Allemagne

Le Palatinat (Pfalz) est l'une des quatre grandes régions viticoles de l'Allemagne, la plus ensoleillée et aussi la plus sèche. Le climat permet ainsi aux raisins d'arriver à maturité. Les vignes occupent quelque 24 000 ha sur 80 kilomètres de la Hesse à l'Alsace, entre le Rhin et le Haardt. Le riesling y coule des millésimes heureux. Celui-ci est superbe et a ravi notre jury ( NDLR : nos sélections sont faites à l'aveugle). Riche et élégant, élancé sous un profil minéral, gras sans obésité, délicieusement fruité, long et d'une ravissante persistance, il fait honneur à la maison Dr Bürklin-Wolf et aspire à des apprêts racés à base de crustacé, poisson, ris de veau, volaille. La mention " trocken " signale qu'il conserve, au maximun, 9 g de sucre non fermenté par litre de vin.
...

Le Palatinat (Pfalz) est l'une des quatre grandes régions viticoles de l'Allemagne, la plus ensoleillée et aussi la plus sèche. Le climat permet ainsi aux raisins d'arriver à maturité. Les vignes occupent quelque 24 000 ha sur 80 kilomètres de la Hesse à l'Alsace, entre le Rhin et le Haardt. Le riesling y coule des millésimes heureux. Celui-ci est superbe et a ravi notre jury ( NDLR : nos sélections sont faites à l'aveugle). Riche et élégant, élancé sous un profil minéral, gras sans obésité, délicieusement fruité, long et d'une ravissante persistance, il fait honneur à la maison Dr Bürklin-Wolf et aspire à des apprêts racés à base de crustacé, poisson, ris de veau, volaille. La mention " trocken " signale qu'il conserve, au maximun, 9 g de sucre non fermenté par litre de vin. 1 Riesling Trocken 2002, Wachenheimer Gerümpel (Palatinat), Weingut Dr. Bürklin-Wolf. 15,50 euros. Pirard, tél : 067 77 31 01. Ingénieur civil passionné par la vigne, Pierre Rion plante, au printemps 1991, cent plants alsaciens à Thorembais-les-Béguines. Un succès. Avec deux amis, Etienne Rigo (agriculteur) et François Vercheval (vinificateur de fruits), il multiplie les plantations : 1 800 pieds en 1994, 3 400 en 1995... Le cépage müller-thurgau, croisement de riesling et de sylvaner, aromatique, léger en alcool et adapté aux régions froides, épouse ici l'auxerrois, un raisin facile à vivre. Alerte sans verdeur, le 2004 s'ouvre sur des effluves de fleurs et de fruits blancs. Qu'il prolonge dans une bouche fraîche (citron), légère et sans banalité pour accompagner l'apéritif et les mets simples. 2 Vin de table brabançon 2004, Domaine de Mellemont, Müller Thurgau & Pinot auxerrois, E. Rigo, P. Rion, F.Vercheval. 10,89 euros. Mouchart, tél. : 02 648 51 34. Privatisation réussie, règlements inspirés du modèle français, technologie adéquate, une bonne qualité et des prix avenants, les vins bulgares gagnent sur les linéaires des grandes surfaces. Créé en 1991, lorsque les monopoles étatiques de production et de distribution sont démantelés en Bulgarie, Boyard développe rapidement une gamme de vins convaincants. Parce qu'il a séjourné deux ans dans le chêne, ce cabernet-sauvignon a le droit d'inscrire " réserve " sur l'étiquette. Fruits noirs, tabac, fumé survolent un vin rubis oblitéré par la cerise noire, le bois et le cachou. Souple sur des tanins lisses, il est paré pour, à 15-16 °C, répondre au quotidien. 3 Cabernet-sauvignon Réserve 2002, Domaine Boyar, Boyar Estates. 3,79 euros. Colruyt. La mention vino de la tierra de castilla correspond au vin de pays en usage dans l'Hexagone. La cuvée 2003 assemble des cépages locaux comme le tempranillo (34 %) et des plants internationaux : merlot (33 %), cabernet-sauvignon (31 %) et un peu de syrah. Ils subissent une longue macération dans des cuves inox de 200 hl à température contrôlée et patientent huit mois dans des fûts de chêne neuf français (pour 80 %) et américains. Des arômes toastés, de bois brûlé et de fruits mûrs planent au-dessus d'une matière dense et riche. L'équilibre entre la fraîcheur, le fruit et les tanins signe un beau confort de bouche. A boire ou à garder, pour volaille et gibier. 4 Vino de la tierra de Castilla, Martúe 2003. 9,70 euros. Pirard, tél. : 067 77 31 01. Soleil généreux, température caniculaire, climat continental à peine rafraîchi par l'Atlantique ont facilité une production de vins athlétiques aptes à défier le temps. Ils auraient ainsi accompagné Christophe Colomb... Le Tinta de Toro, la variété locale du tempranillo, reste le fer de lance d'une vinification plus adaptée à nos goûts. Vendange saine, six mois de barrique en chêne américain, le 2003 témoigne d'un élevage bien dosé : fruit, réglisse, café grillé, moka et bois. Plénitude et équilibre sur des tanins affirmés pour escorter une bonne viande. 5 Toro, Valviadero 2003, roble oak aged, Denominación de origen. 8,89 euros. Mouchart, tél. : 02 648 51 34. Nichée dans la belle province d'Alicante, la maison Telmo Rodriguez produit des vins de plaisir. Elle propose ainsi un vin rouge jeune (tinto joven), non boisé, issu de vieilles vignes de monastrell, plantées en terrasses. Sous un joli rubis, il évoque les fruits, un côté sauvage, un chouia de résine dans une matière fraîche et reposante sur des tanins mesurés. Simple sans être simpliste pour, à 14-15 °C, réjouir une cuisine estivale. 6 Alicante, Al Muvedre 2004, Tinto Joven, Telmo Rodriguez, D.O. 5,25 euros. De Coninck, tél. : 02 353 07 65. Dans le nord de l'Espagne, les vignobles côtiers de Malaga ont connu la célébrité avec des vins de dessert abondamment célébrés par la littérature britannique. Avec des résultats divers et souvent d'une affligeante banalité. Telmo Rodriguez appartient à la caste de ces £nologues passionnés, heureux de rejouer le terroir fût-ce dans des appellations tombées dans l'oubli. Sa cuvée MR, 100 % moscatel (muscat d'Alexandrie) " muscate " à souhait et développe une netteté de bouche équilibrée et sans lourdeur. Servi frais, ce vin de liqueur flatte foie gras, tarte aux fruits (citron, abricot), sachertorte. 7 MR Mountain Wine 2004, Malaga (50 cl), Telmo Rodriguez, D.O. 12,45 euros. De Coninck, tél. : 02 353 07 65. Premier vin, premier succès, le Megas Oenos fait mouche en 1988. Son auteur, George Skouras, a étudié à Dijon et a suivi des stages en France et en Italie avant de créer son exploitation. Dix ans plus tard, il s'agrandit d'un vignoble à Néméa, une appellation contrôlée, et s'impose parmi les ambassadeurs de vins grecs de qualité. Le Megas Oenos assemble 70 % d'agiorgitiko (ou saint-georges) de soixante ans et 30 % de cabernet-sauvignon. Vingt mois dans des barriques neuves de chêne français confèrent de la complexité à ce vin de pays du Péloponnèse né pour la table et la dégustation. 8 Megas înos 2002, cabernet-sauvignon, saint-george, vin de pays du Péloponnèse, non filtré, Skouras. 18,39 euros. La Canette, tél. : 02 223 18 45. Le mourvèdre, raisin noir qui participe à l'aventure du bandol provençal et que l'on trouve en Espagne serait d'origine grecque. Ce qui lui vaut d'apporter sa charpente à l'avgoustiayis, un cépage du cru connu pour sa maturité précoce, au mois d'août, d'où son nom. Ils donnent cet étonnant vin de pays des Ilias. Coloré, marqué par un an passé en fûts de chêne, aromatique (fruit, bois, fumé, touche de grillé), riche et toasté sur des tanins serrés, il est bâti pour durer et triompher à table. Produit en quantité limitée, il porte la griffe de la famille Mercouri dont le domaine, situé dans le nord-ouest du Péloponnèse, bénéficie de l'air apporté par la mer Ionienne. 9 Antares 2003, avgoustiayis et mourvèdre, vin de pays des Ilias, Mercouri. 14,04 euros. La Canette, tél. : 02 223 18 45. Les termes " Dunavár " (château du Danube) et " Connoisseur " figurant sur l'étiquette sont des marques déposées appartenant à la Danubiana Bokereskeda, filiale d'une compagnie allemande. Dans la famille des muscats, l'ottonel s'impose par son rendement et sa bonne tenue dans les climats frais d'Alsace ou de Hongrie où il est appelé " muskotály ". Récolté dans le nord du pays, à 80 km de Budapest et aux pieds des Monts Mátra, ce 2004 joue la fraîcheur et la légèreté. De la robe au bouquet muscaté, avec un soupçon végétal, à la bouche aux discrètes notes de fleur d'oranger, fruits blancs et bonbon acidulé. Pour l'apéritif, salade de volaille... 10 Muscat Ottonel 2004, Dunavár Mátra. 3 euros. Carrefour. Morellino est le nom local du sangiovese, un cépage dont les clones abondent en Italie centrale, son berceau. Coloré et profond, les fruits rouges expressifs (cerise, touche de framboise, groseille acidulée), ce 2004 s'installe confortablement dans un registre à la mode, assez vif et soucieux de fraîcheur. C'est tout juste si une petite note de sécheresse perce en finale. A savourer dès maintenant, sur le fruit, vers 14-15 °C, en écho à des saveurs méditerranéennes. 11 Morellino di Scansano DOC 2004, Titolato Strozzi. 7,79 euros. Delhaize-le-Lion. Principal cépage du Piémont, le barbera d'Alba n'engendre pas que la félicité. Ce n'est pas le cas ici. Non seulement il prospère dans un terroir qui lui est favorable, dans les environs d'Alba, mais il bénéficie aussi du sérieux de la famille Renato Ratti dont l'abbaye du xve siècle veille sur la vallée du Barolo. Un beau grenat colore ce 2004 fréquenté par les fruits noirs à maturité. Ceux-ci reviennent sur les papilles dans une matière généreuse marquée par l'eau-de-vie et disciplinée par des tanins bien intégrés. A savourer, dans les six ans, à 14-15 °C, en compagnie de risotto aux champignons, entrecôte grillée, osso-buco... 12 Barbera d'Alba Torriglione 2004, Renato Ratti. 13,40 euros. Pirard, tél. : 067 77 31 01 Longtemps sous le joug de l'URSS dont elle épongeait les grandes soifs, la Moldavie ne devint indépendante qu'en 1991. L'année suivante, elle devient la Moldavia. Depuis le phylloxéra, les plants européens voisinent avec les cépages indigènes. A une quarantaine de kilomètres de la mer Noire, les vignes de Corten bénéficient d'excellentes conditions. Un léger fruité (citron) rafraîchit le bouquet du pinot gris 2004 et apporte une vivacité d'agrumes dans une matière peu expressive et qui se conclut sur une touche de douceur. Pour agrémenter l'apéritif, des entrées à la vapeur (dim sun), truite aux amandes... 13 Pinot Gris 2004 Corten®, Cahul Region, Lunga Valley. 4,30 euros. Colruyt. Réputée pour ses portos, la vallée du Douro l'est moins pour ses vins non mutés. Et pourtant, ils existent et leur qualité s'améliore depuis l'entrée du pays dans l'Union européenne. Le climat, lui, a perdu de sa rigueur pour devenir plus doux et humide, avec la construction de barrages sur le fleuve. Quant au " reserva " de Ramos Pinto, par ailleurs producteur d'excellents portos, il déploie avec générosité des tanins solides. 14 Douro, Duas Quintas Reserva 1999, Ramos Pinto, Full Bodied Barel Matured. 24,95 euros. De Coninck, tél. : 02 353 07 65. Sans doute parce qu'essentiellement tournée vers la production de vins sucrés et quelconques pour le marché de l'ancienne URSS, la Roumanie prit du retard pour se reconvertir et conquérir les consommateurs européens. Les vins blancs retiennent l'attention et la Dealul Mare (la " Grande Colline "), important vignoble au nord-est de Bucarest, est réputée pour ses rouges. Notamment ceux issus du cépage feteasca neagra à la saveur herbacée et à la garde d'une dizaine d'années. La note végétale est dans ce " special reserve 2001 ", escortée d'un soupçon de liqueur de fruits. Celle-ci revient avec une touche boisée sur des tanins un peu durs. Idéal avec le gibier (civet). 15 Feteasca Neagra special reserve 2001, Dealu Mare Region. 7,26 euros. Mouchart, tél. : 02 648 51 34. Serge Tonneau