Paris, au bord de la Seine, face à la tour Eiffel... Niché au sommet d'un immeuble cossu, l'appartement de Clémence et Didier Krzentowski est l'écrin d'une double passion : les collections et l'art contemporain. Des meubles des plus grands créateurs des années 1950 et 1960 côtoient des opus des artistes les plus en vogue de la fin du xxe siècle. Des £uvres d'art, il y en a partout : au mur, sur le sol, au plafond même... comme, dans la chambre, cet " Arrangement ", une installation d'Ange Leccia constituée de mappemondes lumineuses.
...

Paris, au bord de la Seine, face à la tour Eiffel... Niché au sommet d'un immeuble cossu, l'appartement de Clémence et Didier Krzentowski est l'écrin d'une double passion : les collections et l'art contemporain. Des meubles des plus grands créateurs des années 1950 et 1960 côtoient des opus des artistes les plus en vogue de la fin du xxe siècle. Des £uvres d'art, il y en a partout : au mur, sur le sol, au plafond même... comme, dans la chambre, cet " Arrangement ", une installation d'Ange Leccia constituée de mappemondes lumineuses. Appartement musée ? Pas le moins du monde. C'est une résidence pleine de vie. Les collections qu'elle abrite sont mouvantes : des pièces nouvelles arrivent, d'autres, vendues ou prêtées pour une exposition, s'en vont. Et ce joyeux remue-ménage est aussi réjouissant pour les sens qu'il est stimulant pour l'esprit. Didier Krzentowski s'est intéressé très tôt à l'art contemporain. Aptitude à saisir son époque ? Rejet du passé ? Hasard qui lui a fait découvrir, par des amis de classe, les £uvres majeures des artistes de notre temps ? Peu importe. La première pièce significative de sa collection ? Un dessin d'Andy Warhol représentant Superman. En 1992, avec Clémence, il fonde Kreo - un nom dérivé de Krzentowski qui, en espéranto, signifie création - une agence qui a pour vocation de monter des projets industriels avec des artistes renommés. Depuis 1998, Kreo est aussi une galerie qui vend du mobilier et expose les £uvres de designers contemporains. " Je suis monomaniaque, confie Didier Krzentowski. Aujourd'hui, je suis obsédé par ma collection de meubles et par ma coopération avec de jeunes designers, pour les exposer dans ma galerie, pour les éditer en séries très limitées, pour les aider à produire en grande série et les mettre en relation avec des industriels, pour faire des livres sur eux. " Qui sont donc ces artistes ? Tous ceux dont les £uvres hantent le bel appartement parisien. Des designers des années 1950 et 1960 : Charlotte Périand, Jean Prouvé, Pierre Paulin, Alain Richard, Verner Panton... Des créateurs de luminaires de ces mêmes fifties et sixties : Achille Castiglioni, Gino Sarfatti, Vittoriano Vigano... Des designers contemporains Erwan et Ronan Bouroullec, Ettore Sottsass, Hella Jongerius... Des créateurs de meubles : Marc Newson, Martin Szekely, Ron Arad, Philippe Starck... Des plasticiens aussi : Fabrice Hybert, Daniel Buren, Matthieu Mercier, Maurizio Cattelan... Des photographes encore : Nan Goldin, Cindy Sherman, Thomas Ruff, Claude Lévêque... Mais, attention ! " Je ne collectionne pas des photographies, martèle Didier Krzentowski. Je collectionne des artistes contemporains qui utilisent la photographie. " Clémence et Didier Krzentowski ont soigneusement veillé à ce que, chez eux, les différentes £uvres dialoguent sans complexe et en toute décontraction. Lumineuse et multicolore, leur maison est, à l'aube du xxie siècle, une illustration parfaite qu'il est possible de faire entrer l'art dans la vie quotidienne. Reportage : Luxproductions. com