Comment est né TradeWinds ? Quel est votre parcours ?

Je viens du marketing. Après mes études à Anvers, je me suis lancé dans le commerce du prêt-à-porter et j'ai pu constater que les meilleurs n'étaient pas nécessairement ceux qui fabriquaient les vêtements de meilleure qualité, mais ceux dont le marketing était le plus efficace. J'ai assisté à l'ascension de businessmans comme Ralph Lauren, ces gens-là avaient tout pigé. Le marketing du prêt-à-porter haut de gamme m'a donc beaucou...

Je viens du marketing. Après mes études à Anvers, je me suis lancé dans le commerce du prêt-à-porter et j'ai pu constater que les meilleurs n'étaient pas nécessairement ceux qui fabriquaient les vêtements de meilleure qualité, mais ceux dont le marketing était le plus efficace. J'ai assisté à l'ascension de businessmans comme Ralph Lauren, ces gens-là avaient tout pigé. Le marketing du prêt-à-porter haut de gamme m'a donc beaucoup inspiré, je me suis dit : " Si une demande existe pour des pompes à 800 euros, que l'on jette après deux ans, alors il doit en exister pour des dérouleurs de tuyau à 500 euros, mais que l'on gardera vingt-cinq ans. " Et j'ai appris à reconnaître un produit de qualité. Parce que j'ai une frousse bête de la concurrence ! Je n'avais aucune envie de me frotter aux fabricants de meubles, sachant que ma volonté était de garder une taille modeste. Au départ, je travaillais même avec un atelier protégé, mais les réalisations sont devenues trop complexes et la gamme trop large, donc j'ai dû créer mon propre atelier. Je me concentre sur la qualité du produit et non sur le volume de production. L'industriel investit dans un outil de fabrication, l'artisan investit dans ses mains - c'est mon cas. Quand un article présente une valeur ajoutée, si vous l'examinez et qu'il a une patine, un charme, un truc particulier, c'est souvent parce qu'il est fait à la main. De plus en plus de gens redécouvrent l'importance du savoir-faire, de la durabilité et, à leurs yeux, le prix a moins d'importance que la qualité. C'est une tendance qui est en train de revenir et qui va redevenir mainstream. A peu près 85 % de mes commandes viennent de l'exportation. J'ai des clients dans le monde entier parce que je suis présent sur les grands salons internationaux, comme Maison & Objet, à Paris. Ça me donne une crédibilité que je n'ai pas quand on me rencontre en Belgique ; les gens trouvent ça bizarre, un inconnu qui travaille dans un petit village près de Gand. www.trade-winds.be Dès ce 27 mai, en exclusivité pour nos lecteurs, nous vous donnons l'opportunité d'acheter la lampe Moon Soon à un prix préférentiel (lire par ailleurs).M.N.