"J'adore Marrakech. La chaleur des gens, leur hospitalité, la nourriture incroyable, les odeurs et les épices... On y ressent un brassage d'influences orientales et africaines que l'on ne retrouve pas ailleurs. Dès qu'on sort de la ville, ce sont des vergers, et des champs de menthe et d'oliviers à perte de vue, puis la vallée de l'Ourika, ses chutes d'eau, ses sommets enneigés, un paysage vraiment magnifique. "
...

"J'adore Marrakech. La chaleur des gens, leur hospitalité, la nourriture incroyable, les odeurs et les épices... On y ressent un brassage d'influences orientales et africaines que l'on ne retrouve pas ailleurs. Dès qu'on sort de la ville, ce sont des vergers, et des champs de menthe et d'oliviers à perte de vue, puis la vallée de l'Ourika, ses chutes d'eau, ses sommets enneigés, un paysage vraiment magnifique. " En quelques mots, Charles Kaisin a planté le décor de sa dernière réalisation, qui figure parmi les plus somptueuses de sa faste carrière. Designer atypique, passé par le Royal College of Art de Londres, puis par les ateliers de références telles que Ron Arad ou Jean Nouvel, il est reconnu dans le monde entier pour sa capacité à sublimer les matériaux recyclés. Tout au long de son parcours sinueux, entre architecture, art et design, ses formes et concepts ont fait le bonheur de maisons belges (Delvaux, Val Saint Lambert, Pierre Marcolini ou Royal Boch) ou étrangères - il annonce d'ailleurs des nouvelles collaborations avec Hermès pour le début de 2016. Et l'on s'en voudrait de passer sous silence ses fameux dîners surréalistes, car Charles est un hôte de choix, et son plaisir de recevoir n'est sans doute pas étranger à son implication dans l'aventure Almaha. " Au départ, un ami m'avait simplement demandé un conseil, un avis, se rappelle-t-il. Et petit à petit, je me suis investi dans le projet : un riad, dans la Médina, à même pas dix minutes du centre, juste à côté des tombeaux des Sadiens dans la kasbah. " Quatre ans et un chantier de près de 4 000 m² plus tard, l'hôtel compte quatorze suites, chacune donnant sur une vaste cour intérieure, une sorte de grand patio transformable en plan d'eau. " On a pris notre temps. Le maître des lieux voulait absolument conserver le style marrakchi, en ajoutant ma touche résolument contemporaine. Cela a été un véritable exercice d'équilibriste, périlleux mais passionnant. " Le trait d'union entre ces deux univers plutôt éloignés sera un poème de Baudelaire, L'invitation au voyage, et son célèbre mantra " luxe, calme et volupté ". " L'endroit se veut simple, presque minimal, mais avec plein de détails à observer, précise Charles Kaisin. On ne s'y sent pas à l'hôtel mais dans une maison familiale hors du temps, comme en visite chez un parent un peu éloigné. On a voulu privilégier l'authenticité, bien que l'établissement rencontre évidemment tous les standards de confort, terrasses, piscine, grand spa et service aux petits soins. " Au rez-de-chaussée, Charles Kaisin a réinterprété l'une de ses plus fameuses créations, la table Arbre, pour laquelle il a récupéré de vieux abricotiers en guise de tuteurs à de nouvelles plantes. La propriété se veut d'ailleurs très verte, avec son toit-terrasse planté de plus de mille bougainvilliers et ses alcôves extérieures protégées par la végétation. Sous le plafond voûté du salon typique, avec grandes tables et banquettes " à la marocaine ", Charles a revisité une autre de ses spécialités, le pixel art, en élaborant une fresque monumentale, " où sont disposés 27 000 pixels d'une quarantaine de couleurs, sous forme de coussins, posés sur la pointe, qui représentent à ma manière la place Djema'a el-Fna ". Clin d'oeil ludique aux grands enfants, l'hôtel cache en ses murs " au moins trois lieux secrets " et abrite une étonnante bibliothèque sur deux niveaux où " en guise de touche finale, on a matérialisé L'invitation au voyage, caractère par caractère, en pliant plus de mille livres de poche signés Proust, Mauriac, De Beauvoir ou Maupassant. C'était assez fou comme idée, mais la boucle était bouclée. " Almaha Marrakech, 55, Derb Ben Zina, La Kasbah, à 40040 Marrakech, Maroc. www.almahamarrakech.com PAR MATHIEU NGUYEN