Au commencement était le GSM. Puis vint le smartphone, omniscient. Tout puissant ? Pas forcément. Depuis plusieurs années, une poignée de constructeurs rebrousse ainsi chemin et aligne des téléphones dits low-tech. On ne parle pas (encore ?) de déluge. Mais ces appareils loués par Rihanna, Scarlett Johansson ou même Iggy Pop ont encore de beaux jours devant eux. Point commun : un profil technique ascétique qui tourne le dos aux Wi-Fi, réseaux sociaux et appareils photo. " Old is gold ", affirme l'adage anglo-saxon. Face à une vie privée érodée, des applis inutilement chronophages et des batteries qui ne tiennent qu'un jour, ces nouveaux accessoires avancent de solides arguments.
...