Elle vous regarde, les yeux mi-clos. Et quoi que vous fassiez, les lois de la perspective aidant, elle continue à vous suivre du regard, Marilyn Monroe, imperturbable dans sa robe en lamé profondément décolletée sur cette photo non retouchée plus grande que nature. Bienvenue chez Serge Cajfinger, les courbes comme dénominateur commun. Ce portrait de la Norma Jean platine par Gene Kornman orne le couloir de son appartement avec carrelage noir et blanc daté XVIe siècle. Ce doit être la seule chose d'origine ici, mis à part les proportions admirables et la vue sur la Seine. Le créateur de Paule Ka traverse le salon à grandes enjambées et, comme un enfant trop heureux de partager la beauté, ouvre les fenêtres, regarde le Louvre, en face, de l'autre côté du fleuve, il se penche, dit que deux maisons plus loin vit Karl Lagerfeld et de l'autre côté, Jacques Chirac, ça l'amuse, il était là avant eux, dans cet appartement gauche, troisième étage, à droite en entrant dans la cour. Il voulait voir la tour Eiffel, condition sine qua non, selon lui, quand on habite Paris, surtout lorsqu'on a eu une enfance brésilienne et une adolescence lilloise. Or, on ne la devine même pas, la dame de fer, mais on gagne au change : la frondaison des arbres, les flots verts, le quai Voltaire où se promenèrent Hubert de Givenchy et Audrey Hepburn, sa muse absolue. Quand il a visité les lieux, Serge Cajfinger s'est " imaginé tout de suite dedans " - pour autant que le propriétaire lui laisse le loisir de tout casser, les moulures, les portes, les boiseries, antiques certes mais pas très heureuses, " l'ancien est parfois moche ". Neuf mois de travaux, démolition, reconstruction et voilà le résultat. Quoiqu'il y eut d'abord une période minimaliste, " zen et sobre ", mais à force de retourner au Brésil, dans son appartement " très coloré ", il trouva par comparaison celui-ci " tellement triste " qu'il changea tout voici quelques années.
...