Carnet d'adresses en page 94.
...

Carnet d'adresses en page 94.La " MAC attitude " pour l'été 2005 ? Le teint décroche le premier rôle. Il est parfaitement mis en valeur avec la superbe palette " Belle Azur ", en édition limitée. Le Stick Bronzant se décline en Brillance Dorée, en Miel Doré Givré et en Nuage de Chocolat Epicé d'Or. Ces nuances raffinées accentuent le doré de la peau. L'autre astuce pour avoir une bonne mine radieuse et séduisante ? Ces pigments diaphanes nacrés qui nappent le visage et les yeux d'un soupçon d'or, d'un nuage rose ou d'un frisson bronze. Le sourire affiche une gourmandise fruitée avec des gloss brillantissimes Caramel Orangé ou Corail Rosé et se fait plus veloutée avec des rouges à lèvres Miel Doré ou Rose Frais. Le blush est aussi à la hausse avec ce joli boîtier " Doubles ", associant deux couleurs embellissantes, en version mate ou nacrée. Un duo incontournable pour qui veut vamper. Envie d'un look à la fois troublant et émouvant ? Adoptez ces tons fascinants de la palette " D'Bohemia ". La bouche ose un vrai rouge profond, à la texture satinée et lumineuse, tandis que le regard s'offre toutes les audaces. La paupière inférieure est vigoureusement soulignée d'un trait d'eye-liner Vert Forêt, tandis que la paupière supérieure est généreusement maquillée avec les pigments de couleur Pêche nimbé d'or. Le regard s'anime d'effets et de reflets étonnants. Un vrai tour de magie grâce aux nacres et autres pigments optiques qui rendent la couleur vivante et le maquillage plus ludique que jamais. Pour devancer les couleurs de la mode, MAC canadienne travaille sur le terrain et recrute son personnel parmi les maquilleurs. Ils participent aux défilés des créateurs, " hument " l'état d'esprit du moment, pour pouvoir anticiper plus vite sur les tendances. Etre toujours en avance. C'est ce qui fait la force et la modernité de cette marque canadienne. Lyne Desnoyers, Québécoise pure souche, fait partie de l'équipe internationale de MAC et participe activement à la création de ces couleurs époustouflantes que les tops et les stars s'arrachent. Petite fille, Lyne est une bonne élève, très studieuse, fascinée par la " gymnastique mentale ". Elle trouve du temps pour ses multiples passions, la lecture, le dessin et surtout la danse, qu'elle pratique assidûment durant toute son adolescence et qu'elle arrête à l'âge de 18 ans, car sa compagnie déménage aux Etats-Unis. A l'université de Montréal, elle étudie la littérature française, puis rédige une brillante maîtrise sur le roman médiéval du XIIIe siècle. " J'aime beaucoup étudier les textes anciens, réfléchir au langage, faire des recherches sur un roman, confie-t-elle. Encore aujourd'hui, dans mes lectures, j'ai une propension à me tourner vers les classiques. Lire Balzac ou Zola, cela me donne autant " d'entertainment " que Patricia Cornwell ou " Da Vinci Code ". " Lyne est titillée par le doctorat, mais se sent... " épuisée ". La scolarité canadienne, calquée sur le modèle américain, est rigoureuse, exigeante, extrêmement dure. Par ailleurs, les dettes, contractées pour payer ses études, se sont accumulées. Il est temps de faire une pause. Elle a envie de créer, songe au maquillage et pour se distraire, prend des cours puis se fait engager, à mi-temps, chez MAC. Créée à Toronto en 1985, par Frank Toskan et Frank Angelo, la marque s'adresse uniquement aux professionnels. C'est l'histoire de la passion de deux hommes pour leurs métiers respectifs : coiffeur et maquilleur. Ne trouvant pas sur le marché ce qu'ils voulaient vraiment, ils commencent à concocter leurs propres textures et couleurs. " Lorsque j'ai été engagée, en 1995, se souvient Lyne, MAC était toujours une toute petite société qui fonctionnait sans aucune pub. C'était un club où tous les oisillons perdus se retrouvaient, des jeunes pleins de charisme et de personnalité ou des intellos fauchées comme moi. C'était fun, ça m'a beaucoup plu. " Tout change un an plus tard, lorsque la marque est rachetée par Estée Lauder. MAC s'agrandit, se tourne vers un public plus large, prend de l'ampleur, lorgne vers l'étranger. Lyne est vendeuse et maquilleuse à mi-temps et continue à assister un ami photographe dans les prises de vue pour les magazines. Vient un moment où il devient difficile de concilier les deux jobs. Elle songe alors à quitter MAC pour poursuivre sa carrière de maquilleuse free-lance. C'est l'inverse qui se produit. MAC lui offre le poste de Senior Artist au sein de l'équipe MAC PRO. Début 2003, elle débarque à Paris avec un contrat d'un an. Elle y est toujours. Ses activités se sont étoffées. Membre actif du team créateur, elle est aussi le porte-parole auprès de la presse et continue à participer aux défilés aux quatre coins du monde. " Cette année, j'irai encore à New York, lâche-t-elle, mais ensuite j'essaierai de me limiter à Londres, Milan et Paris. Le jet-lag me fatigue trop ! " Les raisons du succès de la marque, selon elle ? Les textures et la tenue, avant tout. Deux qualités revendiquées par les pros et appréciées par les femmes qui en raffolent. La polyvalence, ensuite. La philosophie de MAC se résume, dès le début, à cette règle d'or : " Tout âge, toute ethnie, tout sexe ". Et puis, ces couleurs, spectaculaires, inimitables, toujours en avance d'une tendance. Sans oublier des actions politiquement et écologiquement correctes qui contribuent à la notoriété de la marque. Le premier rouge à lèvres Viva Glam dont la première ambassadrice fut la célèbre drag queen RuPaul, est lancé en 1996. L'intégralité des ventes est reversée au profit de la lutte contre le sida (à ce jour, MAC Aids Fund a récolté 30 millions d'euros). L'opération est reconduite environ tous les deux ans et a pour ambassadeur une personnalité célèbre. Après Chloé Sevigny, Christina Aguillera et Linda Evangelista, Pamela Anderson est le nouveau porte-parole, depuis le 31 mars dernier, de Viva Glam. 1996 est aussi l'année du lancement de l'opération recyclage et protection de l'environnement : 6 tubes vides rapportés = 1 rouge à lèvres gratuit. Lyne a-t-elle quelques bons trucs pour le maquillage d'été ? Pour obtenir une mine hâlée, elle conseille l'une des quatre poudres bronzantes, à choisir dans la couleur qui se rapproche le plus de votre carnation. La poudre ne doit pas être utilisée uniformément sur tout le visage. Ce type de maquillage appartient au passé. Aujourd'hui, on souligne, au pinceau, seulement les zones de lumière du visage : pommettes, nez, tempes et menton. La poudre peut même remplacer complètement le fard à joues. Pour les yeux, privilégier les textures waterproof. Les crayons Power Point soulignent joliment le regard. Ou encore, on peut choisir les ombres à paupières en tube. Leur texture crème ressemble à de la peinture acrylique. Une fois sèches, les teintes restent en place et ne bougent plus. Le maquillage des lèvres est le plus facile. Il suffit d'adopter l'un de ces nouveaux gloss corail, pêche ou caramel. Ils font une bouche délicieusement fruitée. Barbara Witkowska