"Par comparaison avec les constructions anciennes, celle-ci paraît très moderne. Mais elle est également assez compacte, à l'image des bâtiments existants. D'une certaine façon, on peut dire que c'est une interprétation nouvelle de la maison traditionnelle ", explique l'architecte Annette Billund pour décrire cette vaste demeure de 500 m2, cernée de terrasses et inondée de lumière, au bord de la mer Baltique, à Strib, au Danemark. La localité est un petit port de pêche, sur la côte occidentale de la Fionie (Fyn), une des plus grandes îles du royaume, séparée du Jutland par le détroit du Petit Belt, qu'enjambe notamment un spectaculaire pont à haubans. Alentour, la nature, très belle, domine.
...

"Par comparaison avec les constructions anciennes, celle-ci paraît très moderne. Mais elle est également assez compacte, à l'image des bâtiments existants. D'une certaine façon, on peut dire que c'est une interprétation nouvelle de la maison traditionnelle ", explique l'architecte Annette Billund pour décrire cette vaste demeure de 500 m2, cernée de terrasses et inondée de lumière, au bord de la mer Baltique, à Strib, au Danemark. La localité est un petit port de pêche, sur la côte occidentale de la Fionie (Fyn), une des plus grandes îles du royaume, séparée du Jutland par le détroit du Petit Belt, qu'enjambe notamment un spectaculaire pont à haubans. Alentour, la nature, très belle, domine. Les propriétaires - lui Danois, elle Britannique - vivent et travaillent à Londres. Cette bâtisse est leur résidence secondaire. Ils l'ont édifiée là où, petits, ils passaient leurs vacances, jouaient sur le sable, naviguaient... En somme, à l'endroit de leurs meilleurs souvenirs. Pour eux et leurs quatre enfants de 11 à 18 ans, ils voulaient un repaire utilisable en toutes saisons. Qui leur permette aussi bien, l'été, de s'adonner aux joies de la mer que, l'hiver, d'être douillettement protégés du mauvais temps. Ils désiraient un havre de paix loin des grandes villes, où oublier le rythme trépidant de leur existence professionnelle. Où se retrouver à six, mais qui soit assez grand pour accueillir parents et amis. Ils avaient envie, au choix, de pouvoir s'y reposer ou y faire la fête. Le résultat est à la mesure du cahier de charges et des espérances : une vaste habitation très confortable, où la vie est simple, agréable et qui permet d'organiser de grands événements familiaux, chaleureuses réunions de plusieurs générations. Le défi de ce projet était avant tout de s'insérer dans le tissu des vieilles propriétés de pêcheurs du voisinage, modestes et relativement basses, tout en jouissant de la fantastique vue tant sur l'eau que sur le continent et le joli petit phare dressé au bout de la plage. La solution imaginée fut simple : surélever le bâtiment. Ainsi, la bâtisse est non seulement posée sur des pilotis - ce qui la rehausse par rapport au sol -, mais l'architecte a aussi eu l'idée de situer les pièces de vie à l'étage supérieur pour profiter des meilleurs points de vue, et de disposer chambres et parties privées au niveau inférieur. D'immenses baies vitrées et de grandes terrasses permettent de ne rien perdre du spectacle du paysage depuis le séjour. Ce dernier occupe le centre du volume, à l'image de la passerelle de commandement d'un bateau. Face à la mer, le pont du Petit Belt d'un côté, le phare de Strib de l'autre, cette pièce, ouverte sur l'extérieur de toutes parts, est incroyablement lumineuse. L'espace de près de 100 m2 réunit un salon, une salle à manger et une grande cuisine, prolongés l'été par de vastes terrasses aux rambardes transparentes, pour ne rien perdre de la lumière et de la vue. En dessous, on trouve un immense sous-sol, où ont pris place cave à vin, salle de cinéma et de gymnastique, sauna... Au niveau des chambres, une partie est dédiée aux parents, le reste offrant aux enfants, et amis de passage, des installations individualisées pour chacun. Pour ce grand logement, Annette Billund est parvenue à doser et marier subtilement les matériaux de construction pour créer un ensemble très moderne qui se patine avec le temps et s'accorde avec l'environnement : sur la façade, on trouve à la fois du métal rouillé, de la brique, du verre, des panneaux en teck, de l'aluminium, etc. L'artiste Jan Bjarnhoff, " conseiller en lumière ", a également apporté sa patte à l'édifice. Le jeune homme ne s'est pas limité à accompagner les propriétaires dans leurs choix d'éclairages - au demeurant très réussis, doux, chaleureux, l'homme étant un véritable sculpteur de lumière -, mais il a aussi orienté les habitants quant aux matières qui mettraient leur intérieur en valeur. C'est en particulier lui qui a suggéré les somptueux planchers Dinesen, en chêne à larges lames taillées dans des arbres vieux d'au moins 180 ans... Seuls des matériaux haut de gamme ont d'ailleurs été utilisés sur ce chantier. La cheminée, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, et certains murs - en particulier dans les salles d'eau ou la salle de gymnastique -, sont en briques fournies par la firme danoise Petersen Tegl. Il s'agit du modèle Kolumba, une brique brune faite à la main, cuite au charbon, qui se distingue par son format, particulièrement long. La cuisine vient de chez Bulthaup, les mosaïques des salles d'eau de chez Bisazza, les portes de chez Rimadesio, etc. C'est à la tombée de la nuit que le soin particulier apporté aux éclairages est le plus appréciable. Outre leur fonction première, les luminaires, provenant pour la plupart de la firme italienne Viabizzuno, réchauffent et construisent également l'espace. Cela est vrai à l'intérieur, mais également à l'extérieur, la terrasse pouvant devenir un très raffiné salon en plein air pendant les soirées. Pour cette demeure, les maîtres des lieux ont fait le choix d'un mobilier moderne et confortable, pas trop fragile, compte tenu du nombre d'enfants, de la proximité de la plage, de l'humidité de l'air. Préférence a été accordée à des productions contemporaines, notamment éditées par Living Divani - c'est le cas du gigantesque sofa composé de pas moins de treize pièces ! -, Thors Design ou Emmemobili. Ces objets élégants sont rehaussés par la présence de quelques éléments scandinaves du siècle dernier : des fauteuils de Hans Wegner et d'Arne Jacobsen, véritables icônes du design et de la modernité. Finalement, cela donne une maison lumineuse, chaleureuse et élégante, qui possède une vertu supérieure : il y fait bon vivre. PAR LUXPRODUCTIONSUn havre de paix où oublier le rythme trépidant de leur existence professionnelle. D'immenses baies vitrées et de grandes terrasses permettent de ne rien perdre du spectacle du paysage.