Carnet d'adresses en page 97.
...

Carnet d'adresses en page 97. C ôté talons, il y en aura, cet été, pour tous les goûts : ta- lons très hauts (9 à 12 cm), petits talons de formes diverses et de taille intermédiaire (5 cm) ou talons compensés aux lignes fantaisistes et graphiques, ouverts ou pleins, perchés sur des hauteurs variant de 9 à 10 cm. La recherche de la féminité passe aussi par de nombreux jeux de brides, de boucles, de petits ornements, bijoux et strass et, enfin, par une explosion de couleurs et d'imprimés féeriques. Les " grandes " maisons exposent avec fierté leurs logos et leurs codes emblématiques. Chez Dior, John Galliano travaille le thème du glamour sur tous les tons. Très sexy, la sandale compensée " Dior Surf " est juchée sur un talon de 10 cm. Elle est en toile imprimée " Surf Chick ", bleu et blanc. Une bride rayée, ornée d'une petite boucle habille le cou-de- pied. La célèbre toile logo Dior bleu envahit les mules (socle de 10 cm) et les tongs (talon de 6 cm), ces dernières étant toujours d'actualité. Dans le même thème, on trouve une mule plate-forme d'esprit 1950, décorée d'une fleur en vinyle transparent imprimé de toile logo Dior rose et vernis blanc, perchée sur un talon de 12 cm. Dans le chapitre plus festif, on remarque la sandale " Flamenco " et la sandale " Fox Trot ". La première, vaporeuse et aérienne, est conçue dans l'esprit de la haute couture, avec de la dentelle et de la mousseline rose. La seconde est un petit " bijou " très raffiné, travaillé avec des perles et des rubans de satin noir. Les deux modèles se hissent sur des talons de 10 cm. Chez Chanel, les talons sont hauts et féminins, mais ne donnent pas le vertige. Le plus original ? Celui qui accompagne l'escarpin emblématique de la maison, beige et noir. Il a de nouvelles proportions, généreuses et massives et adopte également le look bicolore, noir et beige. Dans un autre modèle, des rubans de cuir façon python mordoré s'enroulent autour du pied comme des lianes. Le talon noir, en forme de cône, est comme sculpté avec de multiples anneaux qui le font ressembler à un tourbillon. Tout nouveau, le thème " Potager gourmand " est plein de fraîcheur. Des sandales arachnéennes, juchées sur des talons effilés en métal, dénudent les pieds quasi entièrement. Des pommes vertes, des poires jaunes ou des coccinelles décorent les orteils. Les longues lanières qui serpentent autour des chevilles se terminent aux extrémités par des feuilles vertes. Le soir, on sort avec Mademoiselle Chanel. On chausse des sandales très chics de couleur bronze, équipées d'un talon haut et tout confort. Sur le cou-de- pied s'épanouit un volumineux n£ud en satin blanc. Au centre, une mini-silhouette de Coco Chanel est assise sur une grosse perle blanche. Ce soulier original porte le joli nom de " Coco on the Moon ". Dans sa collection de prêt-à-porter pour Louis Vuitton, Marc Jacobs a admirablement capté et interprété " l'essence " de glamour et de rêve, omniprésente dans les grandes superproductions hollywoodiennes des années 1950. Il l'a également transposée dans tous les accessoires, dont les chaussures haut perchées, soit sur un talon aiguille soit sur une semelle compensée. La toile Monogram Mini habille une espadrille compensée, pour une démarche confortable et énergique. Pour frimer, on adopte la mule, taillée dans une seule pièce de bois. La semelle intérieure est décorée d'une plaque métallique dorée affichant le logo de la maison et parsemée de roses. Sur le cou-de-pied, l'imprimé Monogram Multicolore forme un joli n£ud. La sandale en serpent d'eau, la plus minimaliste, mais aussi la plus sexy, s'orne d'un " LV " strassé et se décline en noir ou en argent. L'argent est aussi en vedette chez Hermès, dans cette sandale en veau nappa. Le talon, haut et massif, s'inspire des années 1940. Au-dessus, des rubans généreux de cuir forment des drapés sophistiqués. A l'opposé, on trouve une ambiance plus subtile dans cette sandale à talon aiguille, décorée de fines brides, entrecroisées dans une géométrie savante. Tod's, incontournable spécialiste du mocassin chic décontracté, nous offre un bel exercice de style avec la célèbre chaussure " bateau ". Celle-ci se hisse sur un talon haut et se transforme en mule. Entre l'élégance, la féminité et l'esprit sport, le compromis est parfait. Les coloris, rouge, or ou bicolore blanc et noir, nous accompagnent idéalement en ville et en vacances, le jour et la nuit. Formes innovantes, lignes futuristes et couleurs explosives... Les chaussures de la collection Robert Clergerie flirtent, comme toujours, avec le design pur et dur. Les modèles les plus pointus s'appellent " Cargo " et " Celis ". Ce sont des socles en bois léger, aux silhouettes évoquant des bateaux et revêtus de cuir végétal naturel, brut et coupé à vif. " Exil " et " Exquit ", eux, sont réalisés avec des socles de bois évidés, pour former un talon conique et dodu. Fortes et vibrantes, les harmonies de couleurs associent le rose et le rouge, le blanc et le citron ou le blanc et le turquoise. Très innovants, les blocs en résine rouge ou verte translucide forment, d'une seule pièce, une semelle épaisse, équipée d'un talon haut et massif. En version mule ou en version sandale, elles conjuguent modernité et audace. Les sandales à talon compensé sont fines et féminines. Elles se ferment par une simple bride ou par un long lien attaché autour de la cheville. On les choisit en noir ou en version électrique et bicolore rouge et fuchsia. Le même duo envahit le modèle " Dicci ", une sandale glamour ornée d'une fleur stylisée sur le devant et de fines brides entourant la cheville. Enfin, le fabricant italien Nannini colore la semelle compensée de ses sandales en rouge vif et bleu profond. La toile imprimée évoque le graphisme des années 1960. De simples brides blanches viennent habiller le cou-de- pied et la cheville. Barbara Witkowska