L'outil préféré de Paul Van Rompaey dans la collection été 2007 de Helena Rubinstein ? La palette Sunrise Sunset, inspirée par les couleurs des Baléares. A l'intérieur de ce coffret nomade, bien pensé pour les vacances : deux fards à paupières, deux gloss et un blush pour assumer en toutes circonstances. Voici les petits secrets du pro pour un maquillage parfait.
...

L'outil préféré de Paul Van Rompaey dans la collection été 2007 de Helena Rubinstein ? La palette Sunrise Sunset, inspirée par les couleurs des Baléares. A l'intérieur de ce coffret nomade, bien pensé pour les vacances : deux fards à paupières, deux gloss et un blush pour assumer en toutes circonstances. Voici les petits secrets du pro pour un maquillage parfait. Les yeux. Pour mettre en valeur le regard, Sunrise Sunset propose deux nuances : le bronze et le champagne. " Contrairement aux autres maquilleurs, explique Paul, j'applique d'abord la couleur foncée près de l'£il, ensuite j'étale la couleur claire, le champagne, sur l'arcade sourcilière. Je peux mieux estomper les bords et obtenir un fondu enchaîné parfait. " La couleur foncée peut être travaillée de deux façons. Pour une approche plus moderne, Paul applique l'ombre à l'horizontale, en dessinant deux traits le long de la paupière supérieure et inférieure. L'approche plus classique est verticale : le coin externe est plus intense et plus foncé, la paupière est illuminée à l'intérieur. Les joues. Le blush crème affiche une jolie couleur pêche abricot pour donner des touches de vie, pour que le teint ne paraisse pas terne. L'application d'un blush peut poser parfois quelques soucis, donner un résultat un peu artificiel. Les conseils de Paul ? " Les femmes ont toujours tendance à dessiner, affirme-t-il. C'est bien. Mais, ensuite, il faut travailler le blush au doigt ou au pinceau. La texture sert à rehausser la peau, mais celle-ci doit toujours " revenir ". Le blush doit vraiment être bien fondu. " Les lèvres. Le gloss s'étale au doigt, en commençant par le centre. Paul conseille de pincer ensuite légèrement les lèvres, pour leur donner un point de lumière. Les deux nuances sont très transparentes et habillent les lèvres de reflets plutôt que de couleur. Le lilas ressort mieux à la lumière artificielle, tandis que le pêche a plus d'éclat à la lumière du jour. Cela dit, rien ne vous empêche de mélanger les deux nuances. La palette Wanted Eyes Duo Sand and Tan 026, elle, dessine un regard plus intense, plus contrasté et plus " smoky ". On souligne d'abord les yeux avec le marron cuivré métallisé, à l'horizontale ou à la verticale, puis on éclaire avec la poudre dorée nacrée, douce et transparente. Un make-up de star. Imitez le maquillage de Demi Moore, la nouvelle égérie de Helena Rubinstein. Chez elle, le fard marron est étalé en à-plat arrondi sur toute la paupière, puis dégradé et étiré en éventail pour un regard félin. On peut sophistiquer davantage le résultat en utilisant au bord des cils un crayon noir ou brun. Les nuances des gloss (Pacha Cherry 021 et Peach Beach 022) et des rouges à lèvres Wanted Shine (Champagne Bubble 021 et Red Rave 022) s'harmonisent parfaitement avec le maquillage du regard. La version waterproof du mascara Lash Queen a exactement la même texture que celle du mascara éponyme classique. Les cils sont bien séparés, gagnent en brillance, en volume et en mystère. La nouvelle couleur, Exquisite Blue, est un bleu très foncé et apporte de la fraîcheur au maquillage des yeux, conçu dans le camaïeu des bruns. Une mine ensoleillée. La poudre mate bronzante Color Clone So Bronzed ! est un autre point fort de la gamme estivale. Les deux nuances (dorée et caramel) sont un peu irisées et nimbent le visage d'un véritable éclat ensoleillé, comme si vous aviez passé quelques heures sur une terrasse. A l'aide d'un pinceau légèrement imbibé de poudre, effleurez les endroits qui sont " touchés " par le soleil : les pommettes, l'arête du nez, les paupières, le front, le menton et le décolleté. On travaille en nuance et en délicatesse, contrairement à une poudre de soleil qui sert à sculpter. La touche de finition sur les ongles ? Un vernis couleur sable, très naturel qui, sur une peau bronzée donne un effet rétro, un peu " hippie ". Son credo. Il y a dix ans, Helena Rubinstein Belgique repère sa " vista " (Paul sait très bien traduire le style de chaque femme dans le maquillage) et son coup de pinceau, juste et personnel. " J'adore évoluer parmi les femmes, conclut-il. Et puis je retrouve dans le maquillage mes jeux d'enfant. " Quand on demande à ce natif d'Anvers quelles sont les règles de base à respecter dans le maquillage, la réponse fuse immédiatement, claire et nette : " Ne jamais considérer le maquillage comme un masque, c'est un accessoire ! C'est un jeu. Ce n'est pas la solution. Il faut avant tout rester fidèle à soi-même et découvrir sa propre beauté. Une fois qu'on s'accepte, le maquillage devient simple et facile. Tant qu'on ne s'accepte pas, le maquillage restera un problème ." Sa règle d'or. Paul rappelle une fois de plus que les femmes ont trop tendance " à dessiner ". Comme si elles craignaient de mettre la main à la pâte, de travailler la matière longuement et patiemment, comme les artistes. Or, aujourd'hui, les textures sont excellentes. Légères, moelleuses et malléables, elles se laissent facilement malaxer, apprivoiser, se rendre invisibles et impalpables. Paul cite aussi l'exemple des femmes américaines qui passent beaucoup de temps à faire des essayages. " Le maquillage, c'est comme un vêtement, dit-il. Tant que vous ne l'avez pas essayé, vous ne savez pas s'il vous va ou non. Je répète toujours le même conseil : "Essayez, essayez, essayez... Continuez à jouer et ne cherchez pas la solution". " Barbara Witkowska