, juxtapose et brasse l'ancien et le moderne, l'Orient et l'Occident. Dans le thème So Bazaar, des sequins gros comme des pièces de monnaie illuminent le fond noir. Les broderies s'inspirent des costumes traditionnels du nord de la Thaïlande. Chez Huit, le modèle Actuelissime se fait festif et adopte des bretelles bijoux amovibles aux écailles métalliques plates et souples. En prime, un monogramme " H " en strass s'affiche entre les seins. On le retrouve également sur le microstring ou le slip brésilien en microfibre noir ou rubis. Le modèle Shéhérazade s'illumine d'une pluie de paillettes et pousse le raffinement jusqu'au bout avec des bretelles strassées. Pour le total look, on y associe un mini porte-jarretelles ou un caraco, en noir absolu ou en rouge cerise. Simone Pérèle glisse dans un écrin cadeau, un string noir en dentelle vaporeuse. Le modèle Barrette s'agrémente d'un fermoir doré ornementé de strass sur le devant. Le modèle C£ur affiche un c£ur en strass étoilé, blotti au creux des reins. Barbara Witkowska